Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Festival - Page 11

  • Table ronde "L'adpatation dans le court-métrage"

    Dans le cadre d'Un festival c'est trop court, le samedi 22 octobre, c'est au port de Nice que se tiendra la 2ème édition du Nice Short Meeting, en partenariat avec la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nice.

    De 16h00 à 17h30 aura lieu une table ronde sur le thème :

    L’Adaptation dans le cour-métrage

    Marguerite Duras  : "Le cinéma arrête le texte, frappe de mort sa descendance : l’imaginaire. C’est là sa vertu même : de fermer, d’arrêter l’imaginaire. cet arrêt , cette fermeture s’appelle le film. Bon ou mauvais, sublime ou exécrable, le film représente cet arrêt définitif. La fixation de la représentation une fois pour toutes et pour toujours".

    Howard Hawks (à Ernest Hemingway) : « Je peux faire un bon film à partir de ta pire histoire »

    héliotrope,scénario

    Depuis sa naissance, ou presque, le cinéma a puisé la matière de ses récits dans la littérature et le théâtre. De Ferdinand Zecca adaptant Shakespeare aux « films artistiques » en passant par les grandes adaptations Hollywoodiennes, le goût français pour les classiques, les adaptations de Walt Disney d'un patrimoine mondial, jusqu'au récent engouement pour la bande dessinée, le cinéma n'a cessé d'adapter. La course aux droits littéraires est une règle générale et l'on ne compte plus les réalisateurs, producteurs voire acteurs qui sont à l'affût du travail des écrivains, investissant ainsi dans les mots écrits.


    Et depuis toujours se sont posés les problèmes de l'adaptation avec son cortège de critiques et ses questions existentielles : faut-il adapter ? Peut on tout adapter ? Faut-il trahir pour bien adapter ? En France, le mouvement de la nouvelle vague s'est appuyé sur la critique d'un type d'adaptations littéraires (Le fameux texte de François Truffaut) et la théorie de l'auteur de cinéma. Pourtant Truffaut le premier n'a cessé de multiplier les adaptations des livres qu'il aimait (Bradbury, Roché, Irish) tout en faisant le cinéma le plus personnel. Mais l'influence du discours a été et reste importante.


    Dans le milieu du court métrage, le scénario original reste majoritaire, bien que l'adaptation, depuis « La rivière du Hibou » de Robert Enrico ou les nouvelles de Poe chez Alexandre Astruc, ait conservé la faveur des cinéastes. En adaptant Modiano avec « Charrel », Mikhael Hers pose déjà un univers personnel qu'il développera avec des scénarios originaux par la suite. Les problèmes qui se posent pour les longs métrages sont-ils de même nature pour les formes courtes ? Quels peuvent être les relations entre écrivains et cinéastes dans le cadre d'un court métrage ? Le jeune cinéma peut-il s'inspirer de la jeune littérature ? Y-a t'il une spécificité dans l'adaptation pour la forme courte ?

    Autant de questions que nous évoquerons avec nos invités lors de la table ronde « L’adaptation dans le court métrage » : Morad Kertobi (Responsable du département court métrage - CNC) - Myriam Martou (Responsable de la Formation au G.R.E.C.) – Jacques Olivier Bosco (Ecrivain) – Benjamin Legrand (Administrateur Délégué à la S.A.C.D.). Laurent Lariviere  (Réalisateur)

    Modérateur : Vincent Jourdan (Président de Regard Indépendant)

    www.nice-filmfest.com.

    Contact : Association Héliotrope

    10 bis rue Penchienatti, Nice

    04 93 13 97 65

  • Un festival c'est trop court édition 2011

    L’association Héliotrope présente cette année la 11ème édition du festival du court métrage de Nice, Un festival c’est trop court, qui se déroule du 18 au 23 octobre 2011. Un festival c’est trop court réunit chaque année le meilleur de la jeune création européenne à travers de nombreux programmes compétitifs autour d’un genre cinématographique, le court métrage. Avec l’ambition de proposer au public des films de tous genres et de toutes durées, venus de tous horizons, le festival offrira pendant une semaine, des œuvres singulières, novatrices, rares et inédites.

    un festival c est trop court 210911.png

     En 2011, 1400 films, provenant de toute l’Europe, ont étés reçus pour concourir aux sélections du 11ème festival :
    * La Compétition Européenne, 34 courts métrages en provenance de 14 pays.

    * La compétition Courts d’ici, 18 films réalisés dans la région Provence-Alpes-Côte d’ Azur.

    * La compétition Expérience, 22 courts métrages qui explorent un territoire hybride et débridé où essai, expérimental et art contemporain se confondent.

    * La compétition Courts d’Animation, une nouvelle section dédiée aux films d’école francophones d’animation.

    Depuis 2000, le festival propose au public de découvrir des créations européennes en mettant à l’honneur, par le biais de cartes blanches, panoramas et rétrospectives, les pays invités. Cette année Nice accueillera : l’Irlande, dans un programme So Irish, en partenariat avec le Festival de Cork ; la Pologne, avec une sélection guidée par le Festival de Cracovie ; et la Croatie, avec un focus concocté par le Aye Aye Film Festival de Nancy.

    Parallèlement aux projections, plusieurs événements rythmeront la semaine :
    * La Cérémonie d’ouverture, organisée en plein air sur le port de Nice.
    * La 2ème édition de la journée Nice Short Meeting, la journée de rencontres professionnelles organisée le samedi 22 octobre au port de Nice, en partenariat avec la CCI.
    * Et la Fête de Clôture, avec le Concert Cinéphile de Holden & Hannah à la Station.

    La 11ème édition d'Un festival c'est trop court, le festival du court métrage de Nice se tiendra du 18 au 23 octobre 2011 dans plusieurs salles de la ville : Cinéma Rialto, Cinéma Mercury, Auditorium du M.A.M.A.C, Auditorium de la bibliothèque Louis Nucéra, L'ÉCLAT / Villa Arson, La Station, le Port de Nice.

    Un festival c’est trop court
    Du 18 au 23 octobre 2011
    06000 Nice
    Tél : 04 93 13 97 65

  • Participez au défi vidéo et musical

    L'association Regard Indépendant lance aux créateurs de tout poil et de toutes plumes un défi vidéo et musical qui verra son aboutissement le jeudi 17 novembre en ouverture des 13e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

    Le principe en est simple : nous vous proposons de réaliser, avec vos propres moyens, une vidéo sur une musique originale ou non, qui vous inspire. Classique, jazz, rock ou rap, en animation ou en found footage, vous êtes complètement libres.

    La durée est limité à 4 minutes.

    Les vidéos seront diffusés en ouverture des Rencontres, le 17 novembre au Volume.

    Les vidéos doivent être remisent à l'association avant le 10 novembre, sur CD-Rom, clef USB ou par transfert de fichier sur l'adresse regardindependant@gmail.com.

    Avec la vidéo, il faudra rendre une fiche d'inscription que vous pouvez télécharger ici.

    Chaque réalisateur est propriétaire et responsable de son œuvre et de son contenu. Regard Indépendant acquittera les droits musicaux pour la soirée de présentation.

    Que gagne-t'on ? Le droit de proposer le prochain défi qui sera organisé en 2012 !

    Relevez-vous le défi ? Contact : 06 23 07 83 52

  • Festival Double(s) au Mercury

    Le festival annuel de Cinéma sans Frontières se déroulera au cinéma Mercury (16, place Garibaldi, Nice) du 04 au 11 février (inclus) et sera organisé autour du thème du DOUBLE(S). Avec la participation de regard Indépendant via la présentation de L'invasion des profanateurs de sépulture (Invasion of the body snatchers - 1956) de Don Siegel, dimanche 6 février à 17h00.

    Affiche_Festival_2011.jpg

    Des présentations complètes des films sont consultables sur le site de CSF

    Chaque film est précédé d’une présentation et suivi d’une discussion avec le public. Tous les films en version originale sous-titrée.

    Présentations et animations des débats :

    Hervé Goitschel (HG), Vincent Jourdan (VJ), Bruno Precioso (BP) Josiane Scoleri (JS) et Philippe Serve (PS)

     

    Vendredi 04 - 20h 30

    Glen ou Glenda (PS) - Ed Wood - Etats-Unis - 1953 – 1h07

    Samedi 05 - 20h 30

    Familia (JS) Fernando León de Aranoa - Esp-Port-Fra -1997 - 1h40

    Dimanche 06 – 17h

    L'invasion des profanateurs de sépulture (VJ) - Don Siegel - Etats-Unis - 1956 - 1h20

    Lundi 07 – 20h 30

    Je suis un cyborg (PS) - Park Chan-wook - Corée du Sud - 2006 - 1h45

    Mardi 08 – 20h30

    Mifune Dogme III (JS) - Soren Kragh-Jacobsen - Danemark- 1999 - 1h38

    Mercredi 09 - 20h30

    L’autre (HG) - Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic -France - 2008 - 1h37

    Jeudi 10 - 20h 30

    Double take (BP) - Johan Grimonprez - Belgique - 2009 - 1h20

    Vendredi 11 - 20h 30

    Le visage d'un autre (PS) - Hiroshi Teshigahara - Japon - 1966 - 2h02

    Entrées : 7,50 € (non adhérents) - 5,00 € (adhérents CSF et Cinémathèque).
    Toutes les informations sur CSF :
    http://cinemasansfrontieres.free.fr
    Contact mail CSF : cinemasansfrontieres@free.fr
    Contact téléphonique CSF : 04 93 52 31 29 / 06 64 88 58 15

  • Le palmarès des super 8

    Il y avait donc une petite compétition pour certains films en super 8 présentés lors des 12e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice. Le jury composé de Marie-Jo Gonzalez, Illys, Amélie Masciotta, Gérard Courant, Hervé Roesch et Vincent Roussel a joué le jeu et rendu samedi vers minuit, dans la grande salle du Mercury, le palmarès suivant :

    Compétition internationale (programme Straight 8)

    Prix du jury à Eli de Leanne Flinn

    Compétition nationale (programme La première fois)

    Premier prix du jury à JsDream.6 de Feyyaz & Velvet

    Feyyaz.jpg

    Second prix du jury à Ce n'est plus mon film de Roxane Petitier

    Roxane2.jpg

    Photographie Roxane Petitier

    Mention à Premiers plans de Vincent Jourdan

    Vincent2.jpg

  • Ballade de merci

    Les 12e Rencontres se sont achevées dimanche sur un moment chaleureux dans le hall du Mercury. C'est le moment d'un mot simple et sincère : merci.

    Merci d'abord au public qui nous a conservé sa curiosité et qui nous a posé un problème rare mais bien agréable, celui du manque de place. Merci pour les belles séances de samedi soir et de dimanche. Merci aux courageux qui ont suivi jusqu'à l'aube la nuit du cinéma.

    salle.jpg

    Merci à nos invités, les auteurs en premier lieu, Gérard Courant et cette incroyable vitalité de cinéma, Guillaume Levil, Philippe Astorg, William Turmeau et Hervé Roesch avec leur beau programme venu de Strasbourg, Philippe Cardillo, les réalisateurs de la série super 8, Nathalie, Antoine, Frédéric, Feyyaz, Élisabeth, Cédric, Roxane, Sandrine, Cyril, Tina, Marcel et Connie venue avec son acteur Sven de Köln, Coralie Prosper, David Viellefon, Loïc Nicoloff et les élèves du collège Jean-Henri Fabre. Merci aussi à ceux qui n'ont pu être présents mais nous ont permis de diffuser leurs films et aux producteurs AD Astra films, Gonella Productions, Comic Strip, Tita Productions et Media Créations.

    Merci à celles et ceux qui ont accepté de jouer le jeu du jury outre Gérard et Hervé : Marie-Jo, Amélie, Vincent « Orlof » Roussel, et Illys que nous remercions aussi pour la belle affiche.

    Merci aux comédiens qui se sont prêtés à l'expérience de l'ami Luc : Fabienne , David et Brigitte de la Cie L'eau vive, renforcés par Jean Loup. Belles improvisations et une idée à renouveler.

    Merci aux musiciens, à Veines et leur énergie, à Benoît et ses ambiances cinématographiques, à Daniel pour son mur d'images improvisées au pied levé, au beau duo coloré de Rimbjob. Merci à Outcrossed pour la sono.

    Merci à nos partenaires, Ed de Straight 8, Laurent et la joyeuse équipe d'Héliotrope pour leur programmation venue du cœur, Niko et Yann avec l'équipe du Volume et de la Source, Nelda, Monique et Hakim du MUSEAAV, Eric, Gilles, Jean-Claude et tout le Mercury. Autant de lieux où nous nous sentons comme chez nous.

    Merci côté technique, avec un coup de chapeau pour avoir avalé toutes les difficultés, à Patrick Baillergeon jusqu'au bout de la nuit, Pierre docteur miracle es-son, Greg si patient avec tous ces formats, et Xavier bien sûr qui a préparé tout cela.

    Merci à Eva dont le pain de thon est en passe de devenir un incontournable du festival, à l'équipe de charmantes jeunes femmes qui nous ont fait ce buffet inédit aux saveurs russes, à celle du restaurant Chez Palmyre, à l'accueil de l'hôtel Au Picardy.

    Merci à nos partenaires officiels Le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur, le Conseil Général des Alpes Maritimes et la Ville de Nice.

    Nuit.jpg

    Merci à Klaus.

    Si j'ai oublié quelqu'un, ce qui est sans doute le cas, qu'il soit remercié ici.

    Merci enfin à l'équipe de Regard Indépendant pour le plaisir de travailler ensemble et de vivre sur une autre planète pendant quatre jours. Juliette, Andréa, Marion, Nathalie, Philippe, Antoine, Xavier, Frédéric. A bientôt, les 21 janvier à la Providence et 31 mars au Volume pour de nouvelles aventures...

    Vincent

    Président de Regard indépendant

    Photographies : Andrea.

  • C'est partit !

    rencontresweb.jpg

    Les 12emes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice sous le signe du super 8.

     

    La 12e édition des Rencontres Cinéma et Vidéo s'ouvrira le jeudi 18 novembre 2010 au Volume et se poursuivra jusqu'au dimanche 21 novembre au MUSEAAV et au cinéma Mercury, à Nice.

    Pendant ces quatre journées, la production régionale et indépendante sera mise à l'honneur à travers un format original qui fait un retour en force : le film super 8. Au programme, de nombreux courts métrages, des rencontres avec les auteurs, de la musique, des cartes blanches à des associations partenaires, et la désormais traditionnelle nuit du cinéma qui sera consacrée au péplum.

    L’objectif de ce rendez-vous reste de permettre au public curieux de découvrir la production cinématographique régionale. Le public pourra ainsi découvrir les œuvres de Guillaume Levil, Loïc Nicoloff, Coralie Prosper, Philippe Cardillo, David Viellefon et bien d'autres encore. Nous accueillerons également Gérard Courant, cinéaste atypique adepte du super 8 pour une carte blanche comprenant quelques-uns de ses fameux Cinématons, portraits filmés de gens illustres et moins illustres.

    L’association Regard Indépendant, organisatrice de cet événement, présentera à cette occasion sa nouvelle collection de super 8 tourné-montés réalisés sur le thème La première fois. Cette année, quatre réalisateurs allemands de Köln (Cologne - Allemagne) ont été invités à se joindre aux créateurs de la région. Une douzaine de films devraient être présentés en compagnie de la traditionnelle sélection des Straight 8 anglais et d'une carte blanche au festival tourné-monté de Strasbourg.

    La nuit du cinéma assouvira nos pulsions cinéphiles avec les courts métrages proposés par Héliotrope et deux longs métrages mythiques, deux péplums, Jason et les argonautes de Don Chaffey avec les créatures fantastiques de Ray Harryhausen et le délirant Monty Python, la vie de Brian, relecture décalée de la vie du Christ.

    Cette édition poursuivra l'exploration des interactions entre images et musique avec les groupes Outcrossed, Les arbres qui marchent et Veines pour trois ciné-concerts en ouverture au Volume et au MUSEAAV.

    Nous vous convions à découvrir le détail de cette 12e édition sur les pages dont vous trouverez le détail sur la colonne de gauche.

    Visuel : Illys Poulpfiction

    Renseignements pour le public : 06 23 07 83 52

    regardindependant@gmail.com

  • Edito d'ouverture

    A l'image de la place Garibaldi, repensée, rénovée, réorganisée, les Rencontres Cinéma et Vidéo vous présentent pour leur 12e édition un visage neuf. Non que du passé nous ayons fait table rase. Mais Regard Indépendant a recentré sa manifestation phare sur les envies de ses membres, espérant qu'elles seront en phase avec celle de notre public.

    Recentrage géographique autour de cette place Garibaldi, avec le cinéma Mercury et le MUSEAAV, et puis le Volume à deux pas. Je salue au passage le Théâtre Trimages de Marie Claire Blanco qui nous a accueilli les années passées et qui doit fermer, hélas, en décembre.

    Recentrage sur notre activité de création et plus particulièrement sur le super 8 avec la présentation samedi soir de la collection 2010 "La première fois". Avec une carte blanche au Festival tourné-monté de Strasbourg et les programmes de nos amis anglais des Straight8. Avec enfin un programme découverte d'un artiste singulier à l'œuvre impressionnante, Gérard Courant, pour qui l'utilisation de ce format est essentielle.

    Création avec aussi les passerelles que nous jetons vers d'autres arts, la musique avec trois concerts et l'intégration de nos images, le théâtre avec l'expérience menée par Luc Bonnifay d'improvisation à partir de courts métrages.

    Recentrage du programme, moins de séances, moins de jours, mais plus d'intensité sur ce long week-end. La partie régionale n'est pas sacrifiée même si elle va prendre en 2011 d'autres formes. En sont témoins les séances du dimanche.

    Et le plaisir cinéphile se perpétue avec la désormais traditionnelle nuit du cinéma, sous le signe du peplum et un rappel des 10 ans de nos amis d'Héliotrope.

    Nous vous espérons nombreux, afin de nous dire si ce nouveau visage, comme notre tout nouveau logo, vous plaît.

    Vincent Jourdan
    Président

  • Soirée MUSEAAV (changement de programme)

    Vendredi 19 novembre à partir de 19H00 – MUSEAAV, 16bis place Garibaldi 06000 NICE

    La soirée du MUSEAAV va connaître quelque changement. Un incident indépendant de leur volonté oblige Outcrossed à déclarer forfait. Après une journée agitée, nous avons trouvé la perle rare en RimbJob qui assurera la seconde partie de soirée. Rien de changé pour le spectacle de Les arbres qui marchent. Improvisations et mixes sur les courts métrages en super 8 de Regard Indépendant. Projection du film Propos de Nice de Philippe Astorg en partenariat avec Imagespassages et en présence de l'auteur. Petits fours et vin du Var.

    Et pour se faire pardonner, quelques courts métrages inédits des straight 8 que l'on avait gardé sous le coude. La soirée sera belle.

    Les Arbres qui Marchent

    En voila une avalanche de sons, entre mix electro, et psychédélique, Les Arbres Qui Marchent ne vous laisserons pas indifférents. Un jeu vivant improvisé en temps réel.

    Les Arbres Qui Marchent sont au départ un projet d’« ambient music », suivant une des définitions qu’en donne Brian Eno, l’inventeur (s’il en est) du concept. Une musique assez ouverte pour permettre une part de recherche, mais toujours futile... sans encombrer l’air.

    Benoit Seyrat A.K.A. Les Arbres Qui Marchent (Plus d'infos : http://www.myspace.com/laqm)

    Benoît Seyrat est l'inspirateur du projet. Musicien tout d'abord autodidacte, il rejoint en 2000 le CNR de Nice dans la classe de Michel Pascal en électroacoustique et composition, en collaboration avec le Cirm (direction François Paris).

    Arbres qui marchent.jpg

    Propos de Nice de Philippe Astorg – Production Imagespassages– 2009 – Muet – Noir et blanc – 19 min. 22s.

    Une visite et un hommage à Jean Vigo à l'occasion des 11e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice. Pendant les Rencontres 2009, Philippe Astorg a filmé l'équipe de Regard Indépendant, les spectateurs et de simples passants, en les questionnant sur leur ville, le souvenir d'à propos de Nice dans la tête. Monté l'ultime journée, le film avait été projeté une unique fois lors de la cérémonie de clôture. Propos de Nice sera montré au sein des expositions du MUSEAAV.

    Propos de Nice.jpg

    RimbJob

    Groupe niçois qui se définit comme électro-minimaliste-post-punk. Une musique influencée par des groupes comme Kraftwerk ou Suicide. La formation se compose de Yannick (chant/guitar/beatbox), et Sandra (chant/sexy-dancing). Histoire de bien situer les choses, RimbJob a pris pour devise : « Dirthy disco pour  dirthy nightclub » (plus d'info :  www.myspace.com/rimjobmusic). Ils sont aussi, qui ne l'est pas, sur Facebook.

    Rimbjob1.jpg

  • Programmation régionale - Partie 2

    Dimanche 21 octobre – 16h30 - Cinéma Mercury, 16 place Garibaldi – Nice

    Création régionale

     

    Une journée pas comme les autres film d'atelier de l'école René Cassin avec les intervenants de l'association Héliotrope – 2010 – 10 min. 57s.

    L'enfance croit ce qu'on lui raconte et ne le met pas en doute.

    Une journée.jpg

    A la place film d'atelier collège Jean-Henri Fabre avec les intervenants de l'association Héliotrope – 2010 – 6 min. 18s.

    Place Garibaldi.

    A la place.jpg

    Adieu et à bientôt de Coralie Prosper – Production ESRA Côte d'Azur – 2010 - Couleur – 14 min. 45s. - Avec Linda Terii, Denis Carcani et Kikann La Roy.

    Camille est découverte, dormant dans une grange, par Mathieu, un enfant autiste. Entre les deux personnages se noue une affection silencieuse au sein de laquelle les deux parviennent enfin à s'épanouir. Mais Mathieu, angoissé à l'idée du futur départ de sa nouvelle amie provoquera la rupture.

    Adieu et a bientot.jpg

    Portrait de famille de David Viellefon - Truquiste animation: Viviane Riberaigua - Musique: Rémi Buffin - Sound design: Pierre Brindjonc – Couleur – 2010 – 15 min. Avec : Chrystelle Carron, Claude Senan, Béatrice Senan et Lola Buffin

    Claude, 10 ans, vit dans une maison de campagne entouré de sa mère et de ses 2 soeurs. Ses peurs enfantines sont nourries d'une violence grandissante depuis qu'un intrus pénètre la cellule familiale.

    Prix du jury, prix Région Provence Alpes Côte d’Azur. Festival du court métrage de Nice.

    Portrait de famille affiche.jpg

    Note d'intention « Famille quand tu nous tiens ». La vision qu’un enfant peut avoir des rapports qu’entretiennent les membres de sa famille, entre eux, et, vis-à-vis de lui, est la base de la construction de sa personnalité. Souvent difficilement compréhensible par les parents, c’est dans l’univers sensible et fantastique de l’enfant, que je me propose d’emmener le public. Quand les mots manquent aux enfants, ils dessinent…. Grâce au procédé d’animation, inclus dans le film, les « gentils » dessins prennent une autre dimension. Nous pénétrons l’intimité de cet enfant, témoin et victime d’actes traumatisant. Évocation d’une période charnière dans la vie de l’enfant : le passage de la maison à l’école, est la possibilité d’exprimer une violence par des dessins qui sont en réalités des révélations.

    Le site de David Viellefon

    Le train de Viviane Riberaigua – France – expérimental – 2004 – 10 min.

    deux personnages sont dans le wagon d'un train et regardent le paysage qui défile. Et si le paysage n'était en fait qu'un décor ? Ils observent les jeux de reflets dans les vitres et les miroirs. Leur imaginaire divague.

    Le site de Viviane Riberaigua

    Second seuil de Loïc Nicoloff – Production Fred Premel et Loïc Nicoloff / Tita productions et Zoïc productions – France – 2010 – 19 min. - Scénario Loïc Nicoloff et Sébastien Nostalery – Image : Maurizio Tiella - Musique originale : Gilles Maugenest – Avec Frédéric Gony, Claire Perot, Sylvain Mouly, Laurent Kiefer, Mathilde Mandel et Nicolas Marié.

    N'acceptant pas de faire le deuil de sa vie passée, Pierre échoue dans un monde à la lisière du notre, talonné par un homme muet au sourire béat dont il ne parvient pas à se débarrasser.

    2ndSeuil-Photo1.jpg

    Le site de Loïc Nicoloff

  • Programmation régionale - Partie 1

    Dimanche 21 octobre – 14h30 – Cinéma Mercury, 16 place Garibaldi – Nice

    Production régionale – Un programme proposé par Xavier Ladjointe.

     

    Seule de Bruno Rambaud – Production Media Créations – Musique Easy Slin – 2010 – Couleur – 16 min. 24s. Avec Sophie Mignon et Patrick Macard.

    Une jeune femme a l'impression d'une présence hostile. Elle décide de se confier à une caméra numérique.

    Seule.jpg

    Kiss me de Vincent Diderot – production AD Astra films – Musique originale : Rim Laurens et Daisy Stoloff – Couleur – 2010 – 4 min.

    Dans un laboratoire, des patients subissent un lavage de cerveau...

    Jour 0 de Vincent Diderot – production AD Astra films – Noir et blanc – 2010 – 14 min.

    Un sculpteur vit dans une usine désaffectée, où un bruit mécanique obsédant rythme sa vie comme une machine.

    Le site AD Astra films

    jour 0.jpg

    Les suaires de Véronique de Laëtitia Herbain – Scénario : Laëtitia Herbain  (d'après la nouvelle Les suaires de Véronique de Michel Tournier) - Production : Gonella Productions - Images : Anne-Aelia Savignard – Musique : Hervé Jonesco - 2010 – Couleur et Noir et blanc – 15 min. Avec Jimmy Marais, Sahra Daugreilh, Patrice Guillain, Daniane et Christian Lapeyroux.

    Hector, un jeune homme naïf, devient le modèle de Véronique, une photographe fascinée par le thème de la mort. Il tombe peu à peu sous son influence, une relation ambiguë va s'installer entre eux. Pendant ce temps, un journaliste s'intéressant au travail de Véronique va lui aussi tomber sous l'emprise de ces photos…  

    AFFICHE LES SUAIRES DE VERONIQUE.jpg

    Le site Gonella Productions 

    Le  dossier de presse du film 

    Moussa de Sofiane Belmouden – Production Comic Strip Prod – Couleurs - 2009 – 24 min. - Avec Noom Diawara et Ladji Real.
    Moussa, Malien de 25 ans, vit en France en situation irrégulière. Hébergé par sa tante, à Marseille, il subsiste tant bien que mal. Le jeune homme vit mal sa situation précaire. Il veut rentrer chez lui ! Mais, lorsqu’on est clandestin, sans papier, comment retourner d’où l’on vient sans subir l’humiliation d’une expulsion ?

    moussa 171.jpg

    (Photographie Julien Anselme)

  • Informations pratiques

    Tout ce que vous avez envie de savoir pour participer aux Rencontres (et que vous n'avez jamais osé demander).

     

    Tarifs :

    1 séance : 3 € tarif unique – Billetterie Regard Indépendant sur place.

    Nuit blanche du cinéma : 10 € (Réservation sur demande)

    Pass Rencontres : 20 € (Pré-vente jusqu'au 18 novembre : 15 €)

    Accréditations (réservé aux professionnels) sur demande.

    Ouverture au Volume : gratuite / Adhésion à La Source obligatoire (2 €)

    Lieux

    Le Volume

    6, rue Defly / 06000 Nice

    Cinéma Mercury

    16 place Garibaldi / 06300 Nice

    MUSEAAV

    16 bis place Garibaldi / 06300 Nice

     

    Renseignements :

    Tel : 06.23.07.83.52

    Couriel : regardindépendant@gmail.com

    Retrouvez nous sur le blog : www.regardindependant.com

    Et sur Facebook : www.facebook.com


    Partenaires :

    Le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur

    Le Conseil Général des Alpes Maritimes

    La Ville de Nice

     

    Visuel : Illys PoulpFiction

    Le cinéma Mercury

    Le Volume

    La Source

    Le MUSEAAV

     

    Héliotrope

    Imagespassage

    Les Nous

    L’Agence du Court Métrage

    L’ESRA Côte d’Azur

    Carlotta films

    Le festival du super8 de Strasbourg

    Ma Lucarne

    Televisor 6.0

    Soundtrack_Cologne 6.0

    Straight8

    Ciné super8

    Compagnie l'Eau Vive

    Outcrossed

    Corep

    Cinéma sans Frontières

    NTI – Eva traiteur

    Hôtel Au Picardy

  • Deux grands peplums pour la nuit du cinéma

    Jason and the argonauts (Jason et les Argonautes) de Don Chaffey - Scénario : Beverley Cross et Jan Read - Musique : Bernard Herrmann – Créatures de Ray Harryhausen – USA/GB – Couleur - 1963 - 100 min. VO STF - Avec Todd Armstrong, Nancy Kovack, Gary Raymond, Laurence Naismith, Niall MacGinnis, Michael Gwynn, Douglas Wilmer, Jack Gwillim, Honor Blackman, Patrick Troughton, Nigel Green.

    Dans la Grèce antique, pour reconquérir le royaume de son père Éson usurpé par Pélias (son demi-frère), Jason doit rapporter à celui-ci la fabuleuse Toison d'or qui se trouve en lointaine Colchide. Il s’embarque à bord du navire Argo avec toute une équipe de héros, les Argonautes. À la fois aidés et contrariés par des dieux et déesses rivaux, ils vont être confrontés aux éléments déchaînés et à des créatures plus monstrueuses les unes que les autres : le colosse Talos, les deux horripilantes Harpies, les rochers broyeurs Symplégades, l’Hydre de Lerne (un horrible dragon à sept têtes) ainsi qu'à une armée vindicative de terribles et agiles squelettes. Mais Jason va aussi connaître l'enchantement sous les traits de Médée…

    Jason-and-the-argonauts.jpg

    "Un pur spectacle de magie et d'enchantement que ce film ! Un merveilleux livre d'images qui se dévoilent à nos yeux. On est porté par les effets-spéciaux de Ray Harryhausen, on partage l'aventure avec Jason, se demandant quel autre monstre il va devoir combattre, quel piège il va devoir déjouer pour mener à bien sa quête de la Toison d'Or. Sûrement le meilleur film de ce genre, surpassant les aventures de Sinbad qui avait pourtant placé la barre très haut avec le merveilleux "Septième Voyage de Sinbad". A voir et a revoir."

    Stéphane Erbisti (Horreur.com)

    Monty Python's Life of Brian (La Vie de Brian) de Terry Jones – Scénario : Les Monty Python soit Graham Chapman, John Cleese, Eric Idle, Terry Gilliam - Directeur de la Photographie : Peter Biziou - Montage : Julian Doyle – Chansons : inoubliables - 1979 – 90 min. - VO STF – Avec la joyeuse bande des Monty Pythons dans des tas de rôles. Spike Milligan, Ken Colley, Carol Cleveland et George Harrison.

    En l'an 0, en terre de Galilée, Mandy et son bébé Brian reçoivent la visite des Rois Mages un beau soir de décembre. Ceux-ci, s'apercevant de leur erreur, remballent prestement leurs présents et filent dans l'étable voisine. Hélas, Brian a tiré le mauvais numéro...

    Brian.jpg

    "Il y a trente ans, les Monty Python nous offraient La Vie de Brian. Pour les rares personnes qui n’en auraient pas entendu parler, c’est l’histoire d’un brave type, un certain Brian Cohen, qui se retrouve systématiquement confondu avec le Messie tant attendu, pour avoir eu la malchance de naître au même moment que Jésus-Christ, dans l’étable voisine. Les Python considéraient leur film comme une satire de la foi aveugle et de la bigoterie, mais ils ne s’attendaient pas aux foudres déclenchées par sa sortie.

    Au terme d’une campagne pour blasphème, le brûlot fut interdit dans certaines régions de Grande-Bretagne, ainsi que dans toute l’Irlande et en Norvège. Aux Etats-Unis, des manifestants formaient des piquets devant les cinémas.

    Trente ans plus tard, ce même film est régulièrement salué comme la comédie britannique la plus drôle de tous les temps et, aujourd’hui, tout le monde peut en citer des extraits, à commencer par les politiques ou même cet évêque qui en déclame des tirades à ses amis. L’origine de l’œuvre est typique des Python. Après le succès de Sacré Graal, le groupe avait été bombardé de questions sur son prochain projet. Lors d’une tournée promotionnelle à Paris avec Terry Gilliam, Eric Idle, pris au dépourvu, déclara que le titre de leur prochain film serait “Jésus-Christ – La soif de gloire”. Il n’en fallait pas plus à la fibre comique collective des Python pour se mettre à vibrer, et ils commencèrent à réfléchir à une comédie sur le Christ."

    Sanjeev Bhaskar (The Daily Telegraph repris par Courrier International)

    Photographies : Carlotta