Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Blog des Rencontres

Les Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice sont le grand rendez-vous annuel de notre association. Elles ont l'ambition d'ouvrir un espace de diffusion pour la création cinéma et vidéo dans notre région. Nous organisons cette année la septième édition, déjà !.

Les Rencontres auront lieu du 24 au 30 octobre 2005. pour vous permettre de suivre leur évolution, découvrir la programmation, les supports de communication, les détails pratiques, nous ouvrons un nouveau blog à l'adresse suivante :

Le blog des Rencontres


Pour les auteurs, cinéastes, vidéastes de tout poil, vous y trouverez aussi les fiches d'inscriptions pour vos films ainsi que pour le concours de scénario.

A bientôt sur ce nouvel espace d'échanges et de découvertes.

L'équipe des Rencontres.

Commentaires

  • Pour faire plaisir à Mon-Bien-Aimé-Président (son âme est pure est son verbe est haut), j’avais commencé un petit début d’article sur un sujet évoqué lors de notre dernière réunion : la diffusion des créations indépendantes.
    Mais ayant revu aujourd’hui Celui-Qui-Nous-Guide (son allure est noble et sa voix est charmante), il m’indiqua qu’il serait préférable de donner mon avis sur le documentaire que nous venions de voir.
    Afin d’exaucer l’Homme-Qui-Sait-Tout-Le-Cinéma (ses vêtements sont propres et son vélo est rutilant) qu’allais-je donc raconter ?

    Allais-je dire que, durant les premières minutes, j’ai eu du mal à m’intéresser vraiment au sujet, mais que peu à peu mon attention a été totalement captée ?
    Allais-je parler de ces effets, moins spéciaux qu’avant, qui fleurissent tout le long du film ; de ces trucages qui finalement, passée la première réaction de méfiance dubitative, montrent que les auteurs les emploient à bon escient ?
    Allais-je confier que j’ai aimé cette façon de diviser constamment l’écran en deux parties, l’une cadrant la personne interviewée, et l’autre laissant défiler des images du Vieux-Nice ?
    Allais-je révéler que la seule chose qui me chagrine dans ce reportage, c’est la musique – ou plutôt le fond sonore – tantôt vaguement oriental, tantôt simili film à suspens, totalement inadaptée à mon goût ?

    Hé bien non, la réflexion qui émerge de tout cela, c’est que cette vidéo étant tout à fait montrable, il faut alors nous demander : qui vient voir un documentaire ? Dans quelles conditions le diffuser ?
    Notre-Sérénissime-Prince-Des-Salles-Obscures (ses cheveux sont noirs et sa barbe a trois jours) m’a dit qu’il n’y avait pas de règle générale. Et me voilà donc revenu à mon p’tit début d’article, comme quoi un travail n’est jamais perdu.
    J’y écrivais que l’économiste Jean-Baptiste Say défendait l’idée selon laquelle « l’offre crée la demande » et que c’était peut-être pertinent en ce qui concerne l’économie, mais pas dans le domaine du spectacle.
    Il me semble en effet que c’est l’inverse qui se produit. C’est le public, ou plus exactement le public potentiel qui créera nos salles, avec de beaux films à mettre dedans. Ce public est-il si changeant que cela ? N’y a-t-il pas moyen de « thésauriser » un capital-spectateurs qui grossirait d’année en année, de Rencontres en Rencontres ?

    Une seule chose est sûre Vincent : tu as TOUS LES JOURS une barbe de trois jours, comment fais-tu ?

  • Quel texte ! Bravo. Je vais te mettre en lien sur le site des Rencontres et ne répondrais ici qu'à ton ultime question : c'est une fausse barbe de trois jours que j'enfile chaque fois que je viens à l'asso. Pour rester incognito.

Les commentaires sont fermés.