Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Diffusion - Page 3

  • 28 juin - Expérience super 8 à la Zonmé

    Dans la chaleur de ce début d'été, l'équipe de Regard Indépendant est ravie de vous inviter à vivre l'expérience super 8 en partenariat avec la Zonmé le samedi 28 juin à partir de 20h00.

    A6.jpg

    C'est une première pour nous d'être accueillis dans ce lieu de culture et d'échanges. Au programme nous vous proposons de découvrir ou de revoir les meilleurs films de notre collection 2013 « De 5 à 7 » de courts métrages en super 8 tourné montés. La projection aura lieu en super 8 avec les films du palmarès (jury et public). Belle occasion de voir les œuvres de Sandra Fatté, Jan Peters, Morgad Le Naour, Sacha Casadamont Duval et du Radis Calciné... et quelques autres.

    Un second programme autour de notre thématique fétiche sera proposé en numérique. Nous ouvrirons par un amuse-bouche des 16e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice (27-29 novembre 2014) en Kodachrome. Puis les réalisateurs Xavier Ladjointe et Antoine Banni vous proposeront les versions inédites de leurs films « Carrousel » et « Ulysse ». Pour terminer en beauté, une carte blanche au Festival du super 8 tourné-monté de Strasbourg. Animé par l'association Ma Lucarne, il a tenu sa 11e édition au mois de mai. Le programme concocté par leurs soin proposera quelques-unes de leurs perles. Manière de feu d'artifice festival.

    L'équipe de la Zonmé assurera les rafraîchissements et, passé les projections, la restauration des heureux spectateurs.

    Programme

    Collection super 8 en tourné-monté « De 5 à 7 » - Présentation du DVD

    Petites annonces - Un film de Sandra Fatté – Premier prix du jury 15e rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Ich bin 47 – Un film de Jan Peters – Second prix du jury et Prix du public 15e rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Flightmare #2517 – Un film du Radis Calciné – Troisième prix du jury et Prix du public 15e rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Hands – Un film de Cate Barron et Xavier Pasturel Barron

    Übermut - Un film de Charbel Kamel

    César de 5 à 7 – Un film de Morgad Le Naour – Mention du jury 15e rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Une fille de Belleville et de Ménilmontant – Un film de Sacha Casadamont-Duval – Mention du jury 15e rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    super 8,la zonmé

    Petites annonces

    Pause

    Kodachrome (la bande annonce ) - Un film du Collectif K-14 – Production Les renards

    l'histoire de quatre Belges qui partent filmer le dernier labo développant le Kodachrome aux USA. Un road trip sur les traces du celluloïd.

    Carrousel – Un film de Xavier Ladjointe - Images : Xavier Ladjointe et Sacha Casadamont-Duval, assistés de Isabelle Angibaud - Avec Xavier et Thomas Ladjointe – Version numérique.

    Papa me filme avec sa caméra super 8 sonore. A la sortie de l'école avec ma voiture rouge et mon sweet-shirt rouge et aussi sur le manège depuis la buvette...

    Ulysse – Un film d'Antoine Banni – 14min.

    Je trouve une pellicule Super8 dans une bouteille.

    super 8,la zonmé

    Kodachrome

    Carte blanche au Festival de Strasbourg – Association Ma Lucarne

    Gottvertomi - 4min – 2006 - de Jacques Mathis

    L'histoire d'une famille gothique qui finit mal.

    Tourné Monté Mode d'emploi - 1min 40 – 2006 - de Fabien Bach

    Astuces pour réussir son film sans montage.

    SuperMouton - 4 min – 2006 - de Gilles Leroy - Prix du public 2006

    Un héros des temps modernes.

    Le grand déballage – 2min 30 – 2006 - de Victor Kolbitr

    Le devenir carton d'un homme.

    Le peuple de l'herbe -2 min 50 – 2011 -de Roger Batteault

    Microcosme.

    Pyram et Tisbé - 4 min 40 – 2011 - d'Alexandre Moisescot

    Quand une peine de cœur mène au suicide un preux chevalier

    super 8,la zonmé

    Super mouton (et Elvis)

    Informations

    Samedi 28 juin 2014 – 20h00

    Tarifs : PAF : 3 € + adhésion à la Zonmé obligatoire

    Restauration sur place

    La Zonmé

    7 bis Rue des Combattants en Afrique du Nord

    06000 Nice

    Contact : 06 23 07 83 52 - regardindependant@gmail.com

    Visuel Illys Poulpfiction

  • "L'arbre mort" de Joseph Morder - Un texte de Josiane Scoleri

     Tourné en 1987, L'arbre mort de Joseph Morder sera présenté pour la première fois à Nice ce samedi 18 janvier 2014 en présence du réalisateur. Gérard Courant, l'ami de longue date, sera également présent pour Le journal de Joseph M., documentaire de 1999 qui lui est consacré.

    Séances à 18h00 et 20h30 – Cinéma Mercury – 16 place Garibaldi – Nice

    L'arbre mort de Joseph Morder

    Un film en blanc, bleu, noir avec quelques touches de rouge

    Texte de Josiane Scoleri – Cinéma Sans Frontières

    Avec L'arbre mort, nous sommes transportés dans la Côte d'Azur mythique, telle qu'elle restera à jamais gravée dans la mémoire de tous les cinéphiles, entre Belle Époque et films de Hitchcock.Nous sommes en même temps dans les mélodrames hollywoodiens de la grande époque, chez Douglas Sirk ou Vicente Minelli, Couples flamboyants, belles dames énigmatiques et si élégantes, Décorum un rien guindé des belles demeures où évoluent comme dans un aquarium des familles distinguées et  délicatement décadentes... Tous les lieux du films ont cette aura de « luxe, calme et volupté » qui rima longtemps avec French Riviera.. Et pourtant le film a été tourné en super 8, comme on imaginerait un rejeton inattendu de l'Arte Povera au cinéma...

    Joseph Morder se plait à jouer avec les codes et à déjouer l'attente du spectateur. D'abord, par la non- linéarité du récit, et là nous sommes dans l'anti -Hollywood par excellence. Nous ne savons pas  toujours si nous sommes dans le récit au présent ou dans celui de la mémoire ; Ensuite par un remarquable travail sur le son, la voix off et les dialogues, souvent en décalage. La voix off se superpose volontiers aux dialogues et les rend inaudibles ou presque. Et tout est dans ce « presque. ». qui renforce l'atmosphère de chaque scène en frustrant le spectateur qui espère un instant, par un regain d'attention, combler les lacunes ou les ellipses grâce aux échanges entre les personnages. Sans oublier l'intermède musical quelques part au milieu du film. Joseph Morder aime les voix de femmes et les chansons d'amour qui finissent mal dans les cabarets enfumés.

    Mais peut être L'arbre mort est -il avant tout,un film sur la couleur et la lumière. Là encore, nous sommes sur la Côte d'Azur élue de tous les peintes du début du siècle :Matisse, Bonnard ou Dufy pour citer d' entrée de jeu les grands coloristes. Certains plans sont d'ailleurs directement inspirés de ces tableaux qui ont fait de la lumière leur véritable matière(cf la lecture de la lettre derrière les persiennes ou les scènes sur la Promenade des Anglais). Et très naturellement, avec cette sensibilité d'un homme qui a grandi dans le grand Sud, Joseph Morder joue avec subtilité des contrastes entre l'ombre et la lumière et va jusqu'à créer des ambiances de pénombres intimistes tournées à contre-jour (nous sommes très loin d' Hollywood dans la forme et pourtant si près de l'esprit du mélodrame déployant tous ses artifices pour que la pellicule vibre du magnétisme qui traverse les couples seuls au monde, entièrement absorbés d' eux mêmes).

    Laura presque toujours en blanc, Jaime en noir dans les bleus de la mer et du ciel. Le film offre une palette réduite qui revient comme un leit-motiv et contribue fortement à l'unité formelle du récit... Les plans fixes se succèdent rapidement, les clins d'oeil au cinéma aussi. Le super 8 ,de par ses contraintes propres, accentue le côté livre d'images ou faux film d'amateur. Et le puzzle prend forme peu à peu sous nos yeux. Et la Côte d'Azur devient le lieu de toutes les escales comme de la destination finale, quelque part en Amérique latine, dans une fluidité sans faille. 

    C'est là que le rouge va entrer en scène. Rouge de la passion amoureuse bien sûr, (d'ailleurs la jeune fiancée délaissée porte une robe bleu un peut éteint à pois blanc) mais aussi - et de manière plus surprenante – rouge de l'ardeur révolutionnaire.. Cette trame tardive vient ajouter une dimension totalement inattendue à ce qui était jusqu'ici la belle histoire stylisée d'un coup de foudre. La narration acquiert une profondeur soudaine et introduit pour la première fois des personnages autres, qui n'appartiennent pas au cénacle. D'abord l'ami en rupture de ban qui s'est retiré du monde et qui porte d'ailleurs un pull rouge – c'est la première fois que cette couleur apparait à l'écran - puis les domestiques qui sont les premiers à connaître la nouvelle du coup d’État et à l'annoncer aux maîtres.

    Arbre mort 02.png

    Le réel qui avait été si minutieusement tenu à l'écart fait violemment irruption avec le texte du communiqué de presse diffusé à la radio. A la fois grotesque et sinistre, il pourrait parfaitement être celui de Pinochet ou de Videla au moment du putsch, dans leur obsession de l'ordre et de la morale catholique. Tout d'un coup le film bascule et s'accélère, L'espace d'un instant nous ne savons pas à quelle bifurcation, à quel retournement nous allons avoir droit. Mais nous pouvons faire confiance à Morder. Il tient bon la barre et veille au grain. Bien vite nous retrouvons nos deux amants qui courent éperdus, elle en rouge, lui en noir. Des retrouvailles oh combien romantiques,certes mais s'agit-il d'une fuite, sont-ils en danger ? Des coups de feu retentissent, Nous sommes au cimetière, la mort rôde.  L'arbre mort prend des faux airs de film à suspens sur toile de fond politique, qui l'eut cru? La maestria du réalisateur est tangible dans cette rupture de rythme aussi soudaine que fugace, car très vite tout s'apaise. Le mélodrame reprend tous ses droits. Les amants se sont retrouvés pour ne plus se quitter. La voie de l'amour est libre.

    Et pour boucler la boucle, la scène finale est le contre-point parfait de la si belle scène dans la chambre aux volets clos : à une lettre d'amour conjugal raisonnable et prévisible lue dans un intérieur douillet protégé d'une trop forte lumière et d'une trop grande chaleur répond une lettre de rupture plutôt froide lue dans la grisaille d'un square parisien. Sous ses airs modestes, L'arbre mort se révèle être une grande et subtile leçon de cinéma.

  • Joseph Morder et Gérard Courant à Nice le 18 janvier

    Une rencontre exceptionnelle vous est proposée par les associations Cinéma sans Frontières et Regard Indépendant au cinéma Mercury (16 place Garibaldi à Nice) le samedi 18 janvier. Projection des films : Le journal de Joseph M. de Gérard Courant suivi de L'arbre mort de Joseph Morder, présenté pour la première fois à Nice, en présence des deux réalisateurs.

    18h00 : Le journal de Joseph M. de Gérard Courant (1999 – 59 min.)
    Réalisé par son ami Gérard Courant, un portrait complice de Joseph Morder, cinéaste et fondateur facétieux des archives Morlock.
    Filmé dans son quotidien parisien, mis en scène avec malice, et lors d'une excursion à Bruxelles, le cinéaste, accompagné de sa fidèle caméra super 8, rencontre proches et amis - de Luc Moullet à Marcel Hanoun - et devise avec eux de son journal, des films et de la vie. Quelques extraits du journal filmé de Joseph Morder agrémentent ce portrait en liberté.

    Joseph M.jpg

    Joseph Morder est marqué aussi bien par le grand cinéma hollywoodien que par le bricolage de la Nouvelle Vague, par la comédie musicale comme par le mélo flamboyant, imbriquant dans ses récits à la première personne des fragments d'un juif exilé à Guayaquil en Equateur que l'errance a mené de Paris à New York, en passant par Berlin, Madrid, sans oublier une étrange contrée nommée Morlock. De ces influences et de ces pays, réels ou imaginaires, il a tout filmé.

    20h30 : L'arbre mort de Joseph Morder (1987 – 90 min.). Avec Philippe Fano, Rosette, Nicole Tuffeli et Patrick Zocco.
    Peu après la fin de la seconde guerre mondiale, dans un bateau reliant la France à l’Amérique du Sud, Laura rencontre Jaime. Arrivés à destination, les deux personnages se séparent par accident. Laura cherche son amant, Ricardo et Jaime se prépare à épouser Sofia, sa fiancée. Par un soir d’orage et de coup d’Etat, le destin entre dans la vie de Laura et de Jaime, grâce à un arbre mort...

    Arbre mort 01.png
    Le film est tourné à Nice en super 8 et 16 mm. Chaque plan se veut un hommage à un cinéaste, un peintre ou un musicien. Ainsi, lorsque Laura lit une lettre dans sa chambre d'hôtel, c'est un hommage à Matisse qui vivait à Nice. Le thé sur le balcon avec la tante Pilar est un hommage au Gigi de Minnelli.

    Présentation des films et animation des débats: Josiane Scoleri (CSF) et Vincent Jourdan (Regard Indépendant)

    Cinéma Mercury

    16 place Garibaldi / 06300 Nice / 04 93 55 37 81

    Tarifs du cinéma / tarif réduit pour les adhérents de CSF et Regard Indépendant

  • Flightmare #2517 - le teaser


    Exceptionnel, une première : le Radis Calciné a réalisé un teaser pour son super 8 ! A découvrir samedi soir, le 19 novembre au cinéma Mercury. 

  • Samedi 30 novembre - Soirée de clôture

    Soirée de clôture – A partir de minuit

    Cinéma Mercury - Sur invitation

    Remise des prix de la collection 2013 «De 5 à 7»

    Musique avec Memphis Maoaux platines pour un mix à 360° (de Memphis à Vénus) 100% rock'n'roll qui s'adresse autant au cerveau qu'aux pieds.

    jörg buttgereit,menphis mao,radis calciné

    Cinéma à partir de 01h00 - Âmes sensibles et mineurs s'abstenir !

    Princess Mononiké (Uncensored Director's Cut Trailer) - Un film produit et réalisé par Le Radis Calciné - (Nouara Aci / Sacha Casadamont-Duval / Teresa Maffeis / Guy Ouillon / Pierre-Rémy Pichon / David Sauval) - France - 2013 - 7 minutes.

    Il était trois fois, une jeune femme Sud-africaine qui tenta d’échapper à son destin.

    Princess Mononiké.jpg

    Nekromantik. Un film de Jörg Buttgereit – Jörg Buttgereit et Franz Rodenkirchen – Photographie Uwe Bohrer - Musique Hermann Kopp, Daktari Lorenz et John Boy Walton – Production Manfred Jelinski - Allemagne – 1987 – 75 min. Interdit aux moins de 16 ans

    Avec Bernd Daktari Lorenz, Beatrice Manowski, Harald Lundt, Colloseo Schulzendorf.

    Rob travaille pour une société mortuaire. Fasciné par la mort, il vole un cadavre et le ramène discrètement à la maison pour en faire un macabre objet de divertissement sexuel. Il a cependant la surprise de constater que sa femme finit par préférer la compagnie du cadavre à la sienne.

    nekromantik.jpg

    Influencé par les faits divers morbides, la littérature criminelle et les auteurs érotiques, Nekromantik s'est immédiatement hissé au rang de film culte tant son sujet affiche un réel mépris des tabous et du "bon goût" cinématographique.

    Le film étale devant les yeux du spectateur des scènes plus choquantes les unes que les autres. A travers la passion maladive des deux protagonistes pour la mort, le réalisateur multiplie les expositions d'organes et de corps pourrissants, fait se vautrer le couple dans des bains de sang, leur fait faire l'amour avec un cadavre en état de décomposition, lécher les liquides suintants de chairs putréfiées...
    La réalisation hésitante, le format 16mm et les effets spéciaux miséreux renforcent, paradoxalement, l'ambiance lugubre, morbide, et la force évocatrice, très glauque, des images, capables de soulever l'estomac des plus coriaces amateurs de gore. Et le tout s'enrobe d'un style assez tragico-lyrique, poétique même parfois, en total décalage avec le thème. (Christophe B. - www.scifi-universe.com)

    jörg buttgereit,menphis mao,radis calciné

  • Samedi 30 novembre : le grand soir du super 8 Partie 2

    Le grand soir du super 8 – En présence des réalisateurs

    21h40 - Cinéma Mercury

    Collection super 8 en tourné-monté sur le thème «De 5 à 7»

    super 8,regard indépendant

    Carrousel

     

    Programme 2

    Flightmare N° 2517 – Un film du Radis Calciné – Avec Nouara Aci, Sacha Casadamont-Duval, Teresa Maffeis, François Guillaumet et Pierre-Rémy Pichon.

    Un sans papiers venu de loin, mais alors vraiment de très très loin, consulte une voyante. Celle-ci lui prédit une issue fatale «  de cinq à sept  ».

    Laissez un message – Un film de Justine Lavaire – Musique Matthieu Viley - En partenariat avec La Petite Marchande de Films – Avec Sophie Robles.

    Deux heures pendant lesquelles une femme s'abandonne à une rêverie hors du monde actuel.

    From 5 to heaven – Un film de Cate Barron – Photographie Xavier Pasturel Barron – Musique Cate Barron et Xavier Pasturel Barron. Avec les mains  : Juliet Vibert, Roselle Gillam, Nelly Cosnefoy, Danielle, Leisa Dorsey, Tracey Duquesney, Rosanna Alba-Filly, Hedwige Marie, Morgan, Gillian Lutyens, Cate Barron et Claudine Aumersier.

    Dear hands,

    Come as we are.

    Übermut - Un film de Charbel Kamel – Liban.

    Elle est une princesse Saoudienne.
    Au Liban, c'est la liberté qu'elle trouve.
    Une liberté assassinée depuis toujours dans son pays.

    La disparition – Un film de Philippe Frey et Stéphanie Thiesson – Photographie Frédéric Cencini et Antoine Banni – Avec Marie-Hélène Ettori, Charlotte Libeau, Dorian Alunni, Andrea Bessi, Amandine Yovlov et Philippe Frey.

    Une femme s'amuse sur la plage avec son homme. Il disparaît. Elle se retrouve ensuite entre rêve et réalité.

    Aisling – Un film de Anthony Le Grand – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Last man on earth (Entre chien et louve) – Un film de Julie Berettoni et Benjamin Tonetti – Assistés de Virginie Di Martino pour la photot - Musique Interceptor – Avec Aristides Othon Frederic Wilfried, Helena Aculalair, Callista Dorotheds, Quitry Noisser et Joline Tetuberi.

    Nous sommes en 3022, les femmes sont les seules héritières du genre humain et le dernier homme sur terre tente d'échapper à son destin…

    César (de 5 à 7) – Un film de Morgad Le Naour – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    The cracks in the sidewalk – Un film de Aaron Moorhead et Justin Benson – Photographie Will Sampson – USA – Avec Justin Benson et Aaron Moorhead.

    Où l'on découvre une solide vérité concrète au cours d'un happy-hour sur un bar terrasse cosmopolite.

    Ta gueule s'il te plaît – Un film de Olivier Bourguignon et Virginie Meigner - En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Michael vit dans un mobil-home avec son chien et ses chevaux.

    Alice de 5 à 7 – Un film de Sophie Perrone – Avec Lalilola.

    Alice, fantaisie inconsciente d'un rêve originel.

    Petites annonces - Un film de Sandra Fatté – Liban.

    Un homme et une femme se rendent chaque jour après le boulot au jardin public. Se sentant bien seuls, ils décident de mettre une petite annonce dans le journal afin de rencontrer leur âme sœur.

    Carrousel - Un film de Xavier Ladjointe - Images : Xavier Ladjointe et Sacha Casadamont-Duval, assistés de Isabelle Angibaud - Avec Xavier et Thomas Ladjointe.

    Papa me filme à la sortie de l'école, avec ma voiture rouge quand on marche et aussi sur le manège depuis la buvette à côté ...

  • Samedi 30 novembre : le grand soir du super 8 Partie 1

    Le grand soir du super 8 – En présence des réalisateurs

    20h30 - Cinéma Mercury

    Collection super 8 en tourné-monté sur le thème «De 5 à 7»

    Point d'orgue de la manifestation, Regard Indépendant présentera une édition 2013 très internationale, avec des réalisateurs libanais, allemands, américains, anglais, et normands (en partenariat avec la Petite Marchande de Films) qui ont été invités à se joindre aux réalisateurs de la région. Au total, 28 films ont été réalisés sur le thème aux multiples interprétations « De 5 à 7 ». Les réalisateurs découvriront leur travail en direct avec le public. Le jury remettra les prix à la fin de la projection.

    Super 8 gentleman nap .jpg

    Gentleman's nap

    Programme 1

    Love Eating – Un film de Feyyaz – Photographie Michael Muck Kremtz – Son Roland-Guido Marx et Sound design Feyyaz - Musique "Playground for the children" de Jumpel ( Album BLOC4) - Allemagne – Avec Anne-Marie Lux.

    Sarah quitte son travail;et elle est en colère

    Pour se détendre, elle va danser sur une aire de jeu

    Mais une étrange surprise l'attend là.

    Entre deux – Un film de Hugues Klingelschmitt et Sophie Perrone – Avec Sophie Perrone et Hugues Klingelschmitt.

    De 5 à 7, dans le dédale des rues du vieux Nice, le mythe de Thésée se raconte à nouveau, et le monstre se dessine en lui pour absorber l'amour, la vie, la folie, l'oubli.

    The gentleman's nap - Un film de Racha Taki – Liban.

    Malgré toute la comédie dans la vie de Fouad, un mystère mélancolique ne cesse de ravager son existence.

    Céleste - Un film de Marine Duchet – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    une comète dévie dangereusement vers la terre et menace la tranquille existence de ses occupants.

    Crimée, de 5 à 7 – Une film de Marie Spiller – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Un quartier de Paris lors de ce temps intermédiaire de «  5 à 7  ». Sortant de la bouche de métro, des corps anonymes passent de l'urgence de quitter leur lieu de travail à la quiétude de déambulations urbaines sur le bord des quais.

    Une fille de Belleville et de Ménilmontant – Un film de Sacha Casadamont-Duval – Avec Isabelle Angibaud.

    Rencard - Un film de Adrien Melchior-Durand et Mathieu Lion – En partenariat avec La Petite Marchande de Films. Avec Pierre Laurent et Murielle Andres

    Un cadre moyen, victime de l'ennui au bureau, reçoit un coup de téléphone  : le travail en retard l'oblige à repousser un rendez-vous familial. Le combiné à peine raccroché, son alibi en poche, il se précipite dans la rue afin de rejoindre l'hôtel qui le délivrera un instant de sa vie standard et médiocre.

    Deux heures à tuer qui ? - Un film de Jean Louis Chinaski – Photographie Sophie Perrone – Musique Jean-Louis Chinaski - Avec Jean-Louis Chinaski

    Les deux dernières heures du docteur Henry Jekyll.

    1989 – Un film de François Gremaud et Mathilde Gilot – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    5 au 7 mars 1989, Lhassa, Tibet. Une manifestation pacifique autour du temple de Jokhang dégénère et embrase la capitale.

    SOS de 5 à 7 – Un film d'Aurore Bosquet – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Animation – Publicité pour une agence «  SOS de 5 à 7  » qui propose des alibis invraisemblables.

    Le Tony show – Un film d'Antoine Banni – Avec Sam Shatouil, Maggie Vandenabeele, Martine D. , Isadora, Antoine B.

    Pour l'enregistrement de son spectacle, Tony est aphone ; une infirmière lui administre un traitement choc ; le supportera-t-il ?

    Super Jesus 6.5 – Un film de Benjamin Audouard et Harold Toutain – En partenariat avec La Petite Marchande de Films. - Avec Benjamin Audouard, Clémence Savalle et Adèle Vidal.

    Fin de soirée. Une danse. Un baiser. Un bain. Et une cène. A trois.

    Ich bin 47 – Un film de Jan Peters – Allemagne.

    J'ai 47 ans.

    Ombre  ! – un film de Nathalie Portas – Son Frédéric Houam – Avec Virginie Cipre, Florence Albrecht et Emmanuel Desestré.

    Une femme assistant à un spectacle de jongle se fait harceler par un personnage irréel.

  • Carte blanche à The Smalls : les films

    A girl and a gun - Un film de Eileen McQueen

    Une fille rencontre un révolver... Un western.

    A girl and a gun2.jpg

    Pvt Craine – Un film de Ben Mallaby

    Le soldat Craine découvre le corps de son sergent après un bombardement. Les évènements qui s'en suivent prennent un tour sombre.

    Private craine.png

    The hungry corpse – Un film de Gergely Wootsch et James Pout - Animation.

    A Londres, dans le quartier animé mais désolé de Trafalgar Square, un corps ancien mais plutôt affamé, rencontre un pigeon.

    The-Hungry-Corpse.jpg

    Voice over de Martin Rosete

    Un homme est confronté à trois situations insurmontables et doit faire face à une mort certaine.

    Voice-Over-de-Martin-Rosete-1000x500.jpg

    Without You [Lapalux] by Nick Rutter

    La candide Natalia Tena s'éprend des charmes étranges d'un gimp dansant. Ils entament une sombre mais pourtant drôle de romance qui culmine quand Natalia doit choisir entre son ancien monde d'innocence ou suivre le gimp dans un monde nouveau et inconnu. 

    Les films seront présentés en version originale.

  • Samedi 30 novembre après-midi

    Samedi 30 novembre - 14h00 – Cinéma Mercury

    Programme documentaires – En présence des réalisateurs

    Un hiver tunisien - un film de Teresa Maffeis et Guy Ouillon – Production Teresa Maffeis et Guy Ouillon – Musique Ben Othman – France – 2013- 26min.

    La transition démocratique Tunisienne coïncide avec des vagues massives d'immigration vers l'Europe, des milliers de jeunes hommes, traversant la mer à leur risques et périls. Deux d'entre eux, ainsi que plusieurs personnalités sociales et politiques nous apportent leur lumières sur le présent, et le futur, de la jeune génération Tunisienne.

    Un-hiver-tunisien-Image1.jpg

    Foniké 2012 – 10 millions - un film de Jérémie Lenoir - Production : Micro Scopik, Foniké, CRRAV - Guinée-France – 2013 - 48 min.

    Avec Anny Kassy, Masta G, Kassangue, Boogary, Dash, Reflexion 2

    Conakry. Mai 2012.
    C'est le début de la saison des pluies. La nuit un orage menace.
    Au petit matin, un homme se réveille (mais se réveille-t-il vraiment?).
    On entend sa voix: "Dans nos sons, à l'unisson, nous on veut caresser le rêve. Dans le fond, même dans nos bas-fonds, nous on veut caresser le rêve."
    C'est le début d'une promenade à travers Conakry, capitale de la Guinée, ville en décomposition, en compagnie de quelques-uns de ses habitants, manieurs de mots.
    De Enta Nord, le quartier d'Anny, en passant par Lambanyi, celui de Blaise, jusqu'à Camayenne où fument les Boogary, le constat est le même: les gens sont fatigués par la répétition du rien. Par le mépris, les abus, les atrocités parfois, qu’ils subissent sans relâche.
    Le groupe Kassangue, qui a vu ses effectifs passer de 15 à 3 en quelques années, réclame avec une force décuplée: "Justice pour la Guinée".

    10 millions.jpg

    16h00 – Cinéma Mercury

    Amis anglais

    Programme Straight 8

    Première sélection des meilleurs courts métrages en tourné-monté des Straight 8 2012 (www.straight8.net) : humour, animation, musique, expériences...

    Hell's kitchen – Un film de Joel Green & Miranda Howard-Williams

    Meme - Un film de Nirozen Thavarajah

    Gnom-o-phobia - Un film de Vickie Ager

    Norton Hôtel – Un film de Paolo Annibale

    Texas instrument massacre - Florian Schertel

    Stuff – Un film de Eric Jowett

    Love triangle - Un film de Lucy Izzard & Mark Simon Hewis

    Squirrelpocalype – Un film de Matthew Mcneill & Jake Murphy

    Crime of fashion– Un film de Ian Waldron Mantgani

    Hell Kitchen.jpg

    Hell's kitchen

    Carte blanche The Smalls – Présentée par Kate Tancred

    Les Smalls (www.thesmalls.com) a braqué les projecteurs sur des courts-métrages incroyables, et propose depuis 2006 aux créateurs de formes courtes des débouchés professionnels afin de gagner reconnaissance et budget grâce à ce qu'ils aiment - développer des idées créatives et faire des films. The Smalls cherchent à créer un environnement numérique d'inspiration et de collaboration pour la création, le partage et la connexion. Aujourd'hui cette communauté réunit plus de 9000 membres et est le foyer de 10.000 courts métrages.

    En accueillant des marques sur une plate-forme de crowdsourcing créatif récemment lancé, The Smalls Pitch Room, The Smalls fonctionne comme un lien direct entre les cinéastes et les diffuseurs. Le Festival de films de The Smalls vient de terminer sa 8ème édition annuelle et l'organisation est fière de partager quelques-uns des meilleurs travaux dans le monde de l'animation, comédie, documentaire, drame, film en langue étrangère, et la vidéo musicale de leur sélection officielle 2013.

    A girl and a gun.jpg

    A girl and a gun de Eileen McQueen

  • Vendredi 29 novembre soirée

    20h00 – Cinéma Mercury

    Improvisation théâtrale et super 8 - Côté Cour…

    4 comédiens rompus à l’improvisation vont mêler leurs talents avec ceux du cinéma Super-8. Les films courts-métrages, tous produits par Regard Indépendant lors des collections précédentes, serviront de base à des scènes improvisées. Une soirée mêlant spectacle vivant et cinéma pour le plus grand plaisir du public… qui pourra également participer !

    Avec les compagnies : En Décalage et Les Toubidons

    Les toubidons.jpg

    Les Toubidons

    En décalage.jpg

    En décalage

    22h00 – Cinéma Mercury

    Sélection régionale

    Ma peine - Un clip écrit, enregistré, réalisé dans le cadre des dispositifs Passeurs d’Images et Ville Vie Vacances – Réalisation Association "Il était un Truc..." - Montage Stéphane Coda – France – 2013 – 3 min.

    9 adolescents, de 11 à 14 ans de l'association Épilogue, ont écrit un texte, qui a été mis en musique par Christine Lidon et scénarisé par l'équipe de réalisation, Florian Schonerstedt, Natalija Jukic et Amélie Masciotta.
    Durant la semaine du 22 au 26 juillet, le groupe a enregistré la chanson en studio à la Station et tourné les prises de vues dans la grande Halle du Chantier Sang Neuf.

    La curieuse histoire sans cuillère – Un film de Guillaume Levil et Mathilde Fénétrier- Production Les NoUS - 2012 – 14 min.

    Avec Hervé Terrisse, Frédéric Radepont, Anne Lemoël et Jean Guillon.

    Deux noctambules se rencontrent et s’attachent singulièrement l'un à l'autre le temps d'une nuit.

    la-curieuse-histoire-sans-cuillere.jpg

    Refuge – Un film de Benoït Seyrat - France - 2012 – 11 min.

    Refuge est un film de musicien. C’est le portrait sonore du refuge de Cougourde dans la vallée de la Vésubie. C’est aussi une expérience sensible, acoustique et visuelle, de la nature. Une création qui s’inscrit dans une démarche d’écologie du son.

    Refuge.jpg

    La soupe au pistou – Un film de Marie Botti – Scénario Marie Botti – Musique Pascal gandolfo - Production Marie Botti, Lullaby asso et Lucy in the Sky- France – 2013 – 23 min. 19 s.

    Marseille, un été. Le soleil, la chaleur, les cigales et la soupe au pistou. Les femmes préparent le repas pour toute la famille. Le fils va leurs présenter son petit ami, c’est un grand jour. Une seule absente  : la grand-mère qui agonise dans une maison de retraite. Juliette, une des filles, va lui apporter un bol de soupe au pistou.

    Soupe au pistou.jpg

    Avis aux intéressés - Un film de Cédric Romain - Scénario Cédric Romain d'après To Whom it May Concern, de Daniel Keene, traduit de l'anglais par Séverine Magois - Photographie : Ronan Boudier - Musique Erik Bianco – Production Mathieu Bompoint et Claire Trinquet (Mezzanine Films) – France – 2013 – 28 min.

    Avec Vincent Grass, Jean Rieffel, Christian Abart, Robert Garrouste, Marie Raynal, Sophie Barbero et Cédric Romain.
    Daniel, veuf et retraité, vit seul avec son fils Julien, autiste d'une quarantaine d'années. Daniel apprend qu'il va mourir. Se pose alors la question de l'avenir de son fils.

    Avis intéressés.jpg

  • Western à moustaches

    La malédiction du colt jaune de Daniel Mizera

    Vendredi 29 novembre à 16h30 en présence du réalisateur au cinéma Mercury

  • 15e Rencontres - Programme du vendredi 29 novembre après-midi

    Vendredi 29 novembre

    14h30 – Cinéma Mercury (16 place Garibaldi - Nice)

    Films d'écoles et d'ateliers

    Ateliers d'initiation à l'image en milieu scolaire encadrés par l'association Héliotrope

    Animaux – Violence– Classe de CM1, école René Cassin (Nice) – 1 min 40.

    Regard Indépendant, ESRA, Héliotrope

    L'enfer du tournage– Classe de 6e – Collège Nucéra (Nice) – 5 min. 40.

    Regard Indépendant, ESRA, Héliotrope

    Il était un banc– Classe de 4e option cinéma – Collège Vernier (Nice) – 5 min.

    Regard Indépendant, ESRA, Héliotrope

    Pour une papillote de plus– Classe de 3e – Collège Pierre Bonnard (Le Cannet) – 10 min.

    Regard Indépendant, ESRA, Héliotrope

    Films d'étudiants ESRA Côte d'Azur

    Dernier acte - Un film d'Antoine Desvergnes – ESRA Côte d'Azur – France – 2013 – 10 min. 30 s.

    Dans les années 30, un crime passionnel lors d'une représentation d'opéra.

    Regard Indépendant, ESRA, Héliotrope

    L'emprise – Un film de Lynda d'Alexis – ESRA Côte d'Azur – France – 2013 – 17 min. 30 s.

    Avec Karen Wallet et Cyril Necker et Cécile Combes

    Laure est aveuglément amoureuse de Gilles. Gilles, lui, est un manipulateur pervers à tendance narcissique. La jeune femme, sous l'emprise de son mari, se rend compte qu'elle n'est peut-être pas l'unique responsable de leurs conflits...

    Regard Indépendant, ESRA, Héliotrope

    Lupanar - Un film de Luana Rocchesani – ESRA Côte d'Azur – France – 2013 – 17 min. 40 s.
    Au début du siècle dernier, une jeune fille âgée de 15 ans vit dans une maison close tenue par sa mère. Celle-ci lui annonce qu’elle doit désormais y travailler, à l’instar de sa sœur aînée.

    16h30 – Cinéma Mercury

    Sélection régionale 1

    Ulysse - Un film d'Antoine Banni – France – 2013 – 30 min.

    Je trouve une bouteille à la mer avec une pellicule Super8 en guise de message.  À  la projection je découvre qu'il s'agit d'un essai pour une adaptation d'Ulysse de Joyce que j'avais tourné il y a plus de 20 ans.

    Pourquoi avais-je lancé cette bouteille à la mer ? Que sont devenues les  autres bobines ? L'heure est-elle venue de relancer le projet Ulysse ?

    La Malédiction du Colt Jaune – Un film de David Mizera- Production Sillystate Productions – France – 2012 – 55 min.

    Avec Jean-Sébastien Champeau , Jean Stefanelli , François Raynaud , Florent Biaggi , Cassandra Barandoni -et Elodie Belleuvre.

    Dans la campagne profonde, un shérif persécute les habitants. Un jour, un paysan trouve un revolver. Il est temps de mettre fin au calvaire !

    Regard Indépendant, ESRA, Héliotrope

  • Jérémie Lenoir parle de "10 millions"

    Jérémie Lenoir présentera le programme de clips de musique guinéenne en ouverture le jeudi 28 au Volume (nouvelle scène, rap, hip-hop et folk) ainsi que son nouveau documentaire 110 millions, samedi 30 à 14h30 au cinéma Mercury.

  • Les 15e Rencontres, c'est parti !

    Les 15èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Du 28 au 30 novembre 2013

    La 15ème édition des Rencontres Cinéma et Vidéo se déroulera du jeudi 28 au samedi 30 novembre au sein de deux lieux culturels niçois : la salle le Volume et le cinéma Mercury. L’association Regard Indépendant a choisi le thème aux multiples interprétations « De 5 à 7 » pour son rendez vous annuel. Les 28 films réalisés en super 8 sur le principe du « tourné-monté » seront projetés au cinéma Mercury le samedi 30 Novembre à partir de 20h30. Les trois journées des Rencontres seront, comme à l’accoutumée, dédiées à la création cinématographique régionale et indépendante.

    Affiche logo.jpg

    Programme :

    Jeudi 28 novembre – Salle le Volume

    Soirée d’inauguration à partir de 20h

    Au programme : Cocktail, sélection du 9e marathon du court métrage de Caen et de clips de musique guinéenne suivi d'un concert d’Anny Kassy.

    Vendredi 29 novembre - Cinéma Mercury

    Cette deuxième journée sera consacrée à la réalisation régionale avec les nouvelles œuvres de Guillaume Levil, Cédric Romain, Stéphane Coda, Antoine Banni, Marie Botti, Benoît Seyrat et un western moustachu signé David Mizera. Une place sera réservée aux travaux d’ateliers en milieu scolaire animés par nos amis de l’association Héliotrope ainsi qu’aux courts métrages de l’ESRA Côte d’Azur. En soirée, les compagnies En Décalage et Les Toubidons présenteront un spectacle d’improvisation théâtrale à partir de films super 8.

    Samedi 30 novembre – Cinema Mercury

    Après-midi consacrée à la production (vraiment) indépendante qui nous transportera en Tunisie et en Guinée, du super 8, encore, avec une sélection des Straight 8 anglais et une carte blanche à The Smalls.

     

    Point d'orgue, le grand soir du super 8 pour une édition 2013 très internationale, avec des réalisateurs libanais, allemands, américains, anglais, et normands (en partenariat avec La Petite Marchande de Films) qui ont été invités à se joindre aux réalisateurs de la région. Au total, 28 films seront présentés en présence des réalisateurs qui découvriront leur travail en direct avec le public. Le jury remettra les prix à la fin de la projection.

    La soirée de clôture sera rythmée par Memphis Mao aux platines et par la projection de deux œuvres : le culte Nekromantik de Jörg Buttgereit, et la Princess Mononikée du Radis calciné. Elle entretiendra la réputation conviviale de cette manifestation en animant le cinéma Mercury et ses alentours comme lieu de rencontres entre créateurs et public.

    Informations à télécharger à partir des liens sur votre droite.

    Rejoignez nous sur notre page Facebook

    Visuel Illys PoulpFiction