Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Festival - Page 11

  • Soirée d'ouverture au Volume

    Jeudi 18 novembre à partir de 20H00 - Le Volume, 6 rue Defly 06000 NICE

    L'équipe de l'association Regard Indépendant, en partenariat avec la Source, vous convie Jeudi 18 novembre à partir de 20h00 au Volume (5 rue Defly à Nice) pour la soirée d'ouverture des 12e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice. Une soirée exceptionnelle cela va sans dire avec un programme de courts métrages en forme de mise en bouche de la manifestation, une sélection de films britanniques en super 8 griffée Straight Eight, collection 2010, et un concert avec le groupe Veines. Pas de soirée d'ouverture sans buffet d'ouverture. Nous réjouirons vos papilles comme vos yeux et vos oreilles.

    Cette soirée inaugurale sera l'occasion de découvrir le programme complet de notre manifestation annuelle, fenêtre ouverte sur la création indépendante dans notre région et placée cette année sous le signe du super 8.

    Programme

    Première partie 20h30 / 21h00 : Courts métrages

    Mythologie d'une nation d'Antoine Banni – 2010 – 12 min. 22s.

    La reconstitution historique de la bataille de Spicheren de 1870 ; des voix piquées à la radio ou sur le Net : Fabrice Lucchini en exégète de Philippe Muray, Alain Finkielkraut en prédicateur, Michel Simon déclamant Louis-Ferdinand Céline, Jean-Luc Godard en chroniqueur avisé ; et au final cette question ultime : la Marseillaise pour quoi faire ?

    La Vieille Dame qui ne souriait plus de Guillaume Levil - 2010 – 12 min. 50s - Production déléguée : Les NoUS – Avec : Dominic Gérardin, Océane Monnet, Thierry Grolière, Guillaume Levil, Liliane Loufrani, Malory Monnet, Véronique Billon , Marc Alexandrovsky. Le site Les NoUS

    Un policier proche de la retraite se voit confier une nouvelle mission : retrouver les voleurs de bouteilles colorées. Sur fond de légende, un joli conte qui parle de l'amour de l'instant.
    Interlude : Apéro

    Seconde partie 21h20 / 22h00 : Straight 8 partie 1

    Super 8 en tourné-monté avec un classique et classieux programme Straight8. Après la première mondiale au festival de Cannes en mai, voici une sélection inédite de onze des meilleurs films super 8 de l’association anglaise, cru 2010. Invention, pellicule, folie douce, couleurs et noir et blanc, animation, western et fantastique, musique et cinéma.

    12 pies for 12 bridges de Sell ! Sell !

    Aegis de Hannah McKimm et John Layton

    The one where the girl loses a shoe de Abbie Lucas

    Straight81.jpg

    Those dreams that on the silent night intrude the secret cinema of Jerzy Treblinka de Luca Gennari

    Twice upon a time de Will et George

    Carrots and spaghetti de Mooch et Dave

    Straight82.jpg

    Alive again de Victoria Rudling

    Matter of the Heart de Paul Jones

    Straight83.jpg

    The desire machine de Marlio Da Silva

    My grandad says he's building a spaceship in his shed de Martin Gooch

    Straight84.jpg

    Speakers de Nick Scott


    Troisième partie à partir de 22h20 : Concert Veines (punk rock - Nice)
    Trio punk-rock de Nice sur la riviera française. Le groupe s'est formé en Mai 2007, les membres venant de divers groupes de Nice comme les Electric Mormons, Flashen, Latex, Cosmic Condoms ou Space Cake. Il se compose de Arsène Obscène (Guitare/Chant), Guitarfix (Basse/Chant) et Marco (Batterie/Choeurs) Ils ont déjà sorti deux excellents albums de punk 77 à la française (Olivensteins, Starshooter, Dogs, etc).

    Vous pouvez les retrouver sur leur MySpace

    Veines.jpg

  • Carte blanche à l’association Héliotrope

    Samedi 20 novembre - à minuit – Cinéma Mercury, 16 place Garibaldi – Nice

     (Durée : 1h28)

    Programme spécial « 10 ans d’un festival c’est trop court »

    Rétrospective de films « coup de cœur » de l’équipe d’Un festival c’est trop court, du plus récent au plus ancien. Ce programme fait suite à une première partie diffusée en avril dernier lors des 10 ans du festival.

    Une séance présentée par les 6 programmateurs (sous réserve de complète disponibilité).

    hélio 10 ans.jpg

    Le choix de Florian Schönerstedt (festival 2009)

    Orgesticulanismus Mathieu Labaye - Belgique / 2008 / Animation – expérimental / 9 min. 20 s.

    "C'est par le mouvement que l'on s'approprie de sa propre vie. Par la liberté d'aller et de venir, d'avoir des gestes d'amour, de colère, peu importe. Quand on est privé de mouvement comme je le suis, si on veut survivre, il faut ré-inventer le mouvement autrement." Benoît Labaye

    orgesticulanismus.jpg

    Le choix de Yowen Albizu-Devier (festival 2007)

    200000 Fantômes Jean-Gabriel Périot - France / 2007 / Documentaire expérimental / 10 min.

    Hiroshima 1914-2006

    « Une incontestable forme de beauté et de fascination se donne à lire dans 200 000 fantômes. Les images d’époques différentes sont imbriquées et incrustées les unes dans les autres, et nous convient ainsi à une curieuse ivresse des sens située entre destruction et reconstruction, entre entropie et renaissance ». Raphaël Bassan, Bref n°79, 2007

    200 000fantomes.jpg

    Le choix de Christelle Ciarimboli (festival 2006)

    Les poings serrés Franck Morand - France / 2006 / fiction / 33 min. - Avec : Pierre Louis-Calixte, Claudie Guillot, Fred Ulysse

    Un homme d’une quarantaine d’années, Henri, débarque dans une maison isolée en pleine montagne. Alerté par un médecin, Henri vient assister son père malade après des années d’absence.

    Poings.JPEG

    Le choix de Amélie Masciotta (festival 2006)

    Mirror mechanics de Siegfried A. Fruhauf - Autriche / 2003 / experimental / 8 min.

    Le film comme miroir et, par extension, le phénomène de l’identification font l’objet d’une condensation jusqu’à devenir l’essence même du cinéma. Mirror Mechanics parle du cinéma et des processus qu’il implique. Sans vouloir révéler de secret, il s’efforce, par une sorte de regard sur le regard, de faire apparaître en un événement captivant et visuellement gratifiant ce que nous faisons quand nous sommes au cinéma et ce qui peut être significatif en marge du film.

    Mirror.jpg

    Le choix de Laurent Trémeau (festival 2006)

    Du soleil en hiver de Samuel Collardey - France / 2005 / fiction / 17 min. - Avec Michel Collardey, Francis Pagnot

    Michel, éleveur en Franche-Comté, profite du calme de l'hiver pour passer du temps avec son jeune apprenti Francis. Une solide amitié va bientôt les lier.

    Soeil en hiver.jpg

    Le choix de Nicolas Herry (festival 2000)

    Millevaches expériences de Pierre Vinour - France / 2000 / fiction expérimentale / 10 min. - Avec Philippe Nahon

    La panique d'un homme de soixante ans en proie au doute. Sa fuite éperdue sur le plateau de Millevaches et l'expérience de son étrange métamorphose.

    Millavaches.jpg

  • Collection super 8 2010 : "La première fois"

    Samedi 20 novembre - 20h00 – Cinéma Mercury, 16 place Garibaldi – Nice

      L'association Regard Indépendant a organisé en 2010 la production associative d’une nouvelle collection de films de court métrage autour du thème : La première fois. Les films sont réalisés en super 8 noir et blanc ou couleur sur le principe du « tourné-monté ». L’objectif de cette opération est d’encourager la création locale à travers l'utilisation d'un format original dans un dispositif léger et économique. La collection a été ouverte à tout réalisateur débutant ou confirmé. Chacun a reçu une bobine de pellicule super 8 destinée à la réalisation d’un court métrage autour du thème proposé.

    13 films ont été réalisés dont 4 par nos amis allemands qui avaient déjà participé à la collection 2009. Un treizième film, hors de la collection, sera présenté en hors d'œuvre, réalisé lors du tournoi de futebal organisé à l'initiative de l'association héliotrope, pendant la coupe du monde sud-africaine. Lors de la soirée de présentation, les réalisateurs découvriront leur film en même temps que le public. Il faut donc s'attendre à un moment de grande intensité.

    Un jury se penchera sur la collection et remettra deux prix sous forme de pellicule aux films qu'il aura distingué.

    Par la suite, l'association organisera la diffusion de la collection lors de ses manifestations ainsi qu'une édition en DVD et l'inscrira au Short Film Corner lors du festival de Cannes 2011.

    Film hors série

    Coupe du monde de Vincent Jourdan – Bande sonore : Vincent Jourdan et Xavier Ladjointe – Avec les footeux du milieu associatif niçois.

    Été 2010, durant la coupe du monde de football, il y a encore des vrais passionnés qui mouillent leur maillot.

    La première fois

    Une collection en super 8 tourné-monté avec bande sonore diffusée simultanément.

    Regard Indépendant en partenariat avec SoundTrack_Cologne et Unlimited

    Un premier amour de jardin de Nathalie Portas – Scénario et caméra : Nathalie portas – Montage (Version vidéo) et musique : Fred Houam - 2.30 min - Avec Magali Faggio.

    Il est des jardins extraordinaires au milieu des paysages les plus arides… ici, l’être humain est au service du décor. Pantin désarticulé, il se met en mouvement quand il découvre la réalité des inanimés… cela le réjouit, lui donne vie, le conduit à la folie… la folie d'un premier amour, de jardin...

    PremierNat4.jpg

    Koraline I de Tina von Traben – Camera : Zora Bauer - Muet - 3.20min (Köln—Allemagne)

    Une zone piétonne est un endroit vivant. Pour sa première fois, une jeune réalisatrice se concentre sur des choses spéciales.

    Koraline II de Marcel Belledin – Camera : Dejan Rakas - 3.20min (Köln—Allemagne) avec Zora Bauer.  

    La même zone piétonne, au même moment. La jeune réalisatrice bouge au milieu de la foule à son rythme.

    Koraline.jpg

    Le premier amour, c'est pas toujours ça de Cyril Belange - Scénario : Cyril Belange - Images : Michele Ciulla – Montage (Version vidéo) : Tiago Andrade/Rémi Anfosso - Scripte : Kate Mc Dermott - Ingénieur du son : Mathieu Py – Musique : « Every Word » interprétée par le Nakari Duo, composé par Carol Nakari+Djamel Ghezali, paroles : Carol Nakari+Cyril Belange – Support artistique&technique : Vianney Etossé, Monique Battiston - Avec : Ségolène Alunni, Pauline Perlin Passoni, Kevin Ferdjani.

    Un jeune homme aime une jeune femme, le temps d’un été, le temps pour une boule de glace de fondre au soleil de Nice…

    Cyril1.jpg

    Notre 1er film au second degré un film de Frédéric Cencini – Scénario Frédéric Cencini – Avec : Timéo Cencini, Noah Cencini, Frédéric Cencini.

    Au hasard, un homme trouve devant chez lui une caméra. Il la ramène sans vraiment savoir quand faire. Soudain son enfant joue avec, et là, magie...magie...

    Fred2.jpg

    Il était un petit navire... de Antoine Banni - Scénario : Collectif Petit-Ebe - Conception bande son : Antoine Banni - Avec Angela de Champêtre, Mathieu Zino, Cécile de Strasbourg, Lætitia H.-B., Lucia Calumetto, Marie B. Lacantine, Pascal Gro-Piratus.

    Madame Hortense n'a pas de chance ; pour la première fois qu'elle achète des nains de jardin, faut que ce soit des loufdingues qui ne pensent qu'à taquiner ceux du voisin.

    Edger - Die Qual der Wahl ou Edgar – La torture du choix de Constanze K. Langhamer – Musique de S. Djurovic, C.K. Langhamer - 3.20 min (Köln - Allemagne) avec Sven Djurovic.

    La première fois n'est pas facile et tu dois faire attention à beaucoup de choses...

    Edgar.jpg

    Bon anniversaire petit Jean de Cédric Coppola - Scénario : Cédric Coppola et Pauline Smile – Images : John Leclercq – Son : Mark Caige – Montage : Mark Caige et John Leclercq – Avec Pauline Smile , Stéphane Battini, Olivier Lopresti, Magali Scelles, Aline Ferrero, Danielle Coppola, Michel Coppola, Angèle Lopresti, Bastien Coulomb et Voyou the dog.

    C’est Dimanche. Toute la famille se réunit pour célébrer les dix ans de Petit Jean. Mais alors que la fête bat son plein, un drame se prépare…

    petit jean 1l.jpg

    Regardez le ciel ! un film de Balloum et Sand – Scénario : Sand - Musique : Laurent Chiotti – Avec le soutien de Nathalie Faure et Jean-Luc Segapelli – Avec Magali Barraya et Balloum.

    Venue d'un pays lointain, une femme "sauvage" débarque à l'aéroport de Nice. Saute dans un taxi brousse et part, munie d'une caméra, à la découverte de son exotisme...

    JsDream.6 de Feyyaz & Velvet – Musique de Dürbeck & Dohmen - 2.30 min (Köln—Allemagne) avec Julia-Maria Köhler.

    Un portrait de Julia-Maria Köhler.

    Premiers plans de Vincent Jourdan – Bande sonore : Vincent Jourdan et Xavier Ladjointe – Avec Armande Jourdan-Fille.

    Ma première caméra était une canon 310 XL.

    lapin.jpg

    Ce n'est plus mon film de Roxane Petitier - Musique : Laure Jamme/Roxane Petitier - Avec : Marjorie Nouvel et Tony Faria-Fernandes.
    La première fois que j’ai réalisé un film, je n’avais pas d’acteurs. J’ai filmé ma propre vérité, mon histoire d’amour.

    L’émoi et moi. Cette fois,  avec un homme, une femme, l’amour, un couple, je dessine une histoire dont je ne fais plus partie ou presque. Je réalise. Sur la pellicule, c’est mon histoire que je filme ou une romance qui défile. Miroir ?

    _ARH3229rp.jpg

    Peace and love de Élisabeth Vissio – Images : Antoine Banni - Décors : Gisèle Henriot – Avec Antoine Banni, Philippe Frey, Gisèle Henriot, Joel Main, Jerome Panaget, Marianne Phillips, Elisabeth Vissio.

    Un homme, Jhon a fait une rencontre intéressante, une fille, Alcantara, jolie et sympa. Il voudrait sortir avec elle et possiblement plus ... donc il lui propose un après midi avec ses copains, chez l'un deux.

    L'ambiance est rigolotte, pas mal de blagues entre eux et puis ils sont très cool, assez hippies. La fête commence :  boissons, apéritifs, vins, whisky, buffets.

    Dans une ambiance relachée, Jhon propose à Alcantara de l'herbe, celle-ci qui en a jamais pris, et qui est opposée aux drogues, fait de la résistance. Mais l'ambiance est si détendue, les copains et les copines sont si sympas et ouverts  que...

  • Découvrir Gérard Courant

    Programme Gérard Courant à Nice

    Samedi 20 novembre - 16h00 – Cinéma Mercury, 16 place Garibaldi – Nice

    Programme présenté par Vincent Roussel en présence du réalisateur.

    Le site de Gérard Courant

    Hérésie pour Magritte II

    1979 – 3min. 30 - Production : K.O.C.K. Production, Gérard Courant - Diffusion : Les Amis de Cinématon - Super 8 mm. pellicule : Kodachrome - Couleur. Muet.

    En utilisant trois reproductions de La Grande famille de tailles différentes superposées les unes sur les autres, la peinture s’anime et la colombe offre une impression d’envol continu. Tourné image par image. (Gérard Courant)

    Magritte.jpg

    Compression Le Mépris

    2009 - 4 min. - Production : Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique, Gérard Courant. - Vidéo Mini-DV. Cinemascope (2,20). - Couleur.

    Compression Le Mépris est la réduction du Mépris, le chef d’œuvre de Jean-Luc Godard avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Jack Palance et Fritz Lang, en un film de 3 minutes. Le film est « compressé » à la manière d’une œuvre d’Arman ou de César. Mais à la différence du travail de ces artistes qui compressaient des objets usuels, Compression Le Mépris compresse une œuvre d’art ! Le tour de force et le pari de Compression Le Mépris a été de fabriquer une compression totale : dans ce film, il ne manque pas un seul plan du film original ! (Gérard Courant)

    Critique : Dans la série des Compressions, initiée en 1995, Gérard Courant ne s’intéresse plus à l’artiste mais à l’œuvre, qui devient un objet et un signe culturel au même titre que les produits de la société de consommation compressés par les Nouveaux Réalistes. Avec le sentiment d’appartenir à une cinéphilie en train de disparaître, qui a découvert le cinéma dans les années 1960 avant que ne déferle le flot d’images et de médias, quand il était encore possible d’en avoir une vision synthétique, il entend revisiter les classiques sous forme de digests, condensés, réduits, mais sans qu’il ne manque un seul plan.

    Commencée en 1965 par Alphaville de Jean-Luc Godard, créé trente ans plus tôt, la série des Compressions se poursuit avec À bout de souffle, le film qui, aux côtés des Quatre cents coups de François Truffaut, signa l’acte de naissance de la Nouvelle Vague en 1959. En isolant et en montrant bout à bout une image par seconde de film, Gérard Courant livre une compression de procédé rationnel et systématique, à contre-courant de la perception subjective du film par le spectateur, de « l’expérience esthétique ». (…)

    La réduction éloigne l’œuvre de la forme sous laquelle elle persiste dans les mémoires individuelle et collective, qui tendent à isoler quelques images iconiques comme autant de vignettes métonymiques (…) et à dilater la durée de certains passages pour en condenser d’autres. Mettant en évidence la structure de l’œuvre initiale, la compression, dépouillée de tout affect, la donne à voir autrement. (Judith Revault d’Allonnes, catalogue Chefs-d’œuvre ?, Centre Pompidou-Metz, mai 2010)

    Compression.jpg

    Sortie du port de Marseille en direction des îles du Frioul

    2007 - 2min. 40 - Image : Vincent Arnaud.- Production : Labo d'images. - 16 mm. Noir et blanc.

    Sortie du port de Marseille en direction des îles du Frioul fait partie d’une série cinématographique intitulée La Bobine du mois. Chaque mois, l’association Labo d’images propose à un cinéaste de réaliser un film sur la ville de Marseille. Le cahier des charges impose que le film soit tourné en une seule bobine de format 16 mm négative de 30 mètres développée par le laboratoire de l’association.

    Critique : Il fut un temps de l’histoire du cinéma où les opérateurs s’en tenaient à la contrainte frustre de la longueur de la bobine. Ce que l’on appela par la suite les Vues Lumière, du nom de leurs illustres auteurs, duraient 50 secondes au maximum (ce qui équivaut environ à 17-20 mètres de pellicule). Ces plans séquences étaient fixes, et l’opérateur économe disposait sa caméra avec science afin de pouvoir englober l’ensemble de la scène qui devait se dérouler sous sa lentille. C’est bien à ce dispositif que l’on pense en voyant Marseille s’éloigner, dans un noir et blanc granuleux qui nous rappelle que le cinéma, c’est encore de la matière.(Olivier Pierre, Catalogue du 19ème Festival International du Documentaire de Marseille, 2 au 7 juillet 2008).

    Montre oeil mon oeil (Episode d'Outrage et rebellion)

    2009 - 3min. 37 - Production : Gérard Courant, Les Amis de Cinématon. - Chanson : Dégueulasse de Élisa Point et Fabrice Ravel-Chapuis - Dessins : Damien Roudeau. - Vidéo Mini-DV. Noir et blanc et couleur.

    Les faits : Le 8 juillet 2009, la police a évacué une clinique occupée dans le centre-ville de Montreuil. Cette clinique avait pris la forme d’un centre social avec des logements, des projection de films, un accueil et des conseils aux sans papiers, des repas, une organisation collective et communautaire.

    Pour protester contre cette évacuation, des résidents et amis organisèrent un gigantesque repas dans une rue piétonne voisine : la rue du Capitaine Dreyfus.

    Après ce repas, un groupe se rendit vers la clinique évacuée, à quelques centaines de mètres de là et se trouva face-à-face avec des policiers. Ces derniers tirèrent sans sommation avec leur flash ball et une balle atteignit le comédien Joachim Gatti, fils de Stéphane Gatti et petit-fils d’Armand Gatti, en plein visage. Joachim Gatti s’effondra, le visage en sang et un œil crevé !

    Un film collectif : À la suite de cet événement et sous l’impulsion de Nicole Brenez, un collectif s’est organisé pour réaliser un film à sketches qui « révèle la répression en France, un film qui soit à la fois un hurlement, un coup, une bordée d’insultes, une analyse lucide, un manifeste extra-lucide, un poème d’amour pour la révolte, de l’extasy politique, une méditation, un baume sur les blessures, un appel à la mutinerie ». Ce film collectif a un titre : Outrage & rébellion et plus d’une quarantaine de cinéastes ont répondu à l’appel.

    Montre Œil Mon Œil est ma contribution à ce travail collectif. Le film est un hommage aux Ciné-tracts tournés durant mai 68. Il n’est fait que d’images fixes qui alternent documents photographiques des manifestations des 8 et 13 juillet 2009, BD de Damien Roudeau sur les événements montreuillois et photos de flash ball.

    Dégueulasse VI

    2009 - 5 min. Chanson : Élisa Point, Fabrice Ravel-Chapuis. - Production (film) : Les Amis de Cinématon, Gérard Courant. Vidéo Mini-DV. Noir et blanc.

    Dégueulasse VI est une version remixée de la chanson chantée par Élisa Point et Fabrice Ravel-Chapuis. Elle est plus longue de deux minutes que la version originale. La bande-image est la séquence finale légèrement ralentie de À bout de souffle de Jean-Luc Godard interprété par Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo. (Gérard Courant)

    24 passions

    1980-2003, extrait, 4 min. - Image générique : Richard Copans. - Montage : Elisabeth Moulinier. - Son : Jean-Daniel Bécache. - Partition sonore : Hélène Ducret, Dominique Dalmasso. -Interprétation : Les habitants de Burzet (Ardèche), Gérard Courant. - Production : Les Films d’Ici (Richard Copans), Centre National de la Cinématographie. - Super 8 mm.Couleur. Sonore.

    Chaque année,
    De 1980 à 2003,
    J'ai filmé
    Chaque Vendredi Saint
    La reconstitution du chemin de croix
    De la Passion du Christ
    À Burzet,
    Un village isolé de l'Ardèche
    Où les villageois, depuis sept siècles,
    Se costument pour y célébrer et perpétuer
    Ce rite religieux.

    Passion.jpg

    24 passions, est une de ces œuvres « sérielles » qu’affectionne le cinéaste mais, à l’inverse d’A travers l’univers, il ne s’agit plus de filmer un lieu sous toutes ses coutures mais le même évènement dans le temps. Dans un petit village de l’Ardèche (à Burzet), les habitants se costument tous les Vendredis Saints (depuis le 13ème siècle !) et reconstituent la Passion du Christ. De 1980 à 2003, Gérard Courant, armé de sa caméra Super 8, s’est rendu sur les lieux pour filmer la célébration de ce rite religieux. [...]

    Le travail d’archiviste qu’effectue encore une fois Courant force l’intérêt mais il manque peut-être un dispositif plus fort (paradoxalement) qui emporterait totalement l’adhésion. On sent que le cinéaste cherche à trouver, d’année en année, des rimes visuelles (gros plans sur le visage du Christ, même plan récurrent de la montée au Calvaire…) mais ces petits extraits de ces Passions restent finalement assez « autonomes » les uns par rapport aux autres et peut-être aurait-il fallu établir un dispositif encore plus contraignant (que ce soit en terme de durée ou de cadrages) pour que nous puissions avoir de véritables éléments de comparaisons.

    Finalement, ce qui séduit le plus, ce sont les « accidents », comme cette année 1985 où un orage empêcha la procession, obligeant Courant à se contenter d’un plan de la façade de l’église et des montagnes environnantes…

    (Docteur Orlof,  Le blog du Dr Orlof, 22 février 2010).

    Zanzibar à Saint-Sulpice

    1999 - 9 min. - Interprétation : Jacques Baratier, Catherine Baratier, Serge Bard, Caroline de Bendern, Jacques Boissonnas, Laura Duke Condominas, Gérard Courant, Alain Dister, Garcia, Patrick Deval, Caroline Garrel, Esther Garrel, Lena Garrel, Philippe Garrel, Marcel Mazé, Ester de Miro, Dominique Noguez, Jackie Raynal, Jean-Paul Sarré, Sally Shafto, Serge T, Zouzou. - Production : Gérard Courant, Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique. - Super 8 mm. - Couleur. Muet.

    Trente ans après leur révolution poético-cinématographique, les membres du groupe Zanzibar et quelques-uns de leurs amis se retrouvent au café de la Mairie, place Saint-Sulpice à Paris.

    Zanzibar à Saint Sulpice est un court-métrage de neuf minutes qui pourrait être une sorte de version longue des portraits de groupe qu’affectionne Courant. Le groupe Zanzibar est une constellation informelle d’artistes (peintres, cinéastes, modèles…) regroupés sous cette bannière au moment de Mai 68. C’est sous ce label que furent distribués (et en partie financés par la mécène Sylvina Boissonnas) certains des premiers films de Philippe Garrel (Le révélateur, Le lit de la vierge…). 30 ans après, tous ces gens se retrouvent dans un café place Saint-Sulpice à Paris et Gérard Courant immortalise le tableau avec sa caméra Super-8. Au-delà du côté « people » (retrouver Serge Bard, Philippe Garrel, Zouzou, Jackie Raynal et les autres à la terrasse d’un café) se dessine en creux toutes les obsessions de Courant : le temps qui passe, la capacité du cinéma a fixer les instants précieux pour l’éternité, la fidélité en amitié…

    (Dr Orlof, Le blog du Dr Orlof, 21 mars 2010).

    De ma chambre d'hôtel

    1991-2010 - 4 min.  - Production : Les Amis de Cinématon, Gérard Courant. - Cinéma Super 8 mm, puis Vidéo Mini-DV. Couleur. Muet.

    De ma chambre d’hôtel est une série cinématographique qui montre, en un seul plan fixe et large (du n°1 jusqu’au n°30) puis en une vingtaine de plans fixes de toutes grosseurs (à partir du n°31) d'une durée de 3 minutes et 20 secondes, une vue (puis une vingtaine de vues à partir du n° 31) des différentes chambres d’hôtel où j’ai eu l’occasion de séjourner. Gérard Courant)

     Gérard Courant est probablement le représentant le plus radical d’un cinéma conceptuel en France. Une partie importante de sa filmographie se décline en séries qui travaillent sur l’altéralité (des gens, des lieux) à travers un système et des options esthétiques identiques d’un sujet à l’autre. Courant est un des descendants les plus purs des frères Lumière : dates, endroits et titres des films ou des fragments correspondent toujours rigoureusement à la réalité – celle des personnages (leur fonction), des lieux et des horaires de tournage. Le cinéaste, qui a été aussi journaliste, a constitué un important corpus documentaire sur divers aspects artistiques, culturels et sociaux de notre temps. (Raphaël Bassan, Encyclopaedia Universalis, 2005)

    Chambre d'hôtel.jpg

    Couples

    1985-2010, 7 min. - Interprétation : Arrabal, Philippe Sollers, Juliet Berto, Lou Castel, Catherine Millet, Julie Delpy, Béatrice Romand, Sapho, etc. - Production : Les Amis de Cinématon, Gérard Courant. - Super 8 mm. Kodachrome. Couleur. Muet.

    Présentation : Couple est une série cinématographique de portraits filmés qui montre, en un seul plan-séquence fixe, muet et large, de 3 minutes et 20 secondes, deux personnes libres de faire ce qu’elles désirent.(Gérard Courant)

    Couple.jpg

    10 Cinématon

    1978-2010, 40 min. - Interprétation : 2319 personnalités artistiques dont Jean-Luc Godard, Sergueï Paradjanov, Wim Wenders, Jack Lang, Philippe Sollers, Juliet Berto, Jean-Paul Aron, Félix Guattari, Jean Dutourd, Pierre Gripari, Terry Gilliam, Samuel Fuller, Joseph Losey, Ettore Scola, Maruschka Detmers, Sandrine Bonnaire, Maurice Pialat, etc. - Production : Les Amis de Cinématon, Gérard Courant. - Super 8 mm. Kodachrome. Couleur (et 14 Cinématons en noir et blanc). Muet.

    Cinématon est une série cinématographique de portraits filmés montrant une personnalité des arts, de la culture, de la politique ou du spectacle, en un seul gros plan fixe et muet, dans lesquels elle est libre de faire ce qu'elle veut. (Gérard Courant)

    Avec le presse-purée électrique, la bombe atomique, la Mariée mise à nu par ses célibataires même, le cinéma sans images et l’orange sans pépins, les Cinématons sont, à l’évidence, une des inventions majeures du XX e siècle. Louons-en à jamais leur fondateur et tressons-lui une dernière couronne de périphrases méritées : salut donc à toi, ô Nadar du super 8, ô grand ordonnateur de nos pompes pas encore funèbres, ô Saint-Simon visuel de cette fin de siècle, ô Jivaro de nos têtes ! (Dominique Noguez, Éloge du cinéma expérimental, éditions Paris expérimental, 2000)

    Gérard Courant est fou. Voilà dix ans qu'il filme en plan fixe et pendant quatre minutes, ceux et celles qui acceptent de se prêter au jeu. Dans le livre qu'il vient, non pas d'écrire, mais de mettre en images, mille portraits défilent sous nos yeux, mille « cinématonés », célèbres ou inconnus, mille instantanés assortis d'un petit commentaire de l'auteur, avec le jour et l'heure ou ça s'est passé. On peut trouver ça horripilant, inutile, prétentieux. Mais l'obstination de Gérard Courant a quelque chose de troublant. Un homme qui consacre sa vie à filmer ses contemporains ne peut pas être un bouffon. En feuilletant Cinématon, en regardant ces visages, enconsultat les statistiques insensées des dernières pages, on est effectivement partagé entre l'irritation et le vertige. Irritation car on ne comprend pas pourquoi une entreprise à priori aussi gratuite, aussi dérisoire peut à ce point mobiliser une existence. Vertige, parce que cette même irritation provoque au bout du compte une espèce d'ivresse métaphysique. Cinématon est une négation du temps qui passe. Le présent y est pétrifié, enfermé dans la prison d'une simple photographie.

    Cinématon est une œuvre d'art.

    Starfix 80 / janvier 1990 à l'occasion de la sortie du livre Cinématon (éd Henri Veyrier).

  • Carte blanche au festival tourné monté de Strasbourg

    Carte blanche au festival Tourné Monté Super 8 de Strasbourg

    Samedi 20 novembre - 14h00 - Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi à Nice

    Strasbourg.jpg

    Programme présenté par Hervé Roesch, Président de l’association Ma Lucarne depuis 2010, il est en charge du Festival Tourné Monté Super 8 de Strasbourg depuis 2007. Opérateur de prise de vue et monteur, il réalise et travaille sur des projets de films documentaires et de courts-métrages, notamment en Super8. Il anime également des ateliers d’initiation cinématographique auprès de jeunes en milieu scolaire et périscolaire.

     

    L’association Ma Lucarne et le festival

    Le festival Tourné Monté Super 8 de Strasbourg a vu le jour en 1999, autour d’une idée commune, donner la possibilité au plus grand nombre de réaliser un film en pellicule à moindre coût et de le confronter au Public. La technique Tourné Monté utilisée par les réalisateurs est de tourner leur film dans leur continuité, la première prise est la bonne !!!

    Toute l’originalité du Festival repose sur un principe simple, ni le public, ni les réalisateurs, ni même les organisateurs n’ont vu les films qui vont être diffusés le soir du Festival. Le challenge est d’autant plus difficile que les réalisateurs doivent sonoriser en direct leur film qu’ils n’ont jamais vu.

    Le Festival Tourné Monté Super 8 est un concours de courts métrages qui est organisée depuis 2007 par l’association Ma Lucarne. L’association a pour but de soutenir, réaliser et promouvoir des projets multimédias et audiovisuels. Nos membres se sont rassemblés autour d’une même idée : apporter un regard alternatif sur la société et la vie de la Cité.

    Hervé blog.jpg

    Photographie DR

    Les films

    Stressbourg, documentaire de Afsaneh Cherehgosha (Couleur).

    Making Eight, Documentaire expérimental de Hervé Roesch (Noir et blanc).

    Deux films réalisés en Tourné-Monté dans le cadre du festival Super8 de Bremen en Allemagne (site). Nous avons été conviés en début d’année pour présenter le festival de Strasbourg. Leur formule diffère de la notre, ce ne sont pas les réalisateurs qui sonorisent leur films mais des musiciens qui improvisent en fonction de l’atmosphère désirée. Le festival se nomme « Nie Gesehen, Nie gehort », qui se traduit par « Pas Vu ni entendu ».

    Les deux films que nous avons réalisé permettre d’introduire la ville de Strasbourg. Afsaneh a une approche documentaire et le film que j’ai réalisé est un film sur le film d’Afsaneh.

     

    Petit Best-Of de l’édition 2009. La sélection est éclectique et représentative du festival.

    Theat d'Alexandre Moisescot (Fiction, couleur)

    Theat.jpg

    Là où les regards nous emmènent de Vincent Besson (documentaire, noir et blanc)

    Le couscous de l’école de Guillaume Martin (Film de propagande, couleur)

    couscous.jpg

    Film sans caméra de William Turneau (Expérimental, couleur)

    Sans caméra.jpg

    Trou noir de Louison Pochat & Ricard Cola (Fiction, couleur)

    Vacherie de David Cinelli (documentaire, couleur)

    Time Lapse de Maxime Michel (Fiction, couleur)

    Chrysalide de Fabien Cimetière & Dominique Jung (Epouvante, noir et blanc)

    Chrysalide.jpg

    Ce Petit Monde des insectes de Roger Batteault (Animalier, couleur)

    Insectes.jpg

    Moustic Story de Claude Kunowitz (comédie non dramatique, couleur)

    Moustic.jpg

    Le grand déballage de Kolbitr Viktor (Animation, couleur)

  • 18 au 21 novembre - Les 12es Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    rencontresweb.jpg

    Les 12emes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice sous le signe du super 8.

     

    La 12e édition des Rencontres Cinéma et Vidéo s'ouvrira le jeudi 18 novembre 2010 au Volume et se poursuivra jusqu'au dimanche 21 novembre au MUSEAAV et au cinéma Mercury, à Nice.

    Pendant ces quatre journées, la production régionale et indépendante sera mise à l'honneur à travers un format original qui fait un retour en force : le film super 8. Au programme, de nombreux courts métrages, des rencontres avec les auteurs, de la musique, des cartes blanches à des associations partenaires, et la désormais traditionnelle nuit du cinéma qui sera consacrée au péplum.

    L’objectif de ce rendez-vous reste de permettre au public curieux de découvrir la production cinématographique régionale. Le public pourra ainsi découvrir les œuvres de Guillaume Levil, Loïc Nicoloff, Coralie Prosper, Philippe Cardillo, David Viellefon et bien d'autres encore. Nous accueillerons également Gérard Courant, cinéaste atypique adepte du super 8 pour une carte blanche comprenant quelques-uns de ses fameux Cinématons, portraits filmés de gens illustres et moins illustres.

    L’association Regard Indépendant, organisatrice de cet événement, présentera à cette occasion sa nouvelle collection de super 8 tourné-montés réalisés sur le thème La première fois. Cette année, quatre réalisateurs allemands de Köln (Cologne - Allemagne) ont été invités à se joindre aux créateurs de la région. Une douzaine de films devraient être présentés en compagnie de la traditionnelle sélection des Straight 8 anglais et d'une carte blanche au festival tourné-monté de Strasbourg.

    La nuit du cinéma assouvira nos pulsions cinéphiles avec les courts métrages proposés par Héliotrope et deux longs métrages mythiques, deux péplums, Jason et les argonautes de Don Chaffey avec les créatures fantastiques de Ray Harryhausen et le délirant Monty Python, la vie de Brian, relecture décalée de la vie du Christ.

    Cette édition poursuivra l'exploration des interactions entre images et musique avec les groupes Outcrossed, Les arbres qui marchent et Veines pour trois ciné-concerts en ouverture au Volume et au MUSEAAV.

    Nous vous convions à découvrir le détail de cette 12e édition sur les pages dont vous trouverez le détail sur la colonne de gauche.

    Visuel : Illys Poulpfiction

    Renseignements pour le public : 06 23 07 83 52

    regardindependant@gmail.com

  • Cannes 2010

    Cannes 2010.JPG

    Vincent et Xavier - Photographie Andrea

    Les chroniques cannoises sur Inisfree

  • Un festival c'est trop court

    Dix ans, cela se fête pour Un festival c'est trop court, la grande fête du court métrage à Nice organisée par nos amis de l'association Héliotrope. Dix années, un chiffre rond qui appelle un événement hors du commun, un temps de bilan, de réflexion sur le travail d'une décennie.

    Cette année, plus encore que les autres, Regard Indépendant se tiendra aux côtés d'Héliotrope pour enfoncer le clou de la création régionale :

    • Programmation avec la sélection des films composant les programmes Courts d'ici consacrés à la production régionale de courts métrages.

    • Participation à la journée professionnelle Nice Short meeting (en français dans le texte) du samedi 24 avril au MUSEAAV avec rencontre auteurs-producteurs, tables rondes et ateliers.

    • Soutiens à la programmation spéciale de Ma vie avec ATTAC 06 de notre ami Xavier Ladjointe le samedi 24 Avril au Théātre de la photographie et de l'image à 16h00.

    • Présentation, c'est une première, d'Aux ponchettes, le film d'Eric Quéméré le vendredi 23 avril à 16h00, bibliothèque Louis Nucéra dan le cadre du programme

    Ce ne sera, évidemment, que l'une des nombreuses facettes de cette semaine intense dont vous pouvez découvrir le programme intégral sur le site : http://www.nice-filmfest.com/2010/

     

    Courts d'ici 1

    Samedi 24 avril – 17h30

    Cinéma Mercury

    Des enfants dans les arbres de Bania Medjbar (France, 2009, fiction, 25’)
    La baie du renard de Grégoire Colin (France, 2009, fiction, 12’)
    L’ignorance invisible de Emilie Aussel (France, 2009, fiction, 21’)
    Nice de Maud Alpi (France, 2009, fiction, 25’)

     

    Courts d'ici 2

    Mercredi 21 avril – 18h00

    Auditorium du MAMAC

    Samedi 24 avril – 13h30

    Auditorium du MAMAC

    Park de Thierry Espasa (France, 2009, fiction, 14’)
    La vieille dame qui ne souriait plus de Guillaume Levil (France, 2009, fiction, 12’)
    Moussa de Sofiane Belmouden (France, 2009, fiction, 24’)
    Big game de Brigitte Bauer (France, 2009, documentaire expérimental, 5’)
    Corsicaland de Gérard Guerrieri (France, 2009, fiction, 14’)
    Stupéfiant de Christophe Lebon (France, 2009, fiction, 4’)
    Portrait de famille de David Viellefon (France, 2009, fiction, 15’)

     

    Courts d'ici 3

    Vendredi 23 avril – 18h00

    Auditorium du MAMAC

    Samedi 24 avril – 15h30

    Auditorium du MAMAC

    La señorita de Audrey Gini Ravel et Federico Escartin (France, 2009, fiction, 19’)
    Baby boom de Thierry Lorenzi (France, 2009, fiction, 8’)
    Entre chiens et loups de Marie Chenet (France, 2009, documentaire, 24’)
    L’arène de Chrystophe Pasquet (France, 2009, documentaire expérimental, 2’)
    Instinctif de Céline Tejero (France, 2009, fiction, 14’)
    Xeroderma Pigmentasum de Elise Bracconi et Arnaud Tabarly (France, 2009, fiction expérimentale, 11’)

     

    Dans la ville

    Vendredi 23 avril – 16h

    Bibliothèque Louis Nucéra

    Filmer la ville comme un espace de vie pour les hommes, du matin au coucher du soleil. Filmer la ville comme un prétexte pour revenir aux sources, et se plonger dans ses souvenirs. « Un film, c’est tout sauf du vrai » s’interroge le cinéaste d’Aux Ponchettes .

    Aux Ponchettes de Eric Quéméré (France, 2009, documentaire, 48’)
    « Aux Ponchettes » est le journal filmé d’un étudiant en cinéma qui se rend à Nice pour y chercher les décors de « La Baie des Anges », de Jacques Demy. C’est aussi pour lui l’occasion de renouer avec son histoire familiale.

    Variation(s) de Fabien Lamy-Chappuis (France, 2009, documentaire, 20’)
    Matinée. La Ville s’éveille. Elle s’éclaire pour accueillir les Hommes. Plus tard, la Ville bat au rythme des déambulations des Hommes. Quand la ville s’éteint, l’Homme apaisé s’emmure et ne laisse derrière lui que des traces. La nuit tombée, la Ville se lave de ces souvenirs.

     

    Ma vie avec ATTAC 06

    Samedi 24 avril – 16h

    Théâtre de la Photographie et de l’Image

    Un film de Xavier Ladjointe (France, 2009, documentaire, 1h24)

    J’étais venu faire les soldes à Nice parce que les soldes, c’est bien, c’est la consommation et la consommation, c’est des emplois…
    et je suis tombé sur ce défilé d’alter-mondialistes dans le cadre du Forum Social Mondial 2008. Je me suis approché et j’ai fait la connaissance de ce groupe ATTAC 06 (Association pour la Taxation des Transactions financières pour l’Aide aux Citoyennes et citoyens pour le 06)…
    Ce sera pour moi le point de départ d’une remise en question de l’idée que je me faisais de notre société.

     

    Nice Short Meeting

    MUSEAAV – samedi 24 avril

    Dans le cadre de la 10ème édition du festival du court métrage de Nice, Héliotrope , La Galette Production et Regard Indépendant organisent le 1er Nice Short Meeting, journée forum de rencontres autour de la production cinématographique en Région. Durant cette journée nous auront au programme ; tables rondes, ateliers, démonstrations, rencontres avec le public et entre professionnels de l’audiovisuel.

    Table Ronde : “la diffusion du court métrage, de Clermont-Ferrand… à Nice”.
    MUSEAAV 16H00 à 18H00


    Modérateur : Vincent Jourdan (Président de Regard Indépendant)

    Intervenants :
    Philippe Germain (Directeur de l’Agence du court métrage)
    Georges Bollon (Festival de Clermont-Ferrand)
    Christophe Chauville (Conseiller artistique – Festival de Brest)
    Marc Ripoll (Festival d’Aix-en-Provence)
    Christophe Liabeuf (La Caravane ensorcelée)
    Gaëlle Milbeau (Festival d’Aubagne)

    Dix années de festival pour Héliotrope à Nice, dix années qui correspondent à la première décennie du nouveau siècle. Comme tous les cinéphiles se sont livrés à l'exercice sur les longs métrages, l'occasion est belle de se pencher sur dix ans de diffusion du court-métrage. Le temps a semblé s'accélérer au rythme des évolutions du monde et des technologies. 2000 semble si loin.

    Tout au long des années 90, de grands festivals, d'ambitieuses associations, la multiplication des chaînes de télévision et l'émergence de politiques régionales en faveur de la création ont contribué à structurer le monde du court métrage. Des auteurs ont émergé aujourd'hui reconnus (Éric Zonca, Delphine Gleize, Stéphane Brizé, Pascale Ferran, Gérald Eustache-Mathieu, François Ozon, Marina Van, etc.). A travers tous ces films ont aussi émergé des acteurs et actrices, des producteurs et des techniciens. L'utilité du court métrage et le travail indispensable des structures qui en font la promotion est indiscutable.

    Pourtant, les années 2000 ont vu bien des bouleversements dont on ne mesure peut être pas bien encore l'importance : explosion d'Internet, évolution des politiques territoriales, apparition de nouveaux modes de diffusion et de nouveaux supports (le portable par exemple), remises en cause du statut des intermittents du spectacle puis menaces sur le bénévolat, volonté de professionnaliser les associations, voire de les contrôler, n'en jetons plus, il y en a trop.

    Le cinéma lui-même a beaucoup évolué, avec la mainmise des grosses productions sur les réseaux de diffusion, le désengagement des télévisions, les difficultés des cinémas « indépendants ». Quelle place reste-il encore pour le court métrage et quel avenir ? Quel sera son visage demain ?

    Pris dans le mouvement, nos structures continuent de rendre compte du dynamisme et de la variété de la création. Elle prend des visages de plus en plus divers comme en atteste par exemple l'essor des programmes Labo à Clermont-Ferrand ou l'émergence inédite de personnalités sur Internet qui posent de nouveaux défis (diffusion, modèle économique, marchés, conservation).

    La table ronde que nous vous proposons, avec quelques unes des personnalités les plus compétentes et sensibles en la matière n'a pas la prétention de répondre à ces question (qui le pourrait ?) mais de prendre deux heures pour y réfléchir et tenter de dégager un état des lieux et quelques pistes.

  • Les dix ans d'Un festival c'est trop court

    affiche-2010.jpg
    Cliquez sur l'affiche pour accéder à l'ensemble de la programmation et des informations

  • Clermont 2010 : commentaires

    Petit compte rendu du festival du court métrage de Clermont Ferrand, cru 2010, sur Inisfree :

    Partie 1

    Partie 2

    Partie 3

    Le palmarès

    1575450167.jpg

  • Clermont 2010

    Comme chaque année, Regard Indépendant sera présent pour le grand rendez vous du court métrage en France, le festival de Clermont Ferrand. La délégation de cette année comprendra le président, Vincent, la trésorière, Marion, et Andréa qui a visiblement apprécié son séjour de l'an dernier. Sous le bras, outre la documentation habituelle, nous emmenons une trentaine de DVD de la collection Insomnie, les super8 tournés-montés de 2008, double DVD finalisé grâce au travail de notre ami Xavier qui ne pourra pas être présent, il tourne, le bougre.

    En attendant, vous pouvez vous informer sur le festival et son programme en cliquant sur la très belle et très mystérieuse affiche.

    Clermont.jpg
  • Les 11e Rencontres se sont achevées

    Les 11e Rencontres Cinéma et Vidéo se sont achevées dimanche 25 octobre et au nom de toute l'équipe de Regard Indépendant, nous vous remercions de votre participation à cet événement phare de notre association.

    rencontres8.jpg

    Merci, danke, obrigado, pour vos films et vos programmations, merci pour votre présence, pour les rencontres et les échanges qui sont la raison d'être de la manifestation.A tous nos invités, ce fut un plaisir de vous recevoir pendant ces quatre courtes journées. Nous espérons que vous avez apprécié votre séjour niçois et que vous avez fait bon retour. Bonne chance pour vos projets futurs. N'hésitez pas à nous tenir au courant.

    A nos partenaires, merci de votre soutien, merci aux équipes du théâtre Trimages, Marie-Claire et Dominique, du cinéma Mercury et du MUSEAAV, à notre équipe technique et à tous ceux qui nous ont donné un coup de main.

    Aux spectateurs que nous aurions espérés plus nombreux, merci de votre curiosité et de votre intérêt pour les films et leurs auteurs.

    rencontres18.jpg

    J'ai pris quelque peu de vacances, un peu de recul aussi comme à chaque fois, mais déjà nous pensons aux prochaines manifestations. Le blog des 11e Rencontres est fermé mais toujours accessible, vous pouvez y retrouver les liens avec les artistes de l'édition et avec nos partenaires. Des photographies ont été prises et regroupées en deux albums :

    La soirée d'ouverture

    Les Rencontres

    Merci à Andrea et à Luc pour ces souvenirs.

    rencontres15.jpg
  • Programme du dimanche 25 octobre

    11e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Théâtre Trimages - 14h00

    Création régionale—Sélection Regard indépendant

     

    Pepe Roni : la Pizza Mama, Poulet Gina et la glace à l’italienne.

    Trois films de Emmanuel Benichou et David Sauval - 2009 –vidéo - Production : Emmanuel Benichou et David Sauval

    La Pizza Mama (3 min. 18), Poulet Gina (1 min. 13), la glace à l'italienne (2 min.).

    Pepe Roni est un chef réputé vous propose de partager ses recettes de l'amour : la Pizza Mama, le poulet Gina, la glace à l'italienne.

    Bon appétit

    Le miroir

    Un Court métrage de vidéo d'art d'après négatif photographique de Véronique Rivera - 2008 - Noir et Blanc - 9 min. 19.

    Dans le miroir, le visage aux multiples visages, se fait et se défait au rythme des puissances du désir...

    Délice

    Un film de Gérard Cairaschi - 2002 - 9 min. 30.

    Délices joue sur l’imbrication d’images qui par la pulsation d’un montage rapide s’entre mêlent dans un chatoiement graphique et coloré.

    Fluidité d’images qui associent dans un mouvement lent et continu de la caméra un corps et des éléments de nature. Voyage entre les images, entre deux mondes, voyage que symbolise la présence de poissons, liens entre la surface et les profondeurs inconnues de l’élément liquide : entre conscient et inconscient.

    Eden

    Un film de Gérard Cairaschi - 2004 - 6 min. 34.

    Exploration des limites de notre monde qui, sans cesse, exile son centre (son Eden) comme la découverte des mécanismes de notre enveloppe corporelle a déplacé son centre du cœur vers le cerveau. Cette vidéo joue de collusions visuelles, de représentations véhiculées par diverses cultures, réminiscences de nos rêves, de nos mythes, de nos désirs, de nos espoirs et de nos peurs.

    Una Pelicula Que No Se Ni Como Se Llama (un film dont je ne connais même pas le nom)

    Un film de Adeline Maxwell, Maria José Calderon et Esteban Garcia—2009—3 min. 25.

    Voyage intérieur, l’histoire d’une valise qui contient les peurs et les cauchemars les plus enfouis et qui fait un voyage jusqu’à se jeter dans la mer. Nous y trouvons une lutte contre nos propres démons. Tout cela coloré d’humour, de surréalisme et de fraîcheur.

    Vocales

    Un film de Adeline Maxwell et Luis Andrés Calderon - 2009 - 1 min. 07. Production collectif Revolucion Cebolla.

    Clip vidéo du morceau « Vocales » du groupe de rock Flor de Tet. Animation photo avec un jouet.

    Prélude

    Une vidéo-danse film de Adeline Maxwell et Lucia Egaña —2009 - 8 min. 07. Production collectif Revolucion Cebolla.

    Vidéo danse. C’est la vision d’un dos nu de femme : c’est là tout un espace vivant , un « paysage  corporel » parcouru de chemins, de lignes, et chargé d’une forte intensité. Dans une approche plus symbolique, le dos est aussi l’envers du décor, la face cachée de la Lune, celui qui montre le corps sans en révéler l’identité, sans aller jusqu’au visage.

    La forge des corps

    Atelier Cinéma - Lycée Pierre et Marie Curie (Menton)

    Réalisation d’un documentaire de novembre 2008 à mars 2009

    Les élèves de seconde européenne du lycée Pierre et Marie Curie, encadrés par l’association Héliotrope, ont réalisé un court métrage, appelé La forge des corps, un documentaire sur l'évolution des corps par l'approche théâtrale, le temps d’un échange théâtral franco-italien.

    Le court métrage a été présenté lors des Curie d'Art en mars 2009 en amont de la représentation théâtrale jouée par les élèves sous la direction du FABER TEATER (association théâtrale originaire de Chivasso/Italie).

    Absolute Novice : "Golfstream"

    Un film de Emmanuel Benichou et David Sauval - 2009 – 4min. 07—vidéo - Production : Emmanuel Benichou et David Sauval. Avec Emmanuel Benichou, Ariel Benichou, Julien Benichou, Matteos Oneglia, Nathalie Ognelia, Magali Portaneri et Jean Benichou.

    Absolute novice est un grand débutant, novice il rate tout ce qu'il touche. A la recherche d'emploi, d'activité, d'une place dans la société, il s'improvise dans tous les métiers et le sport. Inspiré par Tiger Woods veut devenir Champion de Golf mais sait il moins que le parcours est semé d'embuches.


    Théâtre Trimages—16h00

    Carte blanche à Imagespassages

    Proposé et présenté par Annie Auchere Aguettaz

     

    Supermâché

    Un film de Laurent Sfar & Jean Guillaud - 2008 – 13min.

    Propos de Nice

    Action participative de Philippe Astorg

    Pour cette action, cher public, il nous faudra des personnes qui veuillent bien se prêter au jeu d'être filmés.

    Philippe Astorg viendra avec sa camera pour filmer les gens devant l'écran où sera projeté le titre du film de Jean Vigo A propos de Nice qu'il a préparé. Les gens devront se mettre à la place du "A".

    Il interrogera le public sur ce qu'il peut dire de Nice du vendredi au samedi après-midi et montera le résultat avec quelques prises de vue de la ville. Le film de Vigo sera éventuellement projeté aux participants, même dans un petit format et dans un endroit tranquille pour réaliser les entretiens.

    BTP institution

    Un film de Nicolas Boone - 2008 – 10min.

    Faire le mur

    Un film de Bertile Bak - 2008 – 17min.

    Naufrage

    Un film de Clorinde Durand - 2008 – 6min.

    (programme sous réserves de modifications)


    Carte blanche aux Instants Vidéo

    Retours du Brésil.

    Une programmation des Instants Vidéo Numériques et Poétiques proposée et présentée par Marc Mercier

     

    257 m2 de Marco Rudolf et Thais Dahas (Brésil, 2007) 20min.

    Vidéo danse. Mi humains, mi animaux, une chorégraphie entre la déchéance et la splendeur, interprétée par Luiz Otavio Queiroz et Nataly Rocha.

    Bebendo Mondrian d’Armando Queiroz (Brésil, 2008) 3min. 35.

    En buvant Mondrian.

    Fàbula d’Armando Queiroz (Brésil, 2008) 2min. 50

    Fable. Ils vivaient heureux et trois petits cochons souriaient. Ils s’appelaient: Cierge, Mariage et Baptême.

    O regresso de Ulisses d'Alexandre Vera (Brésil, 2008) 19min. 50.

    Vidéo danse inspirée du Retour d’Ulysse, avec Andréa Sales, Carlos Nascimento, Liliana Costa, Possidônio Montenegro.


    18h30

    Séance de clôture


    Exit de Mohanad Yaqubi (Palestine, 2009) 10'

    Une chorégraphie de Jean Gaudin, dansée par Pascal Allio, dans les couloirs du métro de Londres. Ce film fait parti de la création « Demain, se réveiller par inadvertance », conçu par Jean Gaudin et Marc Guérini.

    Carte blanche au Cinéma Brut proposée par le collectif du Cinéma Brut, présentée par Pascal Cadare.

    Propos de Nice

    Action participative de Philippe Astorg

    Happy land

    Un film de Yoann Boselli—2009—12 min. 15

    Scénarisé, tourné et monté en 15 heures.

    Concert : DuoZic—20 min.

    Seconde prestation pour conclure en musique cette 11e édition des Rencontres du duo axé autour de standards de jazz et de bossa-nova.

     

  • Programme du samedi 24 octobre

    11e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Théâtre Trimages — 14h00

    Musique et documentaire - Création régionale

     

    Concert : DuoZic—20 min.

    Axés autour de standards de jazz et de bossa-nova, les arrangements de DuoZic se présentent de manière originale. La voix et les instruments sortent de leur rôle traditionnel et adoptent une nouvelle couleur : le sax se transforme en contrebasse, l'accordéon devient guitare et la voix se joue de divers instruments. C'est entre minimalisme et nouveauté qu'évolue le répertoire de DuoZic.

    Mongolia expedisound

    Un film de Laurent Lemonnier — France — 2009 — 52 min. — Documentaire — Production : Cylid Productions (Marseille).

    C’est une véritable aventure humaine, un road-trip de plus de 30 000 kilomètres au départ des Calanques de Marseille en direction des steppes de Mongolie:

    2 ans de préparation, 12 personnes, 3 poids lourds, 6 pays traversés et un objectif principal, l’arrivée à l’orphelinat d’état d’Oulaan Baatar.

    Durant un mois et demi, l’équipe partage le quotidien de près de 150 enfants et adolescents avec comme seule ambition de les divertir, de leur apporter un peu de réconfort et d’améliorer leur quotidien.

    Deuxième objectif : la découverte de la culture mongole et tout particulièrement de leur musique en rencontrant les groupes locaux….Le mélange des cultures … La fusion s’opère au-delà des espérances de chacun…et à l’aide d’un sound-system, l’équipe organise des soirées, diffuse et enregistre les musiques traditionnelles.


    Théâtre Trimages — 16h00

    Musique et documentaire - Création régionale


    Foniké [en guise de manifeste]

    Un film de Jérémie Lenoir - 31 min. - 2008 - Production: Des Collages.

    Etat des lieux trois ans après le premier tournage; en même temps que relecture du premier film, d'après un texte d'Aimé Césaire , "En guise de manifeste littéraire", lettre à André Breton parue avec le "Cahier d'un retour au pays natal".

    En 2008 je sentais l'urgence d'aller tourner une suite, une actualisation. Je suis parti avec le "Cahier..." dans mes plans, avec l'idée de faire se rencontrer la poésie de Césaire et la rue de Conakry, pour voir…

    A Conakry, Safura Modou Wondety, leader du groupe Kassangue, me dira: "Je le cherchais depuis longtemps".

    Finalement, le Cahier est resté au pays natal.

    Foniké2.jpg

    Suomen Papagaio

    Un film de Anaïs Vaillant et Alexandra Tesorini - France - 2008 - Production indépendante - 25 min.

    J’arrive à Helsinki une semaine avant le carnaval de la ville et rencontre des membres de l’école de samba Império do Papagaio. Ces passionnés de samba préparent leurs costumes, répètent leur prestation carnavalesque qui concourra au titre de meilleure école de samba de Finlande. Que vient faire cette pratique originaire du Brésil dans cette culture finnoise ? Des membres de l’école s’interrogent avec moi sur le sens de leur pratique musicale.

     

    Théâtre Trimages — 18h00

    Documentaire - Création régionale


    Ma vie avec ATTAC 06

    Un film de Xavier Ladjointe - 95 min. - HDV 16/9 –Production indépendante.

    J'étais venu faire les soldes à Nice parce que les soldes, c'est bien, c'est la consommation et la consommation, c'est des emplois...

    Et je suis tombé sur ce défilé d'alter-mondialistes dans le cadre du Forum Social Mondial 2008. Je me suis approché et j'ai fait la connaissance de ce groupe ATTAC 06 (Association pour la Taxation des Transactions financières pour l’Aide aux Citoyennes et citoyens pour le 06)...

    Ce sera pour moi le point de départ d'une remise en question de l'idée que je me faisais de la société.

     

    Théâtre Trimages — 20h30

    Soirée super8

     

    Partie 1 : La collection A la vie, à l’amour, à la folie – Production Regard Indépendant en partenariat avec Televisor (Köln—Allemagne). Projection de films super 8 réalisés en tourné-monté avec bande sonore diffusée simultanément.

    All’arrabiata d’Antoine Banni avec Lucie Léventail, Maria B., Laetitia H., Vincent Vino, Pascal Mage, Pascal Brigante, Luciano Laguitare.

    Dans la cour de l'auberge "All’arrabiata ", des comédiens préparent un spectacle malgré l'orage qui approche.

    Kitchen Afernoon de Tina Von Traben et Uwe Skrabs

    Zora, trois ans, rend visite à sa grand mère Anna, 97 ans, pour un après-midi.

    Tina.jpg

    I love Paris de Nicolas NSB.

    Cauchemar, à l'amour et à la folie de Elisabeth Vissio et Philippe Frey sur une idée de Stéphanie T. Avec Béatrice Strim, Elisabeth Vissio et Philippe Frey.

    une jeune femme qui dort près de son amoureux est poursuivie dans ses cauchemars...

    L'homme que j'attendais de Roxane Petitier. Avec Roxane Petitier, Ludo et Arsouille.

    Bérénice est amoureuse. Elle a trouvé son homme, celui qu'elle attendait depuis si longtemps. Elle s'emballe, elle rêve à une vie de couple épanouie et ordinaire; elle ne se reconnaît plus. Et elle se demande comment cela peut être si parfait...

    Rotation de Wilm Huygen. Avec Aldo Borga

    Rotation propose un manuel pour répandre un petit peu de folie où que vous soyez. Le film montre comment créer une chose apparemment sans importance qui peut servir à apporter de la joie dans l'espace urbain. Il y a une seconde dimension de folie dans ce film. Vous pouvez faire un court-métrage simplement en prenant une caméra même si vous n'êtes pas habitué à son utilisation.

    Zwinkern - Clin d'oeil de Marcel Belledin. Avec Dejan Rakas, Katrin Leuthe et Rainer Knepperges.

    L'histoire d'une ville dont les habitants retrouvent le sourire par un petit miracle et s'infectent mutuellement, cependant...

    The weird guy de Andreas Grusinski. Avec Arved Birnbaum, Andreas Grusinski, Daniel Rodic, Karsten Jaskiewicz et Stefan Merten - Music: Scott Joplin
    Un petit groupe de quatre personnes filme une scène et s’enfonce dans les ennuis. La star du film refuse de jouer avec un acteur parce qu’i lui doit de l’argent. La star frappe le petit acteur. Le réalisateur craque. Un vieil homme avec son chien est mêlé à la situation.


    Die Liebe treibt das Leben zum verrückten Wahnsinn (L’amour amene la vie à la folie) de Constanze Langhamer - Avec Constanze Langhamer, Nassim Awad, Sven Djurovic - Caméra Mohamed Sanfina Diallo - Scénario Nassim Awad - Music: Scott Joplin.

    Une jeune fille met la pression sur son petit copain qui a un visage défiguré de faire une opération esthétique. Ils décident d'aller chez un docteur, à l'air très douteux, qui doit faire l'opération. Une fois arrivés, l'opération ce déroule très vite sans aucune complication. Enfin, le nouveau visage du jeune homme est prêt. Est ce un résultat effrayant ou un résultat réussi ?

    Burying The Obvious de Jasmin Lichtenstein - Avec Victoria Schffrath, Sebastian Schwieckler, Stefanie Wins, Marion Hecker - Camera Laura Tatiana Rade - Music: Scott Joplin.

    Une procession funéraire s’avance. Elle stoppe devant une marque invisible, prête pour la cérémonie que le prêtre commence par une bénédiction. La femme descend quelque chose dans la tombe. Ce sont des morceaux de papiers arrachés à des magasines…

    Jou jou de Feyyaz & Nicola Richter.

    A propos de moments avant de marcher quelque part, de moments avant de tomber d'une certaine façon et de moments qui vous font mentir.

    Feyyaz.JPG

    Verdict sans appel de Cédric Coppola Avec Pauline.Mu, Julien Sigalas, Thierry Sigalas, Pierette Arnaud, Aurélie Scarrone, Michel Bonneuil et Keva the dog.

    Elle est artiste. Il est avocat. Ils semblent heureux... Mais parfois, une tragique nouvelle vient bouleverser une demande en mariage. Le verdict sera sans appel.

     

    Intermède : Pauline.Mu... Une star est née

    Super Mamy : Ma grand mère est super chouette, très à la mode, à l'affu de toutes les dernières technologies ; et évidemment de nos jours, sans internet, on est totalement déconnecté.


    Partie 2 Documentaire

    La caméra interdite

    Un film de Jean-Marie Vinclair — 13 min. 30 — France — 2007 — Production Edouard Mauriat

    Alors que mon grand-père se trouve entre la vie et la mort, je découvre chez lui des bobines 8mm. Des images filmées par lui et ses proches, en rupture avec ce qu'il croyait nous transmettre.

    En partenariat avec La petite marchande de films et le RADAR Normandie.

    CAM 15.jpg

    Intermède Pauline.Mu... Une star est née

    Convocation pour entretien : Suite à une audition, j'ai décroché le rôle de ma vie! "Forcément parce que sinon, franchement j'vois pas!" Attendez, j 'vous raconte...


    Partie 3 Straight8 2009

    Alfred and Audrey de Louise Green

    Down under de Edwin Thomas et John Kelly

    Everyday heroes de Fiona Brownlie

    Je mange, je pense de Mark Downes

    Gnome is where the heart is de Sarah Thom

    Howard 's best worts worts day ever de Vickie Ager

    One last dance de Marta Besevic et Nathalie MacArthur

    Out of sync de Andrew Bradley

    Monster de Matthew Keen

    The truth about conveniences de Mark Burton et Sam Dowling

    The bithday cat de Freya Elliott

    Footsie de Chris Denton, Lindsay De Sausmarez et Lou Fletcher

     

    Intermède Pauline.Mu... Une star est née

    Soirée VIP: Quand on est VIP, c'est soirée Jet jet à volonté et là... C'est comme au cinéma !

     

    Cinéma Mercury à minuit

    Nuit blanche du cinéma

     

    Une soirée, c'est trop court. Carte blanche à l'association Héliotrope.

    Home sweet home : un programme de 9 films d’animation proposé par l’Agence du court métrage.

    Le foyer : lieu de protection et de confort recherché par tout un chacun. Lieu de passage et de convivialité aussi, pour peu que ses occupants soient disposés à ouvrir leurs portes. Ici, un vent de folie a traversé les frontières (géo)graphiques pour semer un chaos réjouissant , entre burlesque et angoisse.

     

    Fioritures

    Un film de Garri Bardine – Russie - 1987 - 35 mm - 1,33 -10min. - Couleur - Scénario, image et décors : Garri Bardine.

    Un rouleau de fil de fer donne naissance à un homme. Celui-ci fabrique tout ce dont il rêve : maison, jardin, chien… Il entoure son terrain d’un grillage.

    City Paradise

    Un film de Gaelle Denis - Grande-Bretagne - 2004 - 35 mm - 1,85 - 6min. - Couleur - Scénario : Gaelle Denis - Montage : Tony Fish

    En arrivant à Londres, Tomoko, une jeune japonaise fraîchement débarquée avec son masque et son tuba dans ses bagages, est bien loin de se douter qu'elle s'apprête à découvrir un mystérieux secret caché sous la ville.

    L'homme de la Lune

    Un film de Serge Elissalde – France - 2006 - 35 mm - 1,85 - 18min. - Couleur - Scénario : Oscar Panizza, Serge Elissalde - Décors : Serge Elissalde - Son : Bruno Seznec - Avec Daniel Emilfork, Guillaume Gallienne, Danielle Rezzi, Cindy Tempez, Laurie Martin

    Leyde, Hollande, 19ème siècle. Un jeune étudiant en médecine surprend les activités étranges d'un homme descendu du ciel par une échelle de corde. Il le suit jusqu'à la lune qui s'avère être une grosse boule de bois habitée par une étrange famille.

    Homme de la lune.jpg

    Fêlures

    Un film de Nicolas Pawlowski – France - 2007 - 35 mm - 1,85 - 9min. 30 - Couleur - Scénario : Nicolas Pawlowski. - Montage et animation : Alexis Ducord. - Musique : Alexis Pecharman, Denis Vautrin. - Textes : Félix Doutrin.

    Un vieil homme a pour seule passion une fleur en pot qu’il entoure de ses soins. Chaque soir, il attend impatiemment l’allumage automatique du réverbère qui fait face à la fenêtre pour voir l’ombre de sa plante projetée sur le mur blanc de sa chambre. Une fantasmagorie cruelle va se jouer tout en ombres et lumières...

    Obras

    Un film de Hendrick Dusollier - France - 2004 - 35 - mm - 1,85 - 12min. - Couleur - Scénario et image : Hendrick Dusollier - Son : Jean-François Viguié – Avec Eva Garcia

    Obras propose, en un unique plan-séquence, un voyage dans le temps et l'espace, une déambulation poétique, graphique et sonore qui traduit visuellement les mutations urbaines, sauvages et irréversibles, à travers la destruction/reconstruction de Barcelone.

    La dama en el umbral (La dame sur le seuil)

    Un film de Jorge Dayas- Espagne - 2007 - 35 mm - 1,85 - 14min. - Couleur - Scénario : Jorge Dayas. - Image : Jesus Guijarro. - Musique : Cesar Obregon. - Animation : Francisco Antonio Peinado, Marcos Busatori, David Alvarez. - Avec Antonio Lara, Paco Cardona, Lola Alvarez, Jorge Tomé, Angel Corpa, Jesus Prieto, Emilia Dominguez, Alberto Hidalgo, Jorge Dayas.

    Le capitaine Michel Alban arrive dans une ville française au début du vingtième siècle. Le soir même il aperçoit de la fenêtre de sa chambre une femme troublante.

    Rabbit

    Un film de Run Wrake - Grande-Bretagne - 2005 - 35 mm - 1,85 - 9min. - Couleur - Scénario et image : Run Wrake - Montage : Rich White - Décors : Geoffrey Higham.

    Un jeune garçon et sa soeur, trouvent dans l’estomac d’un lapin, une idole qui va exaucer leurs voeux. Ils vont accumuler de grandes richesses mais pour combien de temps ?

    Calypso is like so

    Un film de Bruno Collet - France - 2003 - 35 mm - 1,66 - 7min. - Couleur - Scénario : Bruno Collet - Image : Fabrice Richard - Montage : Pascal Auclert - Décors : Bruno Collet, Jean-Marc Ogier - Son : Léon Rousseau – Avec Claire Keim

    Sur un plateau de tournage désert, un acteur célèbre vit parmi ses souvenirs de cinéma. Une visiteuse inattendue va découvrir les personnalités de cet homme aussi séduisant qu'inquiétant... Ce film en marionnettes animées est un hommage irrévérencieux à Robert Mitchum.

    Ark

    Un film de Grzegorz Jonkajtys - Pologne - 2007 - 35 mm - 1,85 - 8min. - Couleur - Scénario : Grzegorz Jonkajtys - Animation : Grzegorz Jonkajtys, Grzegorz Kukus, Lukasz Muszynski, Tracy Irwin - Production : Marcin Kobylecki.

    Face à la contagion par un virus mortel de leurs villes et de leurs habitations, les survivants de l'humanité prennent la fuite par les océans en direction de régions désertes. Occupant d'immenses pétroliers, ils partent à la recherche d'une terre épargnée par ce fléau. Leur chef, un être obsédé par le désir de sauver la population restante, rassemble les meilleurs hommes sur les ponts des navires. Malheureusement, ayant été contaminé par le virus fatal, il est inconscient de sa vraie nature. Ils sont en route pour un long périple désespéré vers l'inconnu... Leur but : Une terre nouvelle…

     

    PAUSE

     

    La bête aveugle (Mōjū)

    Un film de Yasuzo Masumura – Japon - 1969 – 84 min. Couleurs - Production : Edogawa Rampo et Kazumasa Nakano - Scénario : Yoshio Shirasaka, d'après le livre de Edogawa Rampo - Photographie : Kazumasa Nakano – Avec Eiji Funakoshi, Midori Mako et Noriko Sengoku.

    Film interdit aux moins de 16 ans lors de sa sortie en France

    Bête aveugle 3.jpg

    Un sculpteur aveugle enlève et séquestre dans son atelier un modèle pour la soumettre à l'empire des sens afin qu'elle devienne une statue idéale. Comprenant après plusieurs vaines tentatives qu'elle ne pourra fuir ce cauchemar, la victime est peu à peu attendrie et envoûtée par son bourreau.

     

    PAUSE

     

    Montparnasse

    Un film de Mikhaël Hers—France - 2009 - 58 min. —Couleurs — Photographie Sébastien Buchmann — Son Jean-Christophe Julé et Laurent Benjamin — Montage Christel Dewynter — Avec Sandrine Blancke, Lolita Chammah, Didier Sandre, Aurore Soudieux, Timothée Régnier, Vinçon Thibault et Adelaïde Leroux

    "Le plus grand cinéaste français de demain " Luc Moullet à propos de Mikhaël Hers.

    Une nuit, trois jeunes femmes, le néon des boulevards, quelques rues désertées, une galerie marchande, un jardin endormi, le parvis de la tour, l’esplanade de la gare, le café du départ, un appareil photo, un concert, une terrasse, puis la ville qui s’éveille, Montparnasse. Sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs Cannes 2009. prix Jean Vigo 2009.


    PAUSE

     

    Police fédérale Los Angeles (To Live and Die in L.A.)

    Un film de William Friedkin - USA - 1986 – 116 min – Couleurs - Scénario de William Friedkin et Gerald Petievich d'après son roman - Production Irving H. Levin, Musique Wang Chung - Photographie Robby Müller. Avec William L. Petersen, Willem Dafoe, John Pankow, Debra Feuer, John Turturro, Darlanne Fluegel et Dean Stockwell.

    Richard Chance est un flic tête brûlée, obsédé par la traque du faussaire Rick Masters. Le jour où son co-équipier est abattu alors qu'il menait une opération en solo, Chance décide de monter un coup tordu des plus illégaux en braquant un convoyeur de fonds... qui s'avère être un agent du FBI infiltré, et qui est abattu accidentellement. Obstiné, Chance continue à tendre son piège autour de Masters, malgré le déluge de violence qui s'abat autour de lui.


    Petit déjeuner

    Au cinéma Mercury