Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Merci ! (c'est fini)

    Dimanche après-midi, je suis allé en forêt avec les enfants. Entre le calme des sous-bois et la fatigue accumulée, j'avais le curieux sentiment que ce n'était pas vraiment moi qui venait de vivre les quatre journées intenses de ces 17èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

    Pourtant si, entre la cérémonie clownesque de mercredi au Théâtre Francis Gag et celle, bien plus sérieuse (quoique décontractée et même émouvante) de samedi soir au Cinéma Mercury, il y a bien eu ces quatre journées consacrées au cinéma, à la musique, à la poésie, à la réflexion, à la technique, aux échanges, et bien entendu au Super 8, dont nous avons fêté, me semble-t-il, comme il se doit le demi-siècle.

    Au nom de Regard Indépendant, je tiens ici à remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à ces belles journées.

    Remercier nos hôtes : Pierre Ballay et l’équipe du Théâtre Francis Gag, Pascal Gaymard, Julien, Gilles, Nicolas et l'équipe du Cinéma Mercury, Yann Leclanche et l'équipe du Volume, Pierre Médina et l'équipe de l'hôtel Au Picardy, Linda de LL's Kitchen, nous nous sommes toujours sentis chaleureusement accueillis et avons apprécié votre disponibilité.

    Remercier encore nos partenaires de la Ville de Nice et du Conseil Général des Alpes Maritimes.

    Remercier nos honorables membres du jury : Makiko Yamanashi, Eric Escofier et Laurent Trémeau, pour leur beau palmarès et leur enthousiasme à jouer le jeu (6 mentions, un record!).

    Remercier nos invités, Maurizio et Leila, Romuald et Anastasia, Rémi et Isao, pour avoir donné chair à l'édition à travers leurs films et leur présence. Nous espérons que vous avez fait un bon voyage de retour et que nous nous reverrons bientôt.

    Remercier tous les réalisateurs et réalisatrices que je n'ose nommer tous de peur d'en oublier, collégiens, étudiants, amateurs et professionnels, qui ont accepté de montrer leurs films et le plus souvent les ont accompagné, créant ce lien indispensable avec le public.

    Merci à Émilie et Rémi pour la musique, à Claire et au Magic duet pour le grand voile blanc et le masque d'or, à Antoine et ses antoinettes pour les nez rouges, à Olivier Cautain pour ses bières artisanales.

    Merci aux artistes de la technique Boris, Thomas et Xavier, pour une édition impeccable.

    Merci aux réalisateurs des super 8, les participants du film collectif comme ceux de la collection, avec une pensée pour Charbel, et Mans venu de Suède dont nous avons apprécié la présence.

    Merci aussi à celles et ceux que j'aurais pu oublier, qu'ils ne m'en veuillent pas.

    Un grand merci surtout au public de s'être laissé tenter ce qui justifie, in fine, tout notre travail de l'année.

    A titre personnel, je tiens une nouvelle fois à remercier toute l'équipe de Regard Indépendant, Marion, Juliette, Antoine, Andrea, Luc, Claire, Frédéric, Jean Noël, Justyna, Emmanuel, Olivier, Jacques, Philippe, Hugues, Teresa, Xavier, Sophie, Guy, Nathalie, en insistant, on ne le fait jamais assez, sur celles et ceux qui assurent le fonctionnement des coulisses, transporter les sacs, faire les courses, véhiculer les invités, accueillir le public, gérer les finances. Ce sont les rouages de l'ombre, mais c'est à leur travail et à leur énergie que tient pour beaucoup le succès d'une manifestation comme la notre. J'ai donc eu beaucoup de plaisir à travailler avec vous cette année, et je suis très heureux de ce que nous avons pu accomplir à notre échelle modeste.. mais toujours indépendante.

    Alors, merci et à l'an prochain !

    Vincent

    Président pour Regard Indépendant

  • Ce soir !

    Toute l'équipe de Regard Indépendant vous donne rendez pour les quatre journées des 17èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

    Le programme complet :

     

     

    Lire la suite

  • L'édito d'ouverture

    Vos gueules les mouettes (Silence, on tourne)

    « Plus l'univers se standardise, plus la singularité m'intéresse » (Claude Sautet)

    Il y a un an, ici-même, je vous invitais à vous laisser prendre par notre petit grain de folie et saisir l'une de nos petites caméras super 8 pour célébrer les 50 ans de ce mince ruban de 15 mètres de pellicule argentique. Nous y voilà. Le super 8 fête son demi-siècle. À l'échelle humaine, qu'est-ce qu'un demi-siècle ? C'est d'abord une histoire, ensuite un présent, et encore un futur possible.

    Pour le Super 8, l'histoire est connue. La mise sur le marché par Kodak en 1965, non seulement de la pellicule, mais aussi de tout le matériel qui va avec et qui donne des envies de cinéma à des millions de personnes. L'histoire du Super 8, c'est celle de ces multitudes d'anonymes, nos parents, grands-parents, qui vont s'exprimer, s’amuser, créer et documenter toute une époque : trois décennies à la louche. Dans ce jeu du cinéma chez soi, il y a les clubs, les associations, les festivals, les rencontres, à l'imitation des professionnels de la profession. L'histoire du super 8, c'est aussi celle de ces premiers pas, de ces premiers essais, de ces récréations de cinéastes en devenir ou arrivés, Nanni Moretti, Steven Spielberg, Eric Rohmer et Rosette, Gérard Courant, Derek Jarman, Peter Jackson, Joseph Morder, Rémi Lange, Sam Raimi, Jean-Claude Brisseau, les farfelus comme Norbert Moutier ou Jacques Hardy, les engagés comme Jean-Yves Le Tacon où les groupes Medvedkine... Le super 8 c'est aussi Vos gueules les mouettes, ce film maladroit et touchant de Robert Dhéry, son dernier en 1974, où tout un village breton participe à un concours de film pour la défunte ORTF.

    Mais à cinquante ans, il n'est pas bon de se laisser aller à la nostalgie qui n'est plus ce qu'elle était. Chez Regard Indépendant, c'est au présent que l'on conjugue le Super 8. Depuis 2004, ce sont 11 collections, une centaine de réalisatrices et de réalisateurs pour plus de cent vingt films. Le 24 octobre nous avons participé au Global Super 8 Day lancé par d'autres fondus suisses. Même si l'on s'en doutait grâce à nos nombreuses rencontres depuis 2004, le Super 8 est partout, au Mexique, dans les Balkans, au Liban, en Espagne, à Soissons, à Strasbourg, au coin de la rue. Des amateurs, des passionnés, des acharnés, des inventifs, des bricoleurs, il y en a. Et pas que des vieux chenus à l’œil humide, des petits jeunes qui en veulent aussi.

    Irrésistible et résistant, le pouvoir de séduction du Super 8 opère toujours. Comme Niagara qui faisait l’amour à la plage, yaou chachacha, dans les années 80, Lana Del Rey ou Mendelson clippent en super 8. Chaque année, des réalisateurs l'utilisent pour son esthétique particulière, Olivier Py ou Antonin Peretjatko au hasard. Laura Tuillier pour son court métrage Soirs de semaine que nous aurons le plaisir de vous présenter. Cette année encore, peut-être un peu plus, nous avons eu à cœur de partager avec vous ce présent vivant. Et nous avons eu la volonté d'en faire partie à travers notre film collectif, fruit de notre réflexion, intense comme il se doit, de nos doutes parfois, de ce qui nous motive et nous fait nous retrouver, semaine après semaine, autour de ce fin ruban et de tout ce que l'on peut faire avec. Avec ce film que nous vous présenterons en ouverture, il y aura tout ce beau programme de ces belles 17èmes Rencontres, ces belles œuvres et leurs créateurs impatients de rencontrer le public, pour tenter de le séduire, peut être de le convaincre.

    Tout ceci ne serait pas complet si nous ne profitions pas de l'occasion pour questionner le futur. Ce sera l'un des enjeux de la manifestation. Toutes ces rencontres, toutes ces découvertes, sont autant de nouveaux possibles pour demain et après-demain. Nous essaierons d'aborder ce vaste chantier lors de notre table ronde du vendredi 27 novembre. Quel avenir pour le super 8 en notre époque numérique ? Celui que nous voudrons bien lui faire, nous, les créateurs, les laboratoires indépendants, les passeurs de films, le public. Le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont une caméra chargée, et les autres. Nous, on tourne.

    Vincent Jourdan, Président

  • Regard Indépendant en tournage (2)

    Pour vous donner un avant-goût des films à découvrir lors des 17èmes Rencontres, voici de nouvelles images des tournages effectué par les membres de Regard Indépendant :  Performance d'Antoine Banni et La vie amoureuse de Nathalie Portas. Vidéos de Jean-Noël Chelotti, tournage, conception et montage. Merci à lui !



  • Remerciements et partenaires

    Partenaires :

    Le Conseil Général des Alpes-Maritimes

    La Ville de Nice

    Le cinéma Mercury

    Le Volume

    La Source

    Le Théâtre Francis Gag

    L'ETNA Paris

    La Petite Marchande de Films

    Metl L Film

    Ciné super8

    ANDEC Filmtechnik

    Kahl

    Color City

    Les archives Audiovisuelles de Monaco

    Héliotrope

    Le Festival "Tourné Monté Super 8" de Strasbourg

    Ma Lucarne

    Linda's Kitchen

    Loading Zone

    Hôtel Au Picardy

    VStudio

    Le GREC

    Les films du Bathyscaphe

    Visuel : Didier Balducci

    L’équipe de Regard Indépendant

    Le bureau

    Vincent Jourdan, président

    Marion Quaranta, trésorière

    Antoine Banni, secrétaire

    Julien Barlier

    Laurence Barlier

    Luc Bonnifay

    Claire Cailliez

    Frédéric Cencini

    Jean Noël Chelotti

    Emmanuel Desestré

    Philippe Frey

    Juliette Gal

    Jacques Ghiglione

    Hugues Klingelschmitt

    Xavier Ladjointe

    Teresa Maffeis

    Guy Ouillon

    Sophie Perrone

    Justyna Ptak

    Nathalie Portas

    Andrea Staerke

    Technique

    Boris Hübner

    Thomas

    Xavier Ladjointe

    L'équipe du Mercury

    L'équipe du Volume

    L'équipe de Francis Gag

    Remerciements

    Pascal Gaymard, Éric Nussbaum et l'équipe du Mercury

    Yann Le Clanche, Illys et l'équipe du Volume

    Sacha Casadamont-Duval

    Isabelle Zigmann

    Laurent Trémeau

    Amélie Masciotta

    Ben Walter

    Julien Bonavita

    Christine Cecconi

    Guillaume Voisin

    Romuald Poretti

    Charbel Kamel

    Laurent Trancy

    Vladimir Nassyrkine

    Thierry Collard

    Anastasia Theodoridis-Celie

    Pierre Medina

    Hervé Roesch

    Clément Le Penven

    Mauricio Hernández

    Laurent Blot (Photographie Eric Escofier)

    Les honorables membres du jury

  • Les 17emes Rencontres, informations pratiques

    Tout ce que vous avez envie de savoir pour participer aux Rencontres (et que vous n’avez jamais osé demander).

    RENSEIGNEMENTS

    Vincent Jourdan, Président : Tél : 06 23 07 83 52

    Accréditations Presse et Blog : contact@regardindependant.com

    TARIFS

    La séance : tarif unique 4€

    Pass Rencontres 15 €

    Soirée au Volume : entrée libre, adhésion à La Source obligatoire (2€)

    LIEUX

    THÉÂTRE FRANCIS GAG :
     3, rue de la Croix 06300 Nice

    Le VOLUME :
     6, rue Defly 06000 Nice

    Le MERCURY :
    16 place Garibaldi 06300 Nice

    Retrouvez nous sur Facebook

  • Regard Indépendant en tournage (1)

    Pour vous donner un avant-goût des films à découvrir lors des 17èmes Rencontres, voici quelques images des tournages effectué par les membres de Regard Indépendant :  The element of light de Hugues Klingelschmitt et Le chant du super 8 de Luc Bonnifay. Vidéos de Jean-Noël Chelotti, tournage, conception et montage. Merci à lui !

  • Découvrez l'univers d'Isao Yamada

    Mercredi 25 novembre, lors de la soirée d'ouverture des 17èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice, nous aurons l'honneur de recevoir le cinéaste japonais Isao Yamada et de partager son film Kioku (reflet), inspiré par la tragédie de Fukushima.

    isao yamada

    Ce sera l'occasion de découvrir le travail d'un artiste dévoué au super 8. Né en 1952, Isao Yamada possède une longue filmographie qui débute en 1977 avec An incident of night, un film de 25 minutes qui sera sélectionné au Pia Film Festival. Son travail aura depuis été montré à Cannes et dans de nombreux autres festivals (Berlin, Stockholm, Oberhausen), tout en faisant l'objet de rétrospectives au Japon comme à l'étranger.

    Utilisant surtout le super 8, Yamada est apprécié pour sa vision poétique, capturant des moments de beauté, des instants éphémères dans le monde de l'homme et de la nature. Son traitement esthétique sensuel du subtil et de la tranquillité font que ses œuvres flottent souvent entre rêve et réalité. Ses films s’appellent "Yamavicascope", caractérisés par l'intention de créer des sensations optiques non-numériques.

    isao yamada

    A coté de son travail sur le cinéma, Yamada est aussi connu pour des œuvres dans les domaines du manga, de la peinture et du graphisme. Sa police de caractère "Yamada-moji" a été utilisée dans de nombreuses publications et affiches. Plusieurs livres lui ont été consacrés : Yome no Fiirudo (Champs des rêves : 1992), Hoshino Fragumento (fragment d'étoile : 2003), Yamavica Uchuu-gaku I , II (Yamavica Cosmology: 2014, 2015).

    Crédits photographies et texte : Le site Yamavica scope

  • En super 8, la collection 2015

    Samedi 28 novembre – Cinéma Mercury – 18h30 et 20h30 (deux séances)

    Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - 06300 Nice

    Le grand soir du super 8 - Collection tourné-monté 2015 « En super 8 »

    Première vision en présence des réalisateurs

    Super ∞, un film de Laurence et Julien Barlier - Musique Pascal Gérard - Avec Marie et Christophe Haye,

    John entre dans un magasin pour faire développer son film super 8. Devant le refus de la vendeuse, John s'imagine en super héros sauveur du 8 dans un monde où ce chiffre aurait disparu.

    Un jour à Beyrouth, un film de Charbel Kamel – Photographie Mokhtar Beyrouth – Musique Joe Kamel – En partenariat avec Metl L film.

    Et si on passait un jour typique à Beyrouth ?

    Trash, un film d'Emmanuel Désestré.

    Rien ne vient entacher un anniversaire improbable !

    Sisyphus, un film de Mans Berthas – Scénario Mans Berthas – Photographie Johan Lehman - Arnoldsrecords.

    Un pousseur de stylo frustré garde un prisonnier dans une grange. Il est temps de se débarrasser du captif. Vraiment ?

    Le sel de la vie, un film de Fabienne Carlino - Avec Manon Van Stipdonk et Luc Barthélémy (voix off)

    Lettre maritime.

    Seul ensemble – Un film d'Olivier Bourguignon - En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Une famille composée de solitudes associées

    Des intérieurs d'intérieurs

    L'amour est dans le jardin, un film d'Olivier Baudoin, avec les jeunes d'Al-Rowwad camp de réfugiés d'Aïda – Palestine.

    L'amour est dans le jardin...

    Gardiens de la vie, un film de Claire Cailliez - Voix off : Claire Cailliez sur un texte d'Adeline Belloc.

    Avec Adeline Belloc et Anthony Pierrin.

    Des êtres guident, protègent, soignent. Anges et humains, ce sont des gardiens de la vie.

    JMK, un film de Feyyaz- Avec Julia-Maria Köhler.

    Un portrait de Julia-Maria Köhler.

    Super bienvenue, un film d'Alexis Debeuf – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Tout autour il y a de la tôle, du verre, du goudron, des grillages, du bois, un chien, des feuilles, des panneaux, des cabanes, des gens, des arbres, des chariots, des poubelles, des drapeaux, des fleurs et quelques véhicules. On dirait que c’est abandonné. Bienvenue.

    Photo gun, un film de Marie-Rose Osta – Images marie-Rose Osta et Roye Dagher – Musique Harry Hadechian – En partenariat avec Metl L Film.

    Avec Roye Dagher, Roger Issa, Noura Fakhri, Victor Dagher, Chafic Chamssdine, Paul Kirakossian, Mohammed Rida, Rana Ockaili.

    Un homme sur sa moto dans les rues de beyrouth est suivi par une douzaine de motards. Une mystérieuse femme lui donne une caméra super 8 qui lui sauver la vie.

    Gula temperantia, un film d' AAIR – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.
    T’es belle quand tu marches

    J’ai envie d’une tarte

    Le claquement de tes talons excite mes sens

    Une tarte à la framboise

    Merde il pleut !

    Équinoxe, un film de Mélissa Jaf et Philippe Frey – Scénario Mélissa Jaf – Photographie Philippe Frey - Avec Amandine Youlou.

    Une étrange découverte.

    Karabij, un film de Julien Tavitian avec Farah el Samman – En partenariat avec Metl L film

    A Beyrouth, une femme voilée fait sa prière le matin. Elle se prépare à faire les courses. Sur son chemin, elle s'arrête devant un magasin de desserts orientaux. De retour chez elle, dans une intimité totale, elle commence à dévorer les Karabij un par un jusqu'à l'heure de la seconde prière...

    Super cuite, un film de Yannick Lecoeur - Musique originale Princesse Rotative – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Camping sauvage du festival d'Aurillac, dernier jour, 18h.

    Selfie, un film de Justyna Ptak – Photographie Justyna Ptak et Maxime Martins.

    Le portrait d’une femme aux 15 visages au delà du temps et l’espace.

    Harum scarum, un film de Marine Broussaud - En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Avec Lucie Osouf, Élodie Coulon et Pascal Dickens.

    Lucie, au hasard d'une balade, emprunte un passage vers un monde inquiétant. Ce qui l'attend là n'a ni queue ni tête.

    Sombre dimanche, un film de Jacques Ghiglione – Texte Jacques Ghiglione – Vision HD de Jean Noël Chelotti.

    Avec Anna Cappietto, Jean Noël Chelotti, Laurent Marro et Robert Goublet.

    Une femme, probablement abandonnée, quitte sa maison et en jette la clef. Elle veut partir par n'importe quel moyen mais l'avion ne peut pas voler, le bateau ne peut pas naviguer, et les ballons rouges ont cassé leur corde… Et maintenant… sombre ou pas sombre ce dimanche ?

    The End, un film de Le Radis Calciné (Teresa Maffeis / Guy Ouillon / Pierre-Rémy Pichon) - Son Le Radis Calciné, Jérôme Barbier, Myriam Frasca-Delabre - Musique Frédéric Chopin, Le Radis Calciné, Jérôme Barbier, Myriam Frasca-Delabre.

    Avec Anne-Marie Baille, Antoine Banni, Jérôme Barbier, Adrian Bidu, Bibiana Braiech-Malatesta, Christiane Carron Fourt, Olivier Debos, Laurie Deltour, Arnaud Flores, Nicole Françon-Longa, Myriam Frasca-Delabre, Philippe Frey, Jean-Luc Gautero, Mélaine Gautier, François Guillaumet, Mahesh Ji, Hugues Klingelschmitt, LalSh, Jean-Pierre Longa, Jean-Luc Levenes, Cathie Lipszyc, Teresa Maffeis, Melody Malatesta, Elisa Nesta, Guy Ouillon, Yannis Treffot, Jean-Claude VanDamned.

    Le Super 8 refuse de mourir. Alors il vous raconte sa vie, sa résistance, et son amour... cyclopéen. En partance pour une expérience numérique imminente, il profite de ce film d'art et décès pour livrer sa lutte... finale ?

  • Les honorables membres du jury

    Comme chaque année, nous réunissons un jury pour distinguer trois films parmi la collection des super 8 en tourné-monté. Faisons les présentations :

    Makiko Yamanashi

    Professeure et chercheuse à l'Université de Trier. Productrice de films et d'évènements inter-culturels au Japon et en Europe.
    Elle a étudié l'histoire de l'art et la philosophie à l'University College de Londres, son champ de recherche comprend le film et son analyse culturelle.
    Au Japon, elle a travaillé comme membre de la Film Preservation Society, le festival du film de Takarazuka et le festival du film de Kamata.
    Auteure de A History of Takarazuka Revue Since 1914 (2012).

    Regard Indépendant, Laurent Trémeau, Eric Escofier, Makiko Yamanashi,

    Eric Escofier

    Eric Escofier écrivain-journaliste, a organisé le 1er Festival du Film Fantastique à Nice en 1978. Il crée le premier festival du film 8, Super 8 et 16mm en 1985.

    Collaborateur à l'Ecran Fantastique, auteur de nombreuses expositions, il est l'éditeur du zine "Ténèbres" et "Les Monstres de la Nuit". Auteur de deux ouvrages consacrés à Peter Cushing et à Barbara Steele. Il a aussi réalisé durant les année 70-80, 4 films super 8.

    Photographie Laurent Blot

    Regard Indépendant, Laurent Trémeau, Eric Escofier, Makiko Yamanashi,

    Laurent Trémeau

    Directeur artistique de Un Festival C’est Trop Court ! - Association Héliotrope

    En 1977, au cinéma St-Sébastien de Nancy, les parents de Laurent décident d'aller voir Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine avec Coluche et Gérard Lanvin alors qu'un curieux film de science fiction venu des États-Unis lui tend les mains dans le hall : un robot doré aux grands yeux ronds.
    Après un détour par la fac de Lettres, Laurent fera finalement sa guerre des étoiles à Nice, en atterrissant à l'Esra Côte d'azur.
    La rédaction de critiques pour le journal Scènes d'Azur dirigé par Jean-Marc Eusébi lui ouvre les portes des salles niçoises, en particulier du cinéma Rialto, où il organise la première projection d'Une soirée c'est trop court, le 7 avril 1998. Deux ans plus tard, Un festival c'est trop court voit le jour. Le festival du cout métrage de Nice vient de fêter sa 15e édition en octobre 2015.

    Regard Indépendant, Laurent Trémeau, Eric Escofier, Makiko Yamanashi,

  • Autour du super 8, le 28 novembre

    Samedi 28 novembre – 16h00 – Cinéma Mercury

    Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - 06300 Nice

    Le super 8 a 50 ans !

    Il n'y a personne, Loup, un film d'Agnieszka Lopatka – Pologne – 1 min. 33S.

    Destiné à une vidéo-installation. Il se compose d'un film en boucle montré dans un vieux poste de télévision des années 70, exposée dans une pièce vide. Réalisé en "found footage" de fragments des dessinées animés russes.

    Cannes 2012, un film de Laurent Andrieux – 1min.

    Soirs de semaine, un film de Laura Tuillier - 2015 – 11 min.

    Avec Avec Pauline Murris, Louis Séguin, Paul Pruneau, Hugues Perrot, Lucien Salomon, Claire Babany.

    Pauline attend Claire, qui a vu Pauline avec Louis. Hugues a tout suivi. Et tous se souviennent.

    regard indépendant,l'etna,camillo valle

    Residual Story, un film de Ptak Justyna – 2015 – 8 min.

    Residual Story est un film réalisé lors du tournage d'un long métrage à Los Angeles.
    La mise en scène cinématographique crée simultanément une infinités d'histoires résiduelles.
    Les figurants et l'équipe deviennent des acteurs inconscients dans une zone fictionnelle temporaire.

    regard indépendant,l'etna,camillo valle

    Carte blanche à l'ETNA(présentée par Mauricio Hernández)

    "L’Etna est au 71 rue Robespierre, à Montreuil, dans la banlieue de Paris. Après une petite cour, l’Etna est au premier étage à gauche. Une fois la porte poussée, on trouve une grande salle qui sert de lieu de réunion et de lieu de projection. On trouve aussi des tables de montage 16mm, et une 35mm, une enrouleuse 16mm et de l’autre côté quelques ordinateurs. À l’étage, on trouve les tables lumineuses pour l’intervention sur pellicule et surtout le laboratoire pour le développement.

    Cela pour dire qu’avant toute chose l’Etna est un lieu. Un endroit de bois, de métal, de plastique, de machines, de bacs, de béchers, de tables, de chaises, de projecteurs.

    Nous, membres de l’Etna, sommes l’envers de cet endroit. Nous sommes chacun venus à ce lieu pour y faire des films. Partant de nos individualités, nous faisons de l’Etna notre lieu commun."

    regard indépendant,l'etna,camillo valle

    Le site de l'ETNA

    Incipits – 11 min. 49s.

    Un incipit est la forme en germe qui déclenche le film, l'intention d'un film, il porte en soi le 'gnomon Lezamien' ou le nombre invisible de la forme, c'est de la pensée faite en plans à l’intérieur d'une bobine Super 8 de 3 minutes et demie, le tout résumé comme le dit 'Maese' Godard
    « … nous avec le cinéma c’est autre chose… … et là j’en profite pour vous dire que comme par hasard le seul grand problème du cinéma me semble être où et pourquoi commencer un plan… ».

    regard indépendant,l'etna,camillo valle

    Cadavres exquis – 17 min. 30 s.

    Un cadavre exquis est un film monté avec le hasard de plusieurs sources inspirées par un mot tiré au hasard du dictionnaire et tournées en une bobine Super 8, sachant que dans la formule du Dr Faustroll, l'ordre des facteurs altère le produit, donc H + H ≠ F car H + H = F Ce qui est l'équivalent d'un film !

    Le super 8 a 50 ans !

    The art of super 8 : the analogic revolution, un film de Camillo Valle – Musique La Moranera – Son Marco Trinchero – Italie – 2015 – 21 min.

    Une passion contagieuse et inflammable pour le cinéma, racontée à travers l'émulsion de la pellicule super 8. un long voyage à travers l'Europe pour recueillir les expériences, les trucs et les secrets de cinéastes éclectiques qui, à contre-courant de la technologie digitale, continuent à maintenir vivante la magie argentique.

  • Omelette de Rémi Lange, le 28 novembre

    Samedi 28 novembre – 14h00 – Cinéma Mercury

    Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - 06300 Nice

    Le super 8 a 50 ans !

    Regard Indépendant, super 8, remi lange

    Omelette, un film de Rémi Lange - Version super 8 brute non retouchée – France - 1993 – 78 min.

    Avec Rémi Lange, Antoine Parlebas, Thérèse Lange, Edmée Longhi, Guillemette MartinMaurice Cora Arama, Emilie Cordelier, Gérard Courant, Olivier Drouaut, Christophe Frèrejacques, Karine Frèrejacques, Marteen Hamstra, Jean-No, Maurice Julien, Françoise Lange, Jacques Lange

    Fatigué de réécrire le même scénario, Rémi commence un journal filmé. Il décide un jour, caché derrière sa caméra, d'annoncer à sa mère l'existence du garçon qui partage sa vie depuis 3 ans, le "squelette de son placard". Sa mère accuse le coup, puis lui dit à son tour le secret qui l'étouffe, un secret de famille encore plus lourd à porter.

  • Films régionaux, 27 novembre

    Vendredi 27 novembre - Cinéma Mercury – 20h00

    Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - 06300 Nice

    Programmation régionale

    Kamishibai, un film de Il était un Truc... et Benjamin Fincher – Production Il était un Truc..., Benjamin Fincher et YES is More Music – Musique Benjamin Fincher – 5min. 54s.

    Avec Aliosha Molli

    Un visage-paysage défile...

    Les Androïdes Vont-ils Au Paradis ?, un film de Ben Courtois – Assisté de Charlotte Leménorel – Son Gabriel Pelisson - Musique Gabriel Fauré - 2015 – 9 min.

    Avec Garance Pastrie.

    Une pièce renferme une androïde qui n'ose en ouvrir la porte. Elle se contente d'un poster pour sortir, rêver, gambader dans les champs de son esprit, profiter de son temps éternel à en perdre son corps.

    androides.jpg

    Tony, un film de Benoît Bouthors - Image Marine Atlan - Son Elisha Albert - Montage Jonathan Vinel - Scénario : Benoît Bouthors - Coproduction G.R.E.C/IUT de Corte, avec le soutien de la Collectivité Territoriale de Corse – 2015 – 20 min.

    Avec Martin Nikonoff, Josephine Gambini et Ange Luciani.

    Alors qu’une étrange éclipse plonge le monde dans le chaos, Tony, qui vit modestement avec sa mère et son jeune fils au milieu des montagnes, tente de survivre.

    tony01.jpg

    Le kit, un film de Xavier Hervo - Image Sébastien Dubor et Dorian Hays - Montage et étalonnage Cécile Chièze - Musique et voix off : Frédéric Mauviel – 2015 – 2min.

    Avec Frédéric Mauviel, Louve Reiniche-Larroche

    Révolutionnaires du 21ème siècle: Engagez-vous.

    Écrivez l'Histoire grâce au KIT !

    Mur KIT3.jpg

    Les Chtoniens, un film de Dimitri Hugues – Son Raphaël Roche - Mixage son et création sonore Godefroy Giorgetti - Montage Dimitri Hugues, Raphaël Roche et Phémie Chen - Master professionnel "Métiers du film documentaire" - 2015 – 15min.

    Véritable plongée dans le monde souterrain, dans les entrailles de la ville, "Les chtoniens" est un film sur des hommes qui travaillent dans l'ombre, cachés de tous.

    Photo Les Chtoniens.jpg

    La relève, un film de Christophe Prévite – Production Bambule Films - Image Vincent Moreau – scénario et production François Lachaud – 2015 – 16min.

    Avec Renaud Castel, Olga Shuvalova, Juliette Moreaud et Gilles Azzopardi

    Deux êtres, défigurés par la violence des jours et que rien ne rassemble, vont pourtant tomber l’un sur l’autre pour mieux se relever à la grâce d’un poème de Rimbaud.

    Releve.png

    Octave se jette à l'eau, un film de Timothée Aspert et Sébastien Guerrieri – Musique Julien Verger - Production Kyrne Productions et Collectif Galette Prod – 2015 – 10 min.

    Octave, un vieux loup de mer solitaire squatte un parc d'attraction désaffecté. Sa peur de l'eau l'empêche de naviguer et il passe tout son temps à écouter la vie autour de lui. Quand des activistes viennent troubler sa tranquillité pour préparer un coup contre Marineland, il se met à les espionner.

    Vendredi 27 novembre - Cinéma Mercury – 22h00

    Un voyage historique avec le Che, un film de Françoise Miran – 9 min.

    Six mois après l'avènement de la révolution cubaine, Castro envoie une délégation rencontrer les dirigeants des pays dits « non alignés ». Ce film interroge les derniers participants encore vivants.

    Che guevara.jpg

    L'oeuf et le nid, un film d'Alain Boeuf – Image Alain Boeuf et Michel Dunand - son Yves Héaulme et David Sicot - Montage Anna Thillet – production Mocco, Studio Lemon, Loca Compagnie - documentaire – 2015 – 58 min.

    C’est l’histoire d’une adoption sous la forme de plusieurs récits qui s’articulent autour de la question de la difficulté de l’accueil et de celle du processus de la construction identitaire. C’est un conte à la fois géographique et imaginaire. C’est un témoignage au jour le jour de l’aventure personnelle de l’auteur et de son épouse. Il décrit les embûches, les fantasmes, les joies et les déceptions qui jalonnent ce parcours jusqu’à l’arrivée de l’enfant tant désiré. Puis quand l’enfant arrive enfin, comment le fruit de cette expérience unique se concrétise.

  • "Les chtoniens", le tournage


    Tournage du film Les chtoniens de Dimitri Hugues, qui vous sera présenté vendredi 27 novembre à la séance de 20h00, au cinéma Mercury.