Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Carte blanche à Regard Indépendant pour les 10 ans de Cinéma Sans Frontières

    L'association Regard Indépendant sera l'hôte de Cinéma sans Frontières au Cinéma Mercury (16 place Garibaldi à Nice) pour une carte blanche autour du film El Cantor de Joseph Morder le vendredi 27 janvier à 20h30.

    El Cantor, Un film de Joseph Morder – 2005 – France - 35 mm – 1,85 - Dolby SR - Scénario : Harold Manning et Joseph Morder - Chef opérateur image : Catherine Pujol - Avec Lou Castel, Luis Rego, Françoise Michaud, Pierre-François Desgeorge, Taila, Abrahem Leber, Solange Najman, Rosette et Alexandra Stewart.

    À la grande surprise de William, son cousin Clovis, qu'il n'a pas revu depuis une trentaine d'années, arrive de New York pour lui rendre visite. Les retrouvailles entre les deux hommes font naître mille souvenirs: toujours aussi complices, ils deviennent vite inséparables, revivant, l'espace d'un instant, leurs jeunes années… Seule Elizabeth, épouse de William, qui vient de perdre son père, ne partage pas leur gaieté.
    Pourtant, peu à peu, le charme de Clovis, descendant d'une lignée de célèbres cantores, gagne tout le monde, y compris Elizabeth. Et s'il n'était pas rentré en France uniquement pour revoir son cousin? Et si la flamme des vieux chants yiddish, ceux de son père et de son grand-père, s'était soudain ravivée? Entre humour et nostalgie, Clovis tente de renouer avec son passé et ses racines, redevenant, pour quelques jours, el cantor…


    Joseph Morder, le réalisateur :


    Né le 5 octobre 1949 à Port-of-Spain (Trinidad et Tobago), Joseph Morder passe la plus grande partie de son enfance à Guayaquil (Equateur), avant de débarquer à Paris en 1962. Il gardera de ce passé sud-américain des images colorées qui influenceront son œuvre.
    En 1967, il débute son Journal Filmé, qu’il poursuit aujourd’hui. Depuis 1970, avec les Archives Morlock, il fixe sur pellicule toutes sortes de manifestations (1er Mai, campagnes électorales, grands chantiers...). Journalisme (« Cinéma ») et enseignement de cinéma (Paris I, Femis) font également partie de ses activités.
    En parallèle, il enrichit son travail narratif en utilisant son expérience personnelle et ses souvenirs au travers de films courts (Carlota, La Plage, La Gare de..., Assoud le Buffle) et de formats plus longs (Mémoires d’un Juif Tropical, L’Arbre Mort, Romamor) de tous genres. El Cantor est son premier long métrage en 35mm tourné pour le cinéma.

  • Le court de la semaine

    Qu'un seul cède de Guillaume Voisin En partenariat avec le RADAR Normandie et la petite marchande de films)– Avec Maxime Lambert, Camille Bondon et Viviane Sodo.

    Dans un monde capillairement hostile, un homme se résigne.

    Collection tourné-monté Regard Indépendant en partenariat avec le RADAR Normandie et la Petite Marchande de Films 2011 : "Oui"

  • Soirée ciné-concert de rentrée le 26 janvier au Volume

    Jeudi 26 juillet 2012
    Soirée Ciné-Concert au Volume
    Stéphane Coda – Super 8 – Jean-Louis Chinaski – Melchior Liboa

    Première soirée de la nouvelle année, le jeudi 26 janvier à partir de 20H00 au Volume (6 rue Defly 06000 Nice). L'association Regard Indépendant en partenariat avec la Source vous propose une soirée pour découvrir ses activités pour la dernière année avant la fin du monde (réglez bien vos montres).
       
    Au programme, une nouvelle diffusion du film de Stéphane Coda, Chloé en amont, présenté pour la première fois lors des 13e rencontres en novembre, avec un accompagnement musical fait pour l'occasion et interprété par Jean-Louis Chinaski. Super 8 pour la seconde partie avec la diffusion en super 8 du palmarès de la collection 2011 ainsi que le programme pour 2012. Musique pour finir, Jean-Louis Chinaski reprendra la guitare avec Melchior Liboa pour un concert de clôture. 

    regard indépendant,super 8,musique,chinaski,stepéhane coda



    20h30
    Chloé en amont – France – 2011 – 28 min. Un film de Stéphane Coda – Montage de Stéphane Coda – Avec Magali Maria et Paulo Correira. Accompagnement musical original et en direct par Jean-Louis Chinaski.
    Une course poursuite en une homme et une femme dans le lit d'une rivière.

    21h30
    Collection super 8 2011 sur le thème "Oui" : Le palmarès
    Éros dans mon super 8 de Nathalie Portas. Grand prix
    Discours aux asticots ou ceux qui s'en étranglent à ramoner les glaviots de Marine Broussaud. Deuxième prix
    Trois lettres... pas mieux de Luc Bonnifay. Troisième prix pour son humour et prix du public.
    L'effet King-Kong de Alban Van Wassenhove. Quatrième prix ou prix King-Kong : pour la prouesse technique.
    (est-ce que) La vie est infinie (?) de Leïla Fréger. Mention spéciale pour sa poésie et sa voix off.
    Oui à l'altruisme de William Tissy. Prix du public

    22h30
    Jean-Louis Chinaski  + Melchior Liboa en concert.
    Jean Louis Chinaski joue avec les mots et les décibels depuis plus de 14 ans. Il est de ces artistes qui nous marquent dès la première rencontre et dont on sait, même si l'on entend plus parler d'eux pendant un moment, qu'ils existent et qu'ils vont resurgir. Et s'il chante encore le désenchanté c'est toujours avec la même rage chevillée au corps, comme en témoigne son premier EP 5 titres solo et autoproduit Celsius 232, une tournée à consommer sans modération.
    Après une période faite de hauts et de bas, Jean-louis Chinaski entame une carrière solo. Exit le groupe ! Aujourd'hui, c'est en solitaire qu'il voyage avec Celsius 232, enregistré en décembre 2010 et sorti en février 2011.
    Sur scène, il évolue avec sa guitare parfois avec le renfort de sample ou d'une boite à rythme, lâchant la bride à un univers composite de la plume au saphir.
    Dans la foulée, Jean-Louis Chinaski sort un nouvel EP 5 titres La fin d'un souvenir pour décembre 2011, toujours en solo, preuve qu'il n'a rien perdu de sa faconde. Des titres constituant une sorte de suite à Celsius 232, un peu comme la face B d'un même disque. Des titres plus lents, plus contemplatifs et qui font comme un écho au premier EP. Une musique très cinématique et des textes foisonnants d'allusions, bercés d'illusions.
    www.facebook.com/jlchinaski
    www.myspace.com/chinaskiweb

    20/01/12 : Les Capucins, Lyon
    21/01/12 :Le Brin de Zinc, Chambéry
    26/01/12 : Le Volume, Nice
    10/02/12 : Théatre de la Providence, Nice
    11/02/12 : Médiathèque, Antibes
    16/02/12 : Les Marcheurs de Planète, Paris
    18/02/12 : La Joie du Peuple, Paris
    24/02/12 : Le Café Provisoire, Manosque
    25/02/12 : Médiathèque, Cannes
    01/03/12 au 15/03/12 : tournée en Russie

    Melchior Liboa
    « Quelques fois mes meilleurs amis sont les trains » Autoproduit.
    Sur la pochette, il ligote une jolie fille sur des rails, bouteille à la main et barbe de trois jours au bec. Melchior est un mauvais garçon qui préfère balancer des mots crus aux quatre vents plutôt que de saucissonner sa langue dans sa poche. Sa poésie brute décrit le monde tel qu’il est, pas joli-joli, mais il réussit tout de même à vous arracher un sourire. Parce qu’il manie avec finesse un humour tordu. Et parce qu’on ne tombe pas sur un type aussi bourré de talent tous les jours. Son folk-rock trempé au blues fait vibrer des mélodies puissantes et parfumées à la térébenthine. Ses textes sombres, parfois dérangeants, creusent une intimité à vif sans jamais tomber dans la facilité. Dans le monde de Melchior, les abeilles butinent des charognes plutôt que des fleurs et ses personnages, noirs et déjantés, sont poursuivis par leurs démons et des comptoirs de bars. Un délice. (Aena Léo )

    http://www.myspace.com/melchiorliboamusic


    PAF : 3 € + adhésion obligatoire à l'association La Source 2 €

    Visuel : Illys Poulpfiction

  • Le court de la semaine

    Sehnsucht de Charbel Kamel – Avec Julia Beitner.

    Elle,

    Sur la plage, dans les rues, les escaliers, les jardins…

    Transformer un espace public en un autre, privé. Que privé.