Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Etrange Festival

    Avec l'association REGARDindépendant, nous avions eu, l'an dernier, le plaisir de recevoir une programmation de l'Etrange Festival à Nice. La treizième édition de ce festival effectivement étrange va se tenir à Paris à partir du 31 août et jusqu'au 13 septembre. Pour ceux qui sont dans le coin, ne le manquez pas. Plutôt que de reprendre quelques phrases maladroitement, je vous livre leur éditorial-programme et vous renvoie sur leur beau site.

    medium_afficheef13.jpg

    Féérique et alternatif. Engagé et musical. Expérimental et satirique. Voilà quelques-uns des adjectifs qui caractérisent le nouveau cru de L'Étrange Festival. Découvertes et redécouvertes d'œuvre de cinéastes ostracisés par l'Histoire officielle du cinéma vont émailler cette treizième édition qui, cette année offre deux cartes blanches : l'une au label Sordide Sentimental, plate-forme incontournable du rock underground au sens large, et l'autre à Hideo Nakata, réalisateur des terrifants Ring et Dark Water. Au menu également, quatre hommages à des personnalités hors normes (Udo Kier, acteur boulimique, inclassable et fascinant ; Christoph Schlingensief, provocateur corrosif et cinéaste hystérique ; Karel Zeman, le Méliès tchèque ; et Shuji Terayama, esthète nihiliste et avant-gardiste) ; deux thématiques : "Esclavage", plongée au cœur des multiples formes de l'exploitation de l'homme par l'homme, et "Histoires de fantômes japonais", tour d'horizon des classiques déjantés du genre dont Nobuo Nakagawa, l'un des mentors de Kiyoshi Kurosawa, fut le maître incontesté ; deux soirées-concerts avec comme invités les mythiques Alexander Hacke (Einstürzende Neubauten) et Mayo Thompson (Red Krayola) ; une dizaine d'avants-premières (dont Feed de Brett Leonard et Nothing de Vincenzo Natali) ; une compétition de courts métrage en forme de marathon. Et pour les noctambules, une nuit incontournable : la Nuit "Auto-Défense USA", programmée par Secondscouteaux.com, ballet de films sur la vengeance tous plus explosifs et cultissimes.

  • La rentrée de Bande à Part

    Bande à Part, c'est l'émission de radio hebdomadaire de notre association. Depuis 1997, nous sévissons sur les ondes de Radio Chalom Nitsan, fréquence 89.3.

    Chaque semaine, le mardi soir vers 20 h 15, nous parlons des films que nous aimons, sans trop nous préoccuper de l'actualité ni des supports. Grands et petits écrans, DVD, vidéo, festivals, expositions, souvenirs, livres et disques, nous faisons feu de tout bois pour vous faire partager le cinma dans toute sa diversité.

    Une large place est, bien sûr, réservée à l'actualité régionale, aux évènements du département, aux tournages, aux manifestations et à l'action associative sur Nice. La table du petit studio est ouverte à tous les acteurs de cette facette de la vie culturelle et l'ambiance décontractée.

    L'équipe qui se relaie devant les micros du 8, rue Marceau est composée de cinéphiles émérites : Marie Marten, Alain Dumont, Philippe Frey, Vincent Jourdan, Stéphane D'Halewyn, Daniel Fimbel et, parfois, d'occasionnels partenaires.

    Les émissions reprennent, après la trève estivale, le mardi 6 septembre à 20h15. Au programme de cette émission de rentrée : l'exposition parisienne consacrée à Charlie Chaplin, le documentaire autour du producteur Robert Evans, le nouveau film des frères Larrieux, le nouveau livre de Michael Cimino et les manifestations de septembre. A vos postes !

  • Alors, l'Europe

    Lu dans une chronique de la revue Positif, à propos du DVD de Lost In la Mancha, de Keith Fulton et Louis Pepe qui retrace le naufrage du projet de Terry Gilliam autour de Don Quichotte :


    ...Il ressort de leur témoignage [des producteurs français du film] que l'argent européen ne peut servir qu'à financer des productions locales (tel Astérix), il est pour le moment impossible de monter un film de stature internationale avec des fonds européens. Gilliam, cinéaste britannique, projetait de tourner en Espagne un film à gros budget mettant en scène une star américaine (Johnny Deep) et un grand comédien français (Jean Rochefort) dans le rôle du personnage le plus mythique de notre patrimoine. Son échec ne serait pas que celui d'un réalisateur incontrolable, mais aussi celui d'une Europe incapable de soutenir les rêves de ses visonnaires.


    Loin de moi l'idée de nous comparer à l'ex-Monthy Python, mais il y des raccourcis qui donnent à penser.