Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un festival, c'est trop court !

Septième édition pour nos amis d'Héliotrope. Le 7e Festival du court métrage de Nice se tiendra du 10 au 15 avril 2007 au cinéma Rialto et au Théâtre de la photographie et de l'image. Découvrez l'ensemble de leur programmation sur leur très joli site : www.nice-filmfest.com

Et cette année encore, Regard Indépendant participera à sa modeste manière à ce grand rendez vous du cinéma en général et du court métrage en particulier avec une programmation régionale et une table ronde autour des dispositifs d'atelier (note à venir).

C’est toujours avec le même plaisir que notre association répond à l’invitation d’Héliotrope pour vous proposer cette programmation régionale. Plaisir d’autant plus vif que cette année, les films reçus étaient nombreux et souvent de grande qualité. Divers aussi et le programme s’est donné comme ligne de vous faire découvrir cette (bio) diversité des sensibilités, des approches et des talents.

Dans le désordre : un documentaire mi-canin, mi-humain et plein d’humour venu du Var pour Roman Borre, du cinéma expérimental avec le super8 travaillé de Samuel Bester et l’étrange mais fascinant univers issu de l’enfance de Sébastien Fraysse, une pétaradante parodie des langages télévisuels et de leur frénésie pour Sylvain Tessier et son groupe de jeunes créateurs niçois. Des formes un (tout petit) peu plus classiques pour Thierry Espada et Céline Bardin pour deux films virtuoses, de la danse et de la vidéo pour le nouvel opus de Catherine Savy dont l’univers délicat et musical continue de nous enchanter, et enfin, à déconseiller aux âmes sensibles, du cinéma de genre aux images fortes pour les cannibales modernes Jérôme Mettling.

Laissez vous donc guider par votre curiosité et venez découvrir les créateurs de notre région. Un programme à 12 facettes et mille surprises.


Produits Régionaux

Présenté par Vincent Jourdan, président de l’association REGARDindépendant.

Programme


VAGUE AMERE Catherine SAVY

France / 2006 / Fiction / Mini DV / 7’30

Ca commence comme un jeux, une course folle, le souffle se fait plus court et c’est la première chute.

Elle semble s’abandonner mais c’est pour mieux lui échapper.

Leurs ombres dansent sur le rivage et disparaissent parfois dans les vagues.

LE LABORATOIRE DE MES DESIRS Céline BARDIN

France / 2006 / Fiction / 16mm / 12’

Clotilde, « infirmière » , s’occupe d’Edouard, un patient qui ne présente aucun symptôme physique mais qui est dénué de toute réaction .Par voie d’introspection et au cours de ses expérimentations , Clotilde nous plonge dans son fantasme en s’offrant finalement comme propre objet de l’expérience.

4 SAISONS D’EN FINIR Sébastien FRAYSSE

France / 2006 / Expérimental / DV / 7’30

4 saisons d’en finir est un film sur l’art de mourir .Chaque saison marque une étape de réduction de l’enveloppe sans vie de la métamorphose , ultime apparition de l’homme replié en une graine qui heurte l’eau .

KALEIDOSKOP Thierry ESPASA

France / 2006 / Fiction / DV / 7’10

Les humeurs et états d’âmes d’une jeune fille passant à l’âge adulte.

C’EST TOI LA NOUVELLE TOP STAR Sylvain Tessier

France / 2006 / Fiction / DV / 5’

Olivier, lycéen, attend le bus pour de rendre au lycée mais c’est tout autre chose qui l’attend…

LE COMPAGNON DELOYAL Roman BORRE

France / 2006 / Documentaire / DVCAM / 15’

Selon certains médias, les chiens sont devenus les nouveaux maîtres des hommes, car nous cédons à tous leurs caprices et acceptons de dépenser des fortunes pour eux. Mais quelle est la réelle nature sociologique de notre relation avec les canidés, et quel lien éthique unit notre espèce a ces derniers.

ACCRO Jérôme METTLING

France / 2006 / Fiction / DV / 9’45’’

Chez lui, un homme se livre à des préparatifs soignés et étranges. Dans la nuit, il enlève une jeune femme afin d’assouvir de sombres pulsions…

SÖNEMBÖÖR Samuel BESTER

France / 2006 / Expérimental / DV / 13’

5ème volet d'un travail sur une île pour évoquer la fragilité d'un paysage et les sentiments que l'on peut éprouver à son égard. Sönemböör évoque le paradoxe issu de notre acharnement à vouloir à tous prix conserver un environnement tel qu'il fut alors que sa nature est d'être en perpétuelle évolution. D'un coté nous construisons des protections mais de l'autre nous détruisons par les conséquences même de ces constructions. C'est ce qu'on appelle scier la branche sur laquelle on est assis.

(durée : 1h20)

Théâtre de la Photographie et de l’Image

Mercredi 11 avril 2007 à 18h30

Dimanche 15 avril à 16h00

 

Les commentaires sont fermés.