Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il était une fois la Victorine... partie 2

Il était une fois... Les studios de la Victorine (et le cinéma à Nice)

Les Studios de la Victorine à Nice fêtent leurs cent ans en 2019. Créés sur une propriété de la famille du maréchal Masséna par deux producteurs, Louis Nalpas et Serge Sandberg, ce complexe cinématographique a été le cœur de l'activité cinéma dans les Alpes Maritimes pendant un siècle. Ils ont vu tourner les équipes de Rex Ingram, Alfred Hitchcock à ses débuts, Leonce Perret, Christian-Jaque, Abel Gance, Jean Grémillon, Marcel Carné, Jacques Tati, François Truffaut qui en tira un film emblématique La Nuit américaine en 1973, Georges Lautner ou Woody Allen. A leurs côtés se sont illustrés des créateurs indépendants aussi essentiels que Jean Vigo, Alfred Machin ou Abel Gance. Un générique prestigieux pour un scénario plein de rebondissements, d'heures de gloire et de moments de crise. Nous vous proposons de revivre leur prestigieuse histoire à travers un cycle de trois conférences animées par Vincent Jourdan, président le l'association Regard Indépendant, chroniqueur cinéma et auteur de Voyage dans le cinéma de Sergio Corbucci (éditions Lettmotif).

Seconde conférence le mercredi 6 mars à 17h00 : Les temps de guerre et les temps de paix (1940-1959).

BMVR de Nice - Bibliothèque Louis Nucéra, 2 place Yves Klein, Auditorium.

Entrée libre

Victorine03.jpg

La défaite de 1940 entraîne l'exil de tout un pan du cinéma français dans le Sud. Près de quarante films vont se tourner sur cette période trouble, avec quelques œuvres légendaires du cinéma français : Abel Gance, Jean Grémillon, Jacques Becker et bien sûr Marcel Carné qui enchaîne Les Visiteurs du soir et Les Enfants du Paradis. C'est un nouvel âge d'or paradoxal pour la Victorine comme pour le cinéma français. Le retour de la paix et la reconstruction ne permettront pourtant pas un véritable essor. L'activité se maintient avec des hauts et des bas, quelques moments phares comme Jacques Tati qui construit la villa Arpel pour Mon Oncle où Gérard Philippe qui tourne son premier (et seul) film comme réalisateur avec Les Aventures de Till l'espiègle. Domine « une certaine tendance du cinéma français ».

Photographie La Nuit américaine de François Truffaut, DVD MK2.

Écrire un commentaire

Optionnel