Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Regard Indépendant - Page 2

  • 18es Rencontres, programme vendredi soirée

    Vendredi 25 novembre - Cinéma Mercury

    19h00 – Courts métrages, production régionale 2

    Écran ouvert

    Ménage à trois – un film de Philippe Frey – Production : Les Films de la Baie des Anges, Frey Productions et Regard Indépendant – Scénario : Philippe Frey et Angélique Aveillan – Musique originale : Angélique Aveillan (Piano : Béatrice Bregoli, violoncelle : Raphaël Zweifel) – 6 min.

    Avec : Angélique Aveillan, Philippe Frey. Aurélie Laurens, Jacques Ghiglione.

    Pour célébrer la vie, réalisons un rêve
    L'union de la nature, de l'esprit et du cœur
    De la terre et du ciel, du sang et de la sève.

    L'argentique se glisse au bras du numérique,
    Phoenix incomparable et moderne diva !

    Tout ne doit faire qu’un dans cette union magique,
    pour obtenir enfin le bonheur ici-bas.

    Menage a trois.jpg

    D'un festival l'autre – un film d'Antoine Banni – Production : TotoFilms – Musique : Richard Wagner – 6 min – Avec Marion Godard, Emmanuel Desestré, Henri Ferrari et Yann Boarder.

    Pipo, dramaturge comédien, apprend que sa pièce est déprogrammée en raison du massacre du 14 juillet.

    Peppa, un remake – un film d'Antoine Banni – Production : TotoFilms – Musique : Sergueï Prokofiev et Dmitri Chostakovitch – 6 min – Avec Florence Albrecht, Corinne Demoulin, Sandy Massotti et Guy Ouillon.

    Peppa, dramaturge comédienne, apprend que sa pièce est déprogrammée en raison du massacre du 14 juillet.

    Cagoule – un film de Jullian Fioriti – 2016 – 15 min.

    Harry ressent un vide existentiel profond du fait de ne jamais avoir connu la joie anale.

    CAGOULE 5.png

    Résurgence commode – un film de Guillaume Levil – Image : Alexis Doaré – Musique : Prokoschnov, Aurélie Martin – Production : Melting Productions – 2015 – 16 min – Avec Agnès Croutelle, Alice de Lencquesaing, Monique Deshors, Pascal Carbon, Jean Vincentelli, Thierry Grolière et Guillaume Levil.

    Anne, une quinquagénaire embourgeoisée, écoute un message secrètement destiné à son mari : Un homme lui donne rendez-vous dans un club gay où il faut connaître le mot de passe, « Résurgence commode ».

    resurgence-commode.jpg

    21h00 – Courts métrages, production régionale 3

    Ô Saisons, ô Château, quelle âme est sans défauts ? – un film de Stéphane Coda et Il était un Truc… – Musique : MUM – Production : Il était un Truc…, l’école spécialisée du Château et l’APEVD – 2016 – 43 min 11 s.

    Il était un Truc... était de retour cette année scolaire dans l'enceinte du Château..., pour y porter un regard sensible à l’échelle de l’école toute entière.

    Nous y avons également mené des ateliers de pratique visuelle en lien avec notre démarche documentaire.

    Le film évolue entre le documentaire et des styles plus expérimentaux, qui par moments, transforment les corps des enfants en un arrangement abstrait et chaotique d’images, de couleurs et de mouvements.

    Ame sans défaut.png

  • 18es Rencontres, programme vendredi après-midi

    Vendredi 25 novembre - Cinéma Mercury

    14h30 – Courts métrages, films d'écoles et d'ateliers

    La Valise – un clip réalisé par Il était un truc... et une classe de première STMG du lycée Thierry Maulnier à Nice dans le cadre d'un atelier de pratique artistique – Musique originale : Syrano et le lycée Thierry Maulnier – 2016 – 4 min 30 s – Animation.

    Une valise se balade d'un temps à l'autre, d'un drame à l'autre, d'un voyage à l'autre !

    regard indépendant,héliotrope,il était un truc...,esra

    Les Cinématophiles – un documentaire animé, réalisé par Il était un truc... dans le cadre de la Quinzaine à la Bocca, inscrite dans la Quinzaine des Réalisateurs, avec le centre social Cœur de Ranguin – Musique originale : David Argi – 2016 – 7 min 37 s – Documentaire animé.

    Cette création audio-visuelle inspirée par des mondes-cinéma parle d'eux, spectateurs !

    regard indépendant,héliotrope,il était un truc...,esra

    Mobilis in Mobile – un clip réalisé par Il était un truc... dans le cadre du dispositif Passeurs d'Images, avec les associations Epilogue, A.T.E, le C.A.D.A. – Scénario : Il était un Truc... et Florian Schonersted – Musique originale : Christine Lindon sur un texte écrit par l'association Epilogue – 2016 – 4 min 01 s – Clip animé.

    Des formes et des corps s’animent et jouent de leur équilibre. 

    Inspiré par les mobiles de Calder et réalisé sur une semaine, le clip repose sur l’effervescence et l’ébullition de leur chute, leur construction, leur sens, leur déplacement, leur rythme, leur fragilité, leur tension, leur rencontre, ...

    Mobilis mobile.jpg

    Zapping – Passerelle – un film de l'association LABOmatique – Musique : HERO-Teleferik – 10 min 50 s – Avec les participants de l’HDJ La Passerelle.

    Le film Zapping est la valorisation finale d’un atelier où défile une suite de programmes télévisuels.

    Ces programmes sont des projets écrits, joués et tournés par et avec les participants de La Passerelle durant l’année 2015-2016.

    Zapping passserelle.jpg

    Entre ciel et terre – Un film de Cédric Scherer sur une idée des élèves de CM2 de Geneviève Caruggi – École du Port, Nice – Images : Maxime Martins, Justyna Ptak et Cédric Scherer – Production : Musée national Marc Chagall – 2016 – 8 min 23 s.

    Entre ciel et terre.jpg

    Boomerang – un film réalisé par Héliotrope et lycée Pro Magnan de Nice, classe de 1ere Pro – 2016 – 10 min.

    Inspirée d’un conte de Barbe Bleue, thématique du harcèlement entre filles et garçons.

    boomerang.jpg

    Le temps des artisans – un film réalisé par Héliotrope, le Lycée Maulnier de Nice et le Lycée Dolle d’Antibes, section MLDS (Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire) – 2016 – 28 min.

    Documentaire sur les métiers de l’artisanat et de l’industrie.

    Temps artisants.jpg

    Continuer – un film de Charlotte Frémaux – Production : ESRA Côte d'Azur – 2016 – 13 min 20 s.

    Cloé, jeune fille de 8 ans et cadette d’une famille recomposée, est tout ce qu’il y a de plus normale. Elle a une demi-sœur Lucie, de 14 ans, d’un précédent mariage et un petit frère Quentin de 5 ans. Alors qu’elle rentre un soir de l’école, comme tous les jours, elle surprend une discussion entre ses parents et sa sœur qui va bouleverser sa vie, et remettre en cause sa place dans cette famille.

    16h30 – Courts métrages, production régionale 1

    Surtout ne t'arrête pas ! – un film de Florent Guinle – Production : Florent Guinle et LIB Productions – Musique : Laurent Tamagno – France – 2016 – 20 min – Avec : Gildas Diquero, Lola Kervroëdan, Ingriod Donnadieu, Sandrine Moraligou et Yann Lerat.

    Mathias, un danseur de talent voit sa carrière s'arrêter brutalement lorsqu'il perd sa femme dans un accident de la route. Bien des années plus tard, il redécouvre un sens à sa vie en aidant une jeune fille à réaliser son rêve, devenir danseuse professionnelle.

    Les enfants de l'histoire – un film d'Aurélien Kouby – Musique : Gabriel Sabart et Philippe Brard – Production : Cuuut – 2016 – 5 min 30 s – Avec Eythan Solomon et Stevan Markovic.

    C’est la fin du cours de natation. Jules et Noam, 12 ans, ont traîné dans les douches et se retrouvent seuls dans les vestiaires de la piscine.

    les_enfants_de_l_histoire_-_photo_2.jpg

    Jours intranquilles – un film de Latifa Said – Scénario : Latifa Said – Image : Julia Mingo – Musique : Alexandre Lessertisseur – Production : Le GREC – 2016 – 29 min.

    Avec : Farida Ouchani, Gérard Bartoletti, Jean-Louis Todisco, Didier Bourguignon, Michel Benizri, Daniela Labbe Cabrera et Jo Labita.

    L’Algérie est en pleine guerre civile. Menacée de mort, Fadila, chanteuse de cabaret à Oran, a préféré fuir. Elle a quitté l’Algérie en pleine nuit. Un bateau l’a déposé à Marseille puis elle a pris le train pour Aubagne afin de se réfugier chez une amie. Tôt, le matin, elle arrive enfin à Aubagne mais son amie a déménagé. Fadila erre alors dans une ville étrangère où elle ne connaît personne. Jusqu’au jour où elle rencontre un ancien légionnaire qui a vécu, il y a bien longtemps, en Algérie…

    Jours intranquilles.jpg

  • 18es Rencontres, la soirée d'ouverture

    Jeudi 24 novembre - Théâtre Francis Gag

    À partir de 20h00 – Soirée d'ouverture

    Les contes du Grillon – Quatre courts métrages en super 8 réalisés par Michel A. Chappuis – Production : Compagnie Le Grillon, Neuchâtel – Musique originale : Albert Vilaine – Suisse – 2008/2015 – 15 min.

    Avec Nicolas Chappuis, Daniel Stern, Laurent Affolter, Michel Coste, Laurent Zysset, Vincent Held, etc.

    Le 7ème nainLe petit pousséCendrillerLes trois gros porcsQuatre histoires courtes, des contes que chacun connaît ou croit connaître. Tournés selon la technique du « tourné-monté ».

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

    Un homme inverti en vaut deux – Spectacle de Commedia dell'arte – Travail d'improvisation et d'écriture dirigé par Frédéric Rey et produit par la Semeuse – 10 min environ – Avec par ordre alphabétique : Luc Bonnifay, Alessio Brains-Vercelli, Samia Cohen, Sandrine Demarche, Francesca Frassanito, Gilles Galluccio et Gabriel Zerbib.

    La Commedia aussi ça arrache ; en tout cas, ça arrache les pages.

    Pantalone, Colombine ou Zanni, tous ces personnages, masqués ou pas, en témoigneront : près de cinq siècles après son apparition, la Commedia dell’Arte a encore quelque chose à dire… Même s’il faut arracher des pages, même s’il ne fallait surtout pas arracher la page du… non, je ne vous raconte pas, venez voir, c’est mieux.

    Un exquis cadavre – Fantaisie en super 8 réalisée par Patrica Van Poppel, Marina mineeva, Gregory Tenani, Vincent Jourdan, Luc Bonnifay, Antoine Banni, Frédéric Cencini et Justyna Ptak – 3 min.

    M. – Un film d'Emmanuel Desestré – Musique : Jean-Claude Narbonne – Super 8 en tourné-monté – 3 min – Avec Mathilde Dracon et Ayçanur Top.

    Qui se cache derrière M. ?

    Programme Straight 8 – Angleterre – 2016 – 12 min.

    Le grand retour de nos amis anglais avec la première partie du programme Crème de la crème présenté à Cannes en mai 2016. Quatre perles de trois minutes, une cartouche de super 8, pas de montage.

    Le site des Straight 8

    Misty – un film de Benjamin Scrimgeour.

    Jam! – un film de Jack Scott.

    Clowns – un film de Paul Walkingshaw.

    Tortillas – un film de Jeff Zorrilla.

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

    Merakhaazan en ciné-concert « Un chien andalou ».

    Conduisant la contrebasse dans les contextes électro acoustiques contemporains, Merakhaazan présente une vue personnelle du récital de musique pour cordes. Sur scène, l’improvisation est également à l’honneur en tant qu’expérience auditive, dans des tableaux musicaux uniques, afin que la musique puisse évoluer, muter et finalement se renouveler en permanence au fil des concerts. Pour cette soirée, il accompagne le classique iconoclaste de Luis Buñuel et de Salvador Dalí d'une partition de sa création composée à la démesure du film.

    le site de Merakhaazan

    Un chien andalou – un film de Luis Buñuel et Salvador Dalí – 1929 – 15 min 50 s.

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

  • Les 18es Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

     Les 18es Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Pages arrachées !

    Théâtre Francis Gag - Cinéma Mercury - Le Volume

    24 – 26 novembre 2016

    A5 Rencontres Recto.jpg

    Toute l'équipe de Regard Indépendant a le plaisir de vous convier à la 18e édition des Rencontres Cinéma et Vidéo se déroulera du jeudi 24 au samedi 26 novembre au sein de trois lieux culturels niçois : le Théâtre Francis Gag, la salle le Volume, et le cinéma Mercury.

    Après la fête du super 8 en 2015, Cette édition 2016 entend explorer des sentiers nouveaux avec un concept original : les pages arrachées. Pour notre collection des super 8 en tourné-monté, nous avons proposé aux réalisateurs de travailler à partir de pages tirées au hasard (qui fait bien les choses) de livres dont Eh ! L'amour je te parle ! de Laventure (Ed. L'Harmattan) pour développer le scénario d'un court métrage de trois minutes.

    L’association Regard Indépendant a structuré depuis plus de dix ans son travail de valorisation de la création indépendante autour de l'utilisation du Super 8, par goût, par plaisir. Douze collections, plus de cent vingt films en sont issus réalisés par une centaine de réalisateurs et réalisatrices. Les films réalisés tout au long de l'année sur le principe du «tourné-monté» seront projetés au cinéma Mercury le samedi 26 novembre.

    En parallèle, cette édition 2016 fera la part belle à l'expérimentation avec quelques films surprises et une programmation le samedi 26 après-midi qui explorera des manières inédites de travailler en argentique. Nous recevrons pour l'occasion la réalisatrice belge Khristine Gillard.

    L'ouverture au théâtre Francis Gag sera l'occasion de retrouver nos amis anglais des Straight 8 avec leur programme cannois de mai 2016, les contes déjantés, en super 8 toujours, de la Compagnie du Grillon venus de Neuchâtel, un spectacle de Commedia dell'arte par le Théâtre de la Semeuse et un ciné concert de Merakhaazan dont la contrebasse résonnera sur les images du film de Luis Bunuel et Salvador Dali, Un chien andalou.

    Ces trois journées des Rencontres seront, comme à l’accoutumée, dédiées à la création cinématographique régionale. Il sera proposé une sélection de films d'école et d'ateliers ainsi que des courts métrages de réalisateurs et réalisatrices régionaux, animation, fictions, documentaires et expérimental. Vous pourrez ainsi découvrir les nouveaux films de Stéphane Coda, Guillaume Levil, Antoine Banni, ou Philippe Frey, entre autres. Nombre de réalisateurs seront présents pour accompagner leurs travaux et échanger avec public.

    Les 18es Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

    Du 24 au 26 novembre 2016

    Théâtre Francis Gag - Cinéma Mercury – Le Volume – Nice

    Tarif unique 4 €

    Contact : regardindependant@gmail.com / Tel : 06 23 07 83 52

    Visuel : Didier Balducci / Jacques Ghiglione

    Bande annonce : Un projet réalisé promptement et alphabétiquement par : Luc Bonnifay, Emmanuel Desestré, Philippe Frey, Teresa Maffeis, Justyna Ptak, Faust Raccord.

    Notre page Facebook : https://www.facebook.com/regardindependant06

    La page des Rencontres : https://www.facebook.com/events/369161270092056/

  • Super 8 en clôture du Sept OFF le 15 octobre à la Zonmé

    Soirée de Clôture du 18 SEPTOFF Festival de la photographie Méditerranéenne + Battle de courts métrages + concert de Niels DUFFHUËS.


    En partenariat avec Un Festival c'est Trop Court // Regard Indépendant // Concert Chez moi // La Zonmé.
    Cette soirée marque la fin de la 18ème édition du festival. L’occasion de se retrouver pour un dernier vernissage, celui de l’exposition à deux voix La Marge. Mais c’est aussi un moment de fête, pour lequel nous avons motivé les troupes associatives locales !

    Sept Off, La Zonmé, Regard Indépendant, super 8

    Toute l'équipe de l'association niçoise Regard Indépendant est ravie de répondre à l'invitation de l'équipe du 7off 2016. Défenseurs de la pellicule argentique à travers nos collections annuelles en super 8 tourné-monté, nous vous proposons, à l'occasion de la soirée de clôture du samedi 15 octobre à la Zonmé, de découvrir une sélection des meilleurs films de l'édition 2015 qui fêtait les 50 ans du super 8 et de la mythique pellicule Kodachrome.

    Au programme, de la couleur et du noir et blanc, de l'humour et de l'amour, de la fantaisie et des ambiances fantastiques, de la voix off et de la musique. Et le tout avec la magie inimitable de la projection argentique.

    Projection en super 8 avec bande sonore synchronisée en direct.

    Durée totale : 20 minutes

    Paris, ici Paris un film de Charbel Kamel – Photographie Mokhtar Beyrouth – Musique Joe Kamel – En partenariat avec Metl L film.

    Paris, ici Paris, problème technique.

    Sept Off, La Zonmé, Regard Indépendant, super 8

    Trash, un film d'Emmanuel Désestré.

    Rien ne vient entacher un anniversaire improbable !

    Sept Off, La Zonmé, Regard Indépendant, super 8

    JMK, un film de Feyyaz- Avec Julia-Maria Köhler.

    Un portrait de Julia-Maria Köhler.

    Sept Off, La Zonmé, Regard Indépendant, super 8

    Harum scarum, un film de Marine Broussaud – Muet - En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Avec Lucie Osouf, Élodie Coulon et Pascal Dickens.

    Lucie, au hasard d'une balade, emprunte un passage vers un monde inquiétant. Ce qui l'attend là n'a ni queue ni tête.

    Sombre dimanche, un film de Jacques Ghiglione – Texte Jacques Ghiglione – Vision HD de Jean Noël Chelotti.

    Avec Anna Cappietto, Jean Noël Chelotti, Laurent Marro et Robert Goublet.

    Une femme, probablement abandonnée, quitte sa maison et en jette la clef. Elle veut partir par n'importe quel moyen mais l'avion ne peut pas voler, le bateau ne peut pas naviguer, et les ballons rouges ont cassé leur corde… Et maintenant… sombre ou pas sombre ce dimanche ?

    The End, un film de Le Radis Calciné (Teresa Maffeis / Guy Ouillon / Pierre-Rémy Pichon) - Son Le Radis Calciné, Jérôme Barbier, Myriam Frasca-Delabre - Musique Frédéric Chopin, Le Radis Calciné, Jérôme Barbier, Myriam Frasca-Delabre.

    Avec Anne-Marie Baille, Antoine Banni, Jérôme Barbier, Adrian Bidu, Bibiana Braiech-Malatesta, Christiane Carron Fourt, Olivier Debos, Laurie Deltour, Arnaud Flores, Nicole Françon-Longa, Myriam Frasca-Delabre, Philippe Frey, Jean-Luc Gautero, Mélaine Gautier, François Guillaumet, Mahesh Ji, Hugues Klingelschmitt, LalSh, Jean-Pierre Longa, Jean-Luc Levenes, Cathie Lipszyc, Teresa Maffeis, Melody Malatesta, Elisa Nesta, Guy Ouillon, Yannis Treffot, Jean-Claude VanDamned.

    Le Super 8 refuse de mourir. Alors il vous raconte sa vie, sa résistance, et son amour... cyclopéen. En partance pour une expérience numérique imminente, il profite de ce film d'art et décès pour livrer sa lutte... finale ?

    Sept Off, La Zonmé, Regard Indépendant, super 8

    www.regardindependant.com

  • Médiathèque de Cannes - Week-end Tout Court(s)

    « Week-end Tout Court[s] » !

    Vendredi 30 septembre et Samedi 1er octobre 2016.

    Contrée méconnue du paysage cinématographique où souffle le vent de la jeunesse, de la fraîcheur et de la liberté débridée, le court-métrage se dévoile et se décline sous toutes ses formes le temps d’un week-end de mise à l’honneur à la médiathèque de Cannes ! Venez le (re)découvrir lors de la quatrième édition du « Week-end Tout Court[s] » les vendredi 30 septembre et samedi 1er octobre.

    Programme :

    - Vendredi 30 septembre, à 19h : Conférence/débat : Gérard Camy -écrivain, journaliste spécialiste du 7ème art, président de l’association Cannes-Cinéma- évoque la place de la technologie numérique dans le cinéma actuel : conséquences économiques, techniques et artistiques ; projections à l’appui. (sous réserve)

    - Samedi 1er octobre, à partir de 14h30 : Programmation de courts-métrages sélectionnés par la médiathèque, issus notamment du collectif Eroïn, de la société de production cannoise ADASTRA, du festival Faire un Film en 48h de Villeneuve-Loubet, du festival du Film Merveilleux de Paris de l’association niçoise Regard Indépendant et de l’association Héliotrope ; en présence d’acteurs et de réalisateurs.

    WETC2016.jpg

    Programmation super 8 proposée par l'association Regard Indépendant :

    L’équipe de Regard Indépendant répondant à l'invitation de La Médiathèque de Cannes dans le cadre d'un Week-end Tout Court(s) vous propose de découvrir le film collectif réalisé en 2015 pour les 50 ans du super 8. Ce film, tourné et projeté en argentique, veut montrer que la pellicule argentique est toujours créative ici et maintenant. L'utilisation du super 8 permet, outre son rendu inimitable, de découvrir ou retrouver l'intensité du geste cinématographique. Le super 8 est irrésistible. C'est ce que décline, sur un mode festif et ludique, ce film en forme de gâteau d'anniversaire à travers le regard de cinq metteurs en scène utilisant la technique du tourné-monté.

    Collectif05.jpg

    Irrésistible super 8 ! - Un film collectif de Regard Indépendant – 22 min. - Avec la participation de Antoine Banni, Olivier Baudoin, Luc Bonnifay, Jérôme Chabreyrie, Jean-Noël Chelotti, Jacques Ghiglione, Armande Jourdan-Fille, Vincent Jourdan, Hugues Klingelschmitt, Xavier Ladjointe, Teresa Maffeis, Sandy Masotti, Guy Ouillon, Sophie Perrone, Andrea Staerke, Esther Tomaselli, Karine Tomaselli.

    Tandis que l'immense cinéaste Jean-Luc Truffaut initie sa fille à l'art subtil de la pellicule argentique, la prodigieuse réalisatrice Françoise Godard et son équipe de choc filment le clown Alfonso dans un plan anniversaire pour les 50 ans du super 8. Cinq histoires ponctuent leurs tentatives, cinq manières de célébrer le caractère irrésistible de cette pellicule désormais mythique.

    La vie amoureuse de Nathalie Portas, image de Pierre Virol, musique de Tom Drexl, avec Guillaume Juan et Virginie Cipre.

    Un homme pense avoir trouvé l’âme-sœur : elle aime les films en Super 8 ! ça tombe bien, c’est sa passion ! Il l’invite chez lui, mais tout va de travers.

    The element of light de Hugues Klingelschmitt, image d'Antoine Banni, avec Sophie Tournier-Bisson, William Daunot, César Mugerin, Corinne Demoulin, Hayet Thuries et Marie-Virginie.

    Un homme atteint d’un mal étrange parcourt son inconscient sous hypnose pour découvrir l’origine de son trouble.

    Performance d'Antoine Banni, avec Farfalue, Anne Lamotte, Lucie Thouvenin, Philippe Frey

    Une femme erre sur la Promenade des Anglais quand un individu l'invite à trouver un sens à sa vie.

    Le chant du super 8 de Luc Bonnifay.

    Ils ne sont quand même pas venus pour beurrer vos sandwichs !

    Ils sont venus pour suéder.

    Et ça va suéder sec, ils iront jusqu’au bout…

    Patamo, M. Légo, Madame Patate… Ils seront tous là, bientôt.

    Super ∞ de Laurence et Julien Barlier, musique de Pascal Gérard, avec Marie et Christophe Haye.

    John entre dans un magasin pour faire développer son film super 8. Devant le refus de la vendeuse, John s'imagine en super héros sauveur du 8 dans un monde où ce chiffre aurait disparu.

    Collectif02.jpg

    Entrée libre dans la limite des places disponibles

    Médiathèque Noailles – 01, Av. Jean de Noailles, 06400 Cannes

    Un événement Ville de Cannes – www.cannes.com

    04.97.06.44.83 – pour tout renseignement ( service vidéothèque)

     

  • Paul Vecchiali au Mercury

    Événement cinéma

    Paul Vecchiali à Nice les 22, 23 et 24 janvier 2016

    Suite à la ressortie en salle de huit films de Paul Vecchiali datant des années 70 et 80, les associations Regard Indépendant et Cinéma sans frontières organisent 3 jours de rencontres et de projections en hommage au cinéaste qui sera présent à Nice pour 3 séances-débat autour des films: En haut des marches (1983), L'étrangleur (1972) et Corps à cœur (1979).

    regard indépendant,cinéma sans frontières,paul vecchiali

    Paul Vecchiali est très certainement le cinéaste le plus atypique du paysage cinématographique français et ce dès les tout premiers films.

    Être critique aux Cahiers du Cinéma dans les années 60 et aimer Danielle Darrieux, voilà sans doute un grand écart inconcevable pour certains, mais c'est bien Paul Vecchiali. L'indépendance chevillée au corps, il produit dès 1963 les premiers films de son ami Jean Eustache. Dans cette même ligne, il créera dans les années 70 sa propre maison de production « Diagonale » qui a permis l'éclosion de toute une génération de cinéastes français : Jean-Claude Biette, Jean-Claude Guiguet, Gérard Frot-Coutaz, Marie-Claude Treilhou en se mettant d'ailleurs souvent lui-même au service de tous ces jeunes réalisateurs en tant que monteur.

    Lorsqu'il n 'arrive plus à mener sa barque comme il l'entend, il préfère vendre les droits et passer à autre chose. Il n'a jamais eu peur de la télé et comme il le dit lui-même, à deux exceptions près, il a réussi à y faire de vrais films et à gagner l'argent... qui lui permettra de faire ses films en se passant de l'avance sur recettes (même si ça le met en rogne : il en fera le très drôle et très féroce À vot' bon cœur ! en 2004).

    Quand il désespère du cinéma, il rebondit avec Antidogma : une seule règle: pas de règles. Résultat : une dizaine de films en circuit court, tournés chez lui ou en bas de chez lui, avec ses fidèles lieutenants, Philippe Bottiglione, son chef-opérateur, Francis Bonfanti, son ingénieur du son, Roland Vincent son compositeur attitré. Les films pour la plupart attendent toujours leur sortie en salle... Mais ça n'empêche pas Vecchiali de continue à tourner et de nous surprendre à chaque fois: le magnifique Nuits blanches sur la jetée dont il nous a régalés l'an dernier, en attendant "Le cancre" dont il dit que c'est son meilleur film (avec tout de même Deneuve et Amalric !). Ainsi va Vecchiali, 85 ans et toutes ses dents ! Merci Monsieur Vecchiali de continuer à nous donner l'amour du cinéma.

    Nous avons choisi ces trois films pour rendre compte - modestement- de la diversité de l'œuvre de Paul Vecchiali avec des thèmes et des genres qu'il ne cessera de réinventer avec cette liberté de cœur et d'esprit qui le caractérise.

    regard indépendant,cinéma sans frontières,paul vecchiali

    En haut des marches de 1983 peut -être son film le plus intime, dédié à sa mère, tourné à Toulon, la ville de son enfance, dans la maison où il a grandi. Un film d'une sensibilité à fleur de peau, aux antipodes du politiquement correct sur, entre autres, la collaboration et la Résistance ( à l'époque certains critiques y verront une réhabilitation de la collaboration: un comble, à se demander ce qu'ils ont vu...) et surtout joué par celle qui fera advenir Paul Vecchiali au cinéma - dès l'âge de 6 ans- Danielle Darieux, impériale dans le rôle.

    regard indépendant,cinéma sans frontières,paul vecchiali

    L'étrangleur est son troisième film (mais le premier Les petits drames (1961) est perdu et le second Les ruses du diable (1965) n'est pas disponible. L'étrangleur (1972) est donc le film de Vecchiali le plus ancien visible en salle aujourd'hui. Un film qui en dit long déjà sur cette veine de l'expérimentation en termes de mise en scène et de montage qui traverse toute l'œuvre du cinéaste avec déjà une scène chantée magnifique dans un cabaret où des filles en marinière se balancent dans des hamacs au-dessus des tables des clients et des scènes de nuit d'une douceur troublante pour mettre en scène un tueur en série.

    regard indépendant,cinéma sans frontières,paul vecchiali

    Corps à cœur (1978) vient illustrer ici une autre veine majeure de Vecchiali, son amour du cinéma français des années 30 et sa capacité inouïe à le faire vivre sous nous yeux sans une once de passéisme, comme dans une fable qui serait en même temps incroyablement contemporaine. Peinture d'un monde qui était déjà entrain de basculer à l'époque, la troupe de Vecchiali campe un univers de prolos au grand cœur (Marcel Gassouk), où poètes (Sonia Saviange) et philosophes (Michel Delahaye) le disputent à la gouaille de la rue (Béatrice Bruno). Mélo flamboyant, Corps à cœur est pourtant construit sur le fossé de classes et de générations qui sépare Pierrot le beau gosse de la ruelle (Nicolas Silberg) et Hélène Surgère plus que parfaite en bourgeoise libérée et plutôt bien conservée qui cache sa blessure du mieux qu'elle peut. Le tout baigné par la musique somptueuse du Requiem de Fauré qui est malgré tout la musique des morts ou plus justement celle qui relie les vivants et les morts.

    Josiane Scoleri

    Toutes les séances auront lieu au Cinéma Mercury 16 place Garibaldi à Nice

    Vendredi 22 janvier à 20h30 : En haut des marches

    Samedi 23 janvier à 20h30 : L'Étrangleur

    Dimanche 24 janvier à 14h30 : Corps à cœur

  • Atelier d'écriture de scénario 2016

    L'association Regard Indépendant propose une nouvelle mise en place d'un atelier d’initiation à l’écriture de scénario de court-métrage dans le cadre de la Médiathèque de Cannes.

    Première séance samedi 16 janvier à 14h00

    L'atelier s'adresse à tous ceux qui souhaitent s’initier à la création cinématographique à travers les particularité de l'écriture de scénario et l'analyse filmique : public scolaire, étudiants, amateurs, cinéphiles de tous âges, passionnés d'écriture et de cinéma.

    L’atelier sera structuré en 9 séances de janvier à juin, les samedi de 14h à 16h30.

    Il sera suivi d'une soirée de lectures publique des scénarios réalisés à programmer en septembre-octobre.

    Marilyn Monroe_reading and writing.jpg

    Les participants seront invités à développer un scénario de court-métrage. L'atelier organisera l'échange interactif autour des travaux des participants : Lectures et analyses en commun, lectures critiques par les intervenants entre deux cours, réécriture et résolution des problèmes de récit.

    Seront abordés les points suivants :

    • Le monde du court métrage en France : Son histoire, ses réseaux, le rôle des associations, les aides et les festivals.
    • Initiation pratique aux techniques de base de présentation et de rédaction d’un scénario de court métrage en s’appuyant sur des exemples concrets. Cette partie approchera les spécificités de la rédaction d’une continuité dialoguée. Initiation à la dramaturgie. Les différents schémas.
    • La proposition dramatique principale.
    • Les personnages.
    • Les dialogues.
    • Les différentes étapes de l'écriture : synopsis, traitement, séquencier, continuité dialoguée.
    • Lecture et analyse d’un scénario lors des commissions et par les producteurs.
    • Projection d'extraits de films et exemples concrets d'écriture cinématographique. Notions de mise en scène et de montage.

    Blog : Le travail de l’atelier et le suivi des projets s’effectue à travers un blog sécurisé ouvert pour l'occasion : http://latelier.hautetfort.com/

    Cet espace interactif permet d’assurer une continuité dans les échanges tout au long de l’année et de multiplier les informations, l’actualité du scénario et de diffuser de nombreux documents. Il sera animé par Vincent Jourdan, président de l’association Regard Indépendant.

    Animateur : Vincent Jourdan, Président de l'association Regard Indépendant, organisateur des Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice, et Xavier Ladjointe, réalisateur, scénariste et programmateur à Regard Indépendant.

    Organisation :

    • 9 séances de deux heures et demie de janvier 2016 à juin 2016
    • Horaire : Samedi de 14h00 à 16h30
    • Effectif : 12 participants maximum
    • Matériel : Tableau
    • Lecteur DVD + écran ou téléviseur
    • Inscription : Médiathèque de Cannes

    Contact :

    Vincent Jourdan

    regardindependant@gmail.com

    06 23 07 83 52

    Christine Cecconi

    Service vidéothèque

    Médiathèque de Cannes

    1 Ave Jean de Noailles

    06400 Cannes

    Tel : 04 97 06 44 83

  • Merci ! (c'est fini)

    Dimanche après-midi, je suis allé en forêt avec les enfants. Entre le calme des sous-bois et la fatigue accumulée, j'avais le curieux sentiment que ce n'était pas vraiment moi qui venait de vivre les quatre journées intenses de ces 17èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

    Pourtant si, entre la cérémonie clownesque de mercredi au Théâtre Francis Gag et celle, bien plus sérieuse (quoique décontractée et même émouvante) de samedi soir au Cinéma Mercury, il y a bien eu ces quatre journées consacrées au cinéma, à la musique, à la poésie, à la réflexion, à la technique, aux échanges, et bien entendu au Super 8, dont nous avons fêté, me semble-t-il, comme il se doit le demi-siècle.

    Au nom de Regard Indépendant, je tiens ici à remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à ces belles journées.

    Remercier nos hôtes : Pierre Ballay et l’équipe du Théâtre Francis Gag, Pascal Gaymard, Julien, Gilles, Nicolas et l'équipe du Cinéma Mercury, Yann Leclanche et l'équipe du Volume, Pierre Médina et l'équipe de l'hôtel Au Picardy, Linda de LL's Kitchen, nous nous sommes toujours sentis chaleureusement accueillis et avons apprécié votre disponibilité.

    Remercier encore nos partenaires de la Ville de Nice et du Conseil Général des Alpes Maritimes.

    Remercier nos honorables membres du jury : Makiko Yamanashi, Eric Escofier et Laurent Trémeau, pour leur beau palmarès et leur enthousiasme à jouer le jeu (6 mentions, un record!).

    Remercier nos invités, Maurizio et Leila, Romuald et Anastasia, Rémi et Isao, pour avoir donné chair à l'édition à travers leurs films et leur présence. Nous espérons que vous avez fait un bon voyage de retour et que nous nous reverrons bientôt.

    Remercier tous les réalisateurs et réalisatrices que je n'ose nommer tous de peur d'en oublier, collégiens, étudiants, amateurs et professionnels, qui ont accepté de montrer leurs films et le plus souvent les ont accompagné, créant ce lien indispensable avec le public.

    Merci à Émilie et Rémi pour la musique, à Claire et au Magic duet pour le grand voile blanc et le masque d'or, à Antoine et ses antoinettes pour les nez rouges, à Olivier Cautain pour ses bières artisanales.

    Merci aux artistes de la technique Boris, Thomas et Xavier, pour une édition impeccable.

    Merci aux réalisateurs des super 8, les participants du film collectif comme ceux de la collection, avec une pensée pour Charbel, et Mans venu de Suède dont nous avons apprécié la présence.

    Merci aussi à celles et ceux que j'aurais pu oublier, qu'ils ne m'en veuillent pas.

    Un grand merci surtout au public de s'être laissé tenter ce qui justifie, in fine, tout notre travail de l'année.

    A titre personnel, je tiens une nouvelle fois à remercier toute l'équipe de Regard Indépendant, Marion, Juliette, Antoine, Andrea, Luc, Claire, Frédéric, Jean Noël, Justyna, Emmanuel, Olivier, Jacques, Philippe, Hugues, Teresa, Xavier, Sophie, Guy, Nathalie, en insistant, on ne le fait jamais assez, sur celles et ceux qui assurent le fonctionnement des coulisses, transporter les sacs, faire les courses, véhiculer les invités, accueillir le public, gérer les finances. Ce sont les rouages de l'ombre, mais c'est à leur travail et à leur énergie que tient pour beaucoup le succès d'une manifestation comme la notre. J'ai donc eu beaucoup de plaisir à travailler avec vous cette année, et je suis très heureux de ce que nous avons pu accomplir à notre échelle modeste.. mais toujours indépendante.

    Alors, merci et à l'an prochain !

    Vincent

    Président pour Regard Indépendant

  • Ce soir !

    Toute l'équipe de Regard Indépendant vous donne rendez pour les quatre journées des 17èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

    Le programme complet :

     

     

    Lire la suite

  • L'édito d'ouverture

    Vos gueules les mouettes (Silence, on tourne)

    « Plus l'univers se standardise, plus la singularité m'intéresse » (Claude Sautet)

    Il y a un an, ici-même, je vous invitais à vous laisser prendre par notre petit grain de folie et saisir l'une de nos petites caméras super 8 pour célébrer les 50 ans de ce mince ruban de 15 mètres de pellicule argentique. Nous y voilà. Le super 8 fête son demi-siècle. À l'échelle humaine, qu'est-ce qu'un demi-siècle ? C'est d'abord une histoire, ensuite un présent, et encore un futur possible.

    Pour le Super 8, l'histoire est connue. La mise sur le marché par Kodak en 1965, non seulement de la pellicule, mais aussi de tout le matériel qui va avec et qui donne des envies de cinéma à des millions de personnes. L'histoire du Super 8, c'est celle de ces multitudes d'anonymes, nos parents, grands-parents, qui vont s'exprimer, s’amuser, créer et documenter toute une époque : trois décennies à la louche. Dans ce jeu du cinéma chez soi, il y a les clubs, les associations, les festivals, les rencontres, à l'imitation des professionnels de la profession. L'histoire du super 8, c'est aussi celle de ces premiers pas, de ces premiers essais, de ces récréations de cinéastes en devenir ou arrivés, Nanni Moretti, Steven Spielberg, Eric Rohmer et Rosette, Gérard Courant, Derek Jarman, Peter Jackson, Joseph Morder, Rémi Lange, Sam Raimi, Jean-Claude Brisseau, les farfelus comme Norbert Moutier ou Jacques Hardy, les engagés comme Jean-Yves Le Tacon où les groupes Medvedkine... Le super 8 c'est aussi Vos gueules les mouettes, ce film maladroit et touchant de Robert Dhéry, son dernier en 1974, où tout un village breton participe à un concours de film pour la défunte ORTF.

    Mais à cinquante ans, il n'est pas bon de se laisser aller à la nostalgie qui n'est plus ce qu'elle était. Chez Regard Indépendant, c'est au présent que l'on conjugue le Super 8. Depuis 2004, ce sont 11 collections, une centaine de réalisatrices et de réalisateurs pour plus de cent vingt films. Le 24 octobre nous avons participé au Global Super 8 Day lancé par d'autres fondus suisses. Même si l'on s'en doutait grâce à nos nombreuses rencontres depuis 2004, le Super 8 est partout, au Mexique, dans les Balkans, au Liban, en Espagne, à Soissons, à Strasbourg, au coin de la rue. Des amateurs, des passionnés, des acharnés, des inventifs, des bricoleurs, il y en a. Et pas que des vieux chenus à l’œil humide, des petits jeunes qui en veulent aussi.

    Irrésistible et résistant, le pouvoir de séduction du Super 8 opère toujours. Comme Niagara qui faisait l’amour à la plage, yaou chachacha, dans les années 80, Lana Del Rey ou Mendelson clippent en super 8. Chaque année, des réalisateurs l'utilisent pour son esthétique particulière, Olivier Py ou Antonin Peretjatko au hasard. Laura Tuillier pour son court métrage Soirs de semaine que nous aurons le plaisir de vous présenter. Cette année encore, peut-être un peu plus, nous avons eu à cœur de partager avec vous ce présent vivant. Et nous avons eu la volonté d'en faire partie à travers notre film collectif, fruit de notre réflexion, intense comme il se doit, de nos doutes parfois, de ce qui nous motive et nous fait nous retrouver, semaine après semaine, autour de ce fin ruban et de tout ce que l'on peut faire avec. Avec ce film que nous vous présenterons en ouverture, il y aura tout ce beau programme de ces belles 17èmes Rencontres, ces belles œuvres et leurs créateurs impatients de rencontrer le public, pour tenter de le séduire, peut être de le convaincre.

    Tout ceci ne serait pas complet si nous ne profitions pas de l'occasion pour questionner le futur. Ce sera l'un des enjeux de la manifestation. Toutes ces rencontres, toutes ces découvertes, sont autant de nouveaux possibles pour demain et après-demain. Nous essaierons d'aborder ce vaste chantier lors de notre table ronde du vendredi 27 novembre. Quel avenir pour le super 8 en notre époque numérique ? Celui que nous voudrons bien lui faire, nous, les créateurs, les laboratoires indépendants, les passeurs de films, le public. Le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont une caméra chargée, et les autres. Nous, on tourne.

    Vincent Jourdan, Président

  • Remerciements et partenaires

    Partenaires :

    Le Conseil Général des Alpes-Maritimes

    La Ville de Nice

    Le cinéma Mercury

    Le Volume

    La Source

    Le Théâtre Francis Gag

    L'ETNA Paris

    La Petite Marchande de Films

    Metl L Film

    Ciné super8

    ANDEC Filmtechnik

    Kahl

    Color City

    Les archives Audiovisuelles de Monaco

    Héliotrope

    Le Festival "Tourné Monté Super 8" de Strasbourg

    Ma Lucarne

    Linda's Kitchen

    Loading Zone

    Hôtel Au Picardy

    VStudio

    Le GREC

    Les films du Bathyscaphe

    Visuel : Didier Balducci

    L’équipe de Regard Indépendant

    Le bureau

    Vincent Jourdan, président

    Marion Quaranta, trésorière

    Antoine Banni, secrétaire

    Julien Barlier

    Laurence Barlier

    Luc Bonnifay

    Claire Cailliez

    Frédéric Cencini

    Jean Noël Chelotti

    Emmanuel Desestré

    Philippe Frey

    Juliette Gal

    Jacques Ghiglione

    Hugues Klingelschmitt

    Xavier Ladjointe

    Teresa Maffeis

    Guy Ouillon

    Sophie Perrone

    Justyna Ptak

    Nathalie Portas

    Andrea Staerke

    Technique

    Boris Hübner

    Thomas

    Xavier Ladjointe

    L'équipe du Mercury

    L'équipe du Volume

    L'équipe de Francis Gag

    Remerciements

    Pascal Gaymard, Éric Nussbaum et l'équipe du Mercury

    Yann Le Clanche, Illys et l'équipe du Volume

    Sacha Casadamont-Duval

    Isabelle Zigmann

    Laurent Trémeau

    Amélie Masciotta

    Ben Walter

    Julien Bonavita

    Christine Cecconi

    Guillaume Voisin

    Romuald Poretti

    Charbel Kamel

    Laurent Trancy

    Vladimir Nassyrkine

    Thierry Collard

    Anastasia Theodoridis-Celie

    Pierre Medina

    Hervé Roesch

    Clément Le Penven

    Mauricio Hernández

    Laurent Blot (Photographie Eric Escofier)

    Les honorables membres du jury

  • Les 17emes Rencontres, informations pratiques

    Tout ce que vous avez envie de savoir pour participer aux Rencontres (et que vous n’avez jamais osé demander).

    RENSEIGNEMENTS

    Vincent Jourdan, Président : Tél : 06 23 07 83 52

    Accréditations Presse et Blog : contact@regardindependant.com

    TARIFS

    La séance : tarif unique 4€

    Pass Rencontres 15 €

    Soirée au Volume : entrée libre, adhésion à La Source obligatoire (2€)

    LIEUX

    THÉÂTRE FRANCIS GAG :
     3, rue de la Croix 06300 Nice

    Le VOLUME :
     6, rue Defly 06000 Nice

    Le MERCURY :
    16 place Garibaldi 06300 Nice

    Retrouvez nous sur Facebook