Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un grand merci !

Les Rencontres, c'est comme le super 8. En trois jours ou trois minutes, ce sont des images et des sons qui défilent sur un tempo rythmé par le son du projecteur où le trop rapide défilement des heures. Un film après l'autre, un univers après un autre univers, une séance derrière une séance, un concert, une improvisation, une performance, un débat et des rencontres. Un mouvement vivant et coloré même en noir et blanc.

Et puis des gens. L'équipe de Regard Indépendant qui crée le cadre, celles du Volume et du cinéma Mercury. Et surtout les créateurs, les artistes, réalisateurs, acteurs, musiciens qui viennent s'exprimer durant ces trois journées à travers leurs créations, tous ces films sur l'écran, et leur art sur scène.

A tous, au nom de l’association, j'adresse nos chaleureux remerciements.

Les images s'enchaînent : les courts métrages du marathon du Film du court de Caen 2013, les musiciens guinéens, le concert généreux d'Anny Kassy, Les films d'ateliers d'Héliotrope, Antoine Desvergnes, Lynda dAlexis, les super 8 d'Antoine, le colt jaune de David Mizera, Il était un truc, la non-cuillère de Guillaume Levil, le refuge de Benoît Seyrat, la grand mère de Marie Botti, les père et le fils de Cédric Romain, les migrants de Térésa et Guy, les 10 millions de Jérémie Lenoir, la belle sélection anglaise de Kate Tancred, la princesse du Radis Calciné, le culte horrifique allemand et entre bières russes et vin du beau-père, les platines dansantes de Memphis Mao. Et puis tous les super 8 qui ont réunit Feyyaz et Charbel, Jan et Cate, la joyeuse délégation normande menée par Guillaume Voisin et tous autres participants à cette collection 2013.

A tous et toutes, un grand merci, pour votre présence, pour avoir été ces 15e.

Les images s'estompent, pas toutes. Reste bientôt un sentiment d'ensemble, comme après trois minutes de super 8. Je ne peux parler que pour moi : c'est déjà un sentiment très agréable et, je l'espère sincèrement, partagé.

Amicalement

Vincent
Président pour Regard Indépendant

Les commentaires sont fermés.