Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'édito des 20 ans

Bandeau 20e.jpg

Mettre le paquet !

Je me permets de reprendre en accroche de cette 20e édition, l'injonction lancée par un élu lors de la soirée de clôture d'Un festival C'est Trop Court de nos amis d'Héliotrope. L'expression est à la fois dynamique et volontaire et elle résonne pour nous de plusieurs manières. 20 ans de Rencontres autour de la création en cinéma, en vidéo et en tous ces arts qui peuvent leur être associés, c'est un événement. Mais il y aura un autre anniversaire dont on va parler tant et plus l'an prochain, celui des cent ans des studios de la Victorine. Il y aura là aussi célébration, souvenir et transmission d'une histoire, celle du cinéma à Nice et de la relation de la ville au cinéma. Dans la bouche de l'élu, l'expression Mettre le paquet était plutôt destinée à cet anniversaire là. Cela se comprend. Mais l'on ne m'en voudra pas si, quand Laurent Trémeau, directeur artistique d'Héliotrope, m'a fraternellement passé le relais symbolique des manifestations actuelles, je l'ai un peu prise pour Regard Indépendant et ses Rencontres.

Car 20 ans de Rencontres c'est aussi quelque chose : du temps, de l'énergie, du travail, de l'amitié, des souvenirs, du partage, de la découverte, des coups d'adrénaline et, ce qui compte le plus pour moi, le sentiment de voir s'écrire, avec patience et modestie et ténacité, quelques pages parmi les plus fragiles de l’histoire du cinéma à Nice. Et dans sa région, ne soyons pas trop restrictif. Un exemple parmi d'autres : il y a vingt ans nous diffusions le film d'étudiant de Sami Lorentz, réalisé à l'ESRA Côte d'Azur et aujourd'hui, Sami désormais professionnel installé à Paris, présentera samedi 1er décembre à 14h00 au cinéma Mercury « Ma Madeleine de Nice », documentaire de création réalisé avec Audrey Espinasse. Un film qui explore la mémoire d'un quartier niçois et de ses habitants, qui en écrit et en transmet l'histoire, la petite comme la grande. C'est peu de choses et c'est beaucoup.

Alors, oui, nous avons voulu mettre le paquet pour les 20 ans, pour que ces Rencontres soient ce gros paquet cadeau plein de choses à découvrir et à partager que nous vous avons préparé. Et, oui, il faudra mettre le paquet l'an prochain, demain, pour que la célébration du cinéma à Nice soir aussi, à côté du cinéma-industrie et du cinéma-prestige, la célébration d'un cinéma de proximité, d'un cinéma vivant qui se pratique ici et maintenant, tous les jours et toutes les années, un cinéma fragile et nécessaire porté par le travail au quotidien des associations et de leurs bénévoles qui le font vivre et le transmettent.

Assez de grandes déclarations et ouvrons ce paquet ! Quatre journées dont une fête des vingt ans dans un nouveau lieu pour nous, la salle Laure Ecard à St Roch, où sera présenté un bref résumé de nos collections en super 8, un hommage en vidéo danse, une carte blanche à nos amis d'Héliotrope (c'est bien le moins), du spectacle vivant avec la compagnie Hypotypose et le duo Emmanuelle Nègre et Geoffrey Boulier qui avait illuminé le Mercury l'an passé. Un court métrage réalisé en super 8 pour un atelier en milieu scolaire débutera le programme en forme de piste pour l'avenir. L'ouverture aura lieu le lendemain dans la belle salle de la Cinémathèque de Nice, une première pour un ensemble en super 8 et 16 mm qui fera la part belle à nos invités Anglais et Suisses et à notre goût pour les expériences et le patrimoine alternatif.

Les deux journées qui suivront au cinéma Mercury auront pour objectif d'illustrer notre regard indépendant sur la création émergente et locale. Depuis les films d'école jusqu'aux productions professionnelles, nous recevrons de nombreux auteurs de tous âges et de tous horizons qui partagent le goût de l'image et le plaisir du récit. Il y aura des noms connus des familiers des Rencontres : Guillaume Levil, David Vieillefon, Christophe Camoirano, Antoine Banni, et de nombreuses découvertes comme Alain Biet, Malou Levêque ou Thomas Chansou. Il y aura des liens avec la montagne et la mer, avec des régions proches et des pays plus lointains, il y aura de la boxe et de la danse, de l'animation et des images venues du passé, il y aura à voir et à déguster. Du super 8 enfin, encore et toujours, avec la présentation de notre collection 2018 sur un thème qui nous a semblé d'une actualité indispensable « Utopia », et, pour celles et ceux qui veulent passer aux actes, un atelier de développement de super 8 en noir et blanc. Mettons le paquet !

Vincent Jourdan, Président

Écrire un commentaire

Optionnel