Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Diffusion

  • Soirée au cinéma Mercury le vendredi 13 janvier

    Toute l'équipe de l'association Regard Indépendant vous souhaite une belle année 2017 et vous propose, pour bien la commencer, une soirée exceptionnelle le vendredi 13 janvier à partir de 20h30.

    Accueillis par le cinéma Mercury, nous vous proposons de découvrir le nouveau long métrage documentaire de crétaion de Xavier Ladjointe : "Au-delà de mon Historia". En première partie apéritive, nous aurons le plaisir de vous faire découvrir deux super 8 inédits de la collection 2016 : le film "Âpreté 17" réalisé par Emmanuel Desestré dans le cadre de la collection "Pages arrachées", et le cadavre exquis réalisé par un collectif de réalisatrices et réalisateurs de l'association.

    Page 17 - Âpreté 17, un film d'Emmanuel Desestré.

    Felix qui potuit rerum cognoscere causas.

    Un exquis cadavre – Fantaisie en super 8 réalisée par Patrica Van Poppel, Marina Mineeva, Gregory Tenani, Vincent Jourdan, Luc Bonnifay, Antoine Banni, Frédéric Cencini et Justyna Ptak – 3 min.

    Au-delà de mon Historia, un film de Xavier Ladjointe - Image & son : Xavier Ladjointe et Stéphane Coda - Montage : Stéphane Coda - Texte voix off : Xavier Ladjointe et Philippe Bouet - Mise en scène voix off : Magali Thomas -Musique originale: Jean-Louis Hennequin - Montage, mixage et design son : Todd Waren - Etalonnage : Vladimir Nassyrkine – 80 minutes - Noir et Blanc et Couleur.

    xavier ladjointe, Emmanuel Desestré, Super8, cinéma mercury, Regard Indépendant

    Avec : Juana Fernandez Fernandez, Juana Teruel Fernandez, Paca Teruel Fernandez, Isabel Rodriguez Fernandez, Isabel Rodriguez Fernandez, Juanita Torres Fernandez, Remedios Oliva Berebguer, Fernando Sanchez, Xavier Ladjointe.

    "Ma mère refuse de me parler du passé. Je pars en Espagne avec elle pour filmer notre histoire familiale. Mais cette quête vire bientôt à obsession de connaître la vérité sur mon grand-père qui prend peu à peu la place d’un mentor dans ma propre vie en plein questionnement ...».

    Ce journal initiatique raconte l'exil de mes grand-parents espagnols en France. Il implique mon regard sur l'engagement historique et familiale de mon grand-père et devient peu à peu une quête identitaire."

    Entrée tarif unique : 4 €

    Cinéma Mercury

    16 place Garibaldi, 06300 Nice

  • A demain soir ! (édito d'ouverture)

    Le goût de l'expérience.

    « Le court-métrage est au cinéma ce qu'est l'amidon au col de chemise. C'est pour le durcir et non pour le ramollir. » (Anonyme)

    Après la grande fête du super 8 en 2015, nous avons eu envie de partir en exploration sur des routes de traverse et les petits chemins qui sentent bon la noisette. Inspirés par nos amis de l'ETNA de Montreuil, les super-huitards de Regard Indépendant et de leurs partenaires se sont livrés en 2016 à de savantes expériences dont vous pourrez découvrir les résultats lors de cette 18e édition des Rencontres Cinéma et vidéo à Nice. Nous avons tout d'abord arraché joyeusement des pages de livre, du livre d'un ami en particulier qui a bien voulu accepter ce saccage. Et de ces pages arrachées à son livre de l'amour, nous avons tiré nos scénarios en les passant à la moulinette. De ce remix particulier sont nés une douzaine de courts métrages en tourné-monté qui nous ont occupé tout l'été et jusqu'à une partie avancée de l'automne. Ailleurs, un polar inconnu mais plein de rebondissements a servi de base sur le même mode opératoire aux films tournés en atelier à la Médiathèque de Cannes. Nous nous sommes également réunis autour d'un cadavre exquis qui vous sera présenté en ouverture.

    Et pour garder cette tonalité expérimentale, nous avons été dénicher un groupe de joyeux suisses pratiquant le détournement de contes de fée, ainsi que les plus jolies réussites de nos amis anglais des straight 8. Puis nous avons fait appel à d'autres amoureux fous de la pellicule et de curieux de nouvelles images pour composer un programme excitant jouant avec l'ancien et le moderne, le rêve et le récit, les clairs et les obscurs. Tout ceci sera à découvrir durant les trois courtes journées de cette fin de novembre, courtes mais intenses, où se retrouverons créateurs et public.

    Le programme de ces 18èmes Rencontres est donc consacré à ce goût de l’expérience, à cette appétence pour l'essai, la tentative, la recherche, la prise de risque dans la joie et la bonne humeur qui est, du moins devrait être, l'essence du court-métrage et du cinéma dit indépendant. Indépendant de quoi me demande-t-on souvent, eh bien outre des considération financières et commerciales qui n'ont que faire ici, de la prudence, de la peur de mal faire, de cet œil en coin sur la copie de son voisin que l'on croit rassurante mais qui bride, qui fige, qui empêche. Essayons d'essayer comme chantait Miossec, il en restera toujours quelque chose.

    Le super 8, j'y reviens toujours, est le terrain parfait pour ces essais. Libre mais exigeant, il permet les audaces, fragile, imparfait par nature, il rend charmant des défauts insupportables en HD, à condition bien entendu que tout le film de soit pas flou ou noir. Et encore, de ses limites il est toujours possible d'en tirer une étincelle de créativité. Le fin ruban de celluloïd peut se gratter se brûler, se tremper dans des bains étranges pour en tirer des effets saisissants. Il porte sur lui les poussières et parfois les traces des doigts de son créateur, comme les petites créatures de pâte à modeler que l'on anime à 18 images secondes. Pourquoi hésiter ? Pourquoi se priver ? Le super 8 mais pas seulement. La programmation vidéo est tout aussi riche en aventures, que ce soient les films d'atelier qui bénéficient de la fantaisie de regards jeunes, voire très jeunes, ou bien les courts métrages de nos suspects habituels qui tracent leurs routes d'image en image avec une liberté que nous aimons retrouver chaque année. Les réjouissances commencent le 24 novembre, venez partager nos expériences.

    Vincent Jourdan, Président

  • "Miramen", un extrait


    Miramen de Khristine Gillard - Samedi 26 à 16h00 en présence de la réalisatrice

     

  • Partenaires et remerciements

    Il convient ici de rappeler tout ce que les Rencontres doivent à leurs partenaires qui enrichissent la manifestation année après année, et que l'association n'existe qu'à travers le travail de toute une équipe de bénévoles enthousiastes. Qu'ils soient ici remerciés avec chaleur.

    Partenaires

    Le Conseil Général des Alpes-Maritimes

    La Ville de Nice

    Le cinéma Mercury

    Le Volume

    La Source

    Le Théâtre Francis Gag

    L'ESRA Côte d'AZur

    Il était un Truc...

    Le Musée national Marc Chagall

    Association LaboMatique

    Straigth eight

    Metl L Film

    Ciné super8

    ANDEC Filmtechnik

    Kahl

    Color City

    Héliotrope

    Le théâtre de la Semeuse

    Les films du Grillon

    Loading Zone

    Hôtel Au Picardy

    Vstudio

    Ambiances

    Ateliers Jeunes Cinéastes

    Le GREC

    Regard Indépendant

    Le bureau

    Vincent Jourdan, président

    Marion Quaranta, trésorière

    Antoine Banni, secrétaire

    L’équipe

    Julien Barlier

    Laurence Barlier

    Luc Bonnifay

    Frédéric Cencini

    Jean Noël Chelotti

    Emmanuel Desestré

    Philippe Frey

    Juliette Gal

    Jacques Ghiglione

    Eliane Guerrero

    Hugues Klingelschmitt

    Xavier Ladjointe

    Teresa Maffeis

    Sandy Masotti

    Guy Ouillon

    Sophie Perrone

    Justyna Ptak

    Nathalie Portas

    Andrea Staerke

    Technique

    Thomas Gauthier

    Cédric Vavernac

    Xavier Ladjointe

    Guy Ouillon

    L'équipe du Mercury

    L'équipe du Volume

    L'équipe du théâtre Francis Gag

    Visuel : Didier Balducci et Jacques Ghiglione

    Bande annonce : Luc Bonnifay, Emmanuel Desestré, Philippe Frey, Teresa Maffeis, Justyna Ptak, Faust Raccord.

    Remerciements

    Pascal Gaymard, Éric Nussbaum et l'équipe du Mercury

    Yann, Elvio et l'équipe du Volume

    Pierre Ballay et l'équipe du théâtre Francis Gag

    Sacha Casadamont-Duval

    Isabelle Zigmann

    Laurent Trémeau

    Amélie Masciotta

    Stéphane Coda

    Rémi Defarge

    Julien Bonavita

    Nicolas Herry

    Christine Cecconi

    Benjamin Meriaux

    Charbel Kamel

    Thierry Collard

    Pierre Medina

    Ed Sayers

    Alex Glynn

    Odile Chapel

    Anne Sachot

    Stéphanie Payan

    Patricia Kayadjanian

    Les honorables membres du jury

     

  • Les 18es Rencontres pratiques

    Tout ce que vous avez envie de savoir pour participer aux Rencontres (et que vous n’avez jamais osé demander).

    RENSEIGNEMENTS

    Vincent Jourdan, Président : Tél : 06 23 07 83 52

    Accréditations Presse et Blog : contact@regardindependant.com

    TARIFS

    La séance : tarif unique 4€

    Pass Rencontres 15 €

    Soirées au Volume : entrée libre, adhésion à La Source obligatoire (2€)

    LIEUX

    THÉÂTRE FRANCIS GAG :
     3, rue de la Croix 06300 Nice

    Le VOLUME :
     6, rue Defly 06000 Nice

    Le MERCURY :
    16 place Garibaldi 06300 Nice

    Retrouvez nous sur Facebook

  • Bandes annonces


    Le temps des artisans - programme ateliers vendredi 25 novembre 14h30

     Les enfants de l'histoire - Programme régional 1 vendredi 16h30

    Résurgence commode - Programme régional 2 vendredi 19h00

  • 18es Rencontres, samedi : le grand soir du super 8

    Le grand soir du super 8 – collection 2016 « pages arrachées »

    Cinéma Mercury - 19h00 et 21h00 (deux séances)

    Pages arrachées à un polar inconnu, en partenariat avec la Médiathèque de Cannes

    #Pages décousues, un film de Luc Bonnifay – Musique : Ghost Bees – Avec Vannina Strobino, Teresa Maffeis, Alice De Georges, Sylvie Chambelland, Faust Raccord, Samia Cohen et Pascal Chambelland.

    Un artiste sait peut-être ce qu’il sème, mais il ne sait JAMAIS ce qu’il récolte.

    Toute la vérité sur le mensonge, un film de Patricia Van Poppel – Musique : Ars Sonor – Avec Suzanne Leroy, Marina Mineeva, Julien Gil – Paulin.

    Une journaliste quitte son domicile pour aller à un rendez-vous. Arrivée sur les lieux, elle semble être suivie. Le lendemain, un article de journal annonce sa disparition.

    Les portes du paradis ?, un film de Grégory Tenani – Photographies : Luc Bonnifay – Musique : Chexi Li – Avec Yann Lerat, Carole Barthes et la famille Durando.

    Richard sort de sa maison, le regard triste et le pas décidé. Il prend sa voiture et s'arrête au portail de sa maison. Des souvenirs lui reviennent sur les bons moments passés avec sa famille. Une fumée blanche envahit soudain l’habitacle et commence à l'asphyxier.

    Pages arrachées à « Eh ! L'amour, je te parle ! » de Laventure

    Page 75 - Écorché(e), un film de Charbel Kamel – Scénario : Maria Tannoury et Jérome Bertin – Avec Maria Tannoury et Jérome Bertin – En partenariat avec l'association Met L Film.

    « J’ai mis 45 ans à trouver la femme de ma vie. Et je joue avec elle comme avec une poupée. » Dit Jérôme.

    Page 54, un film de Sophie Perrone – Scénario : Jacques Fenouillet et Sophie Perrone.

    Face à l'oubli de ce corps, page 54, quoi de mieux qu'une nature profondément indomptée, en furie.

    Page 114 - Les souvenirs mécaniques, un film de Justyna Ptak.

    « (...) L'euphorie sublime le quotidien qui n'est plus... Comme les premiers moments d'une idylle après un quotidien trop longtemps banal, sans fantaisie. (…) ».

    Page 35 - The Last Supper, un film de Lary Bou Safi – Musique Vladimir Kurumilian – Avec Ghada Bou Safi et Antoine Bou Safi – En partenariat avec l'association Met L Film.

    Elle attache Lui dans une chaise, se fait un dîner pour un, et se fait une beauté, pour leur dernier souper ensemble.

    Page 110 - Coup de foudre sur le menhir, un film de Jacques Ghiglione.

    ...Où l'on voit qu'une brusque rencontre avec un rocher peut avoir de douces conséquences.

    Page 102 - Mortel gynécée, un film de Nathalie Portas – Photographie : Pierre Virol – Musique : Mathieu Broquerie – Avec Florence Albrecht, Alice, Luc Bonnifay et Valérie Umniakov.

    C’est comme un cauchemar merveilleux : des animales-sorcières se rassemblent pour préparer la naissance d’homoncules qu’elles ont bien l’intention de dévorer. Mais les petits hommes vont-ils se laisser faire ?

    Page 74 - Une page de musique, un film d'Antoine Banni – Avec Roxane Markarian, Thomas Lino et Gustavo.

    Cette page arrachée recèle une musique bien étrange.

    Page 34 – OMA m'a sauvé, un film de Jean-Noël Chelotti – Scénario : Jean-Noël Chelotti et Jacques Ghiglione.

    ...Où l'on voit que l'informatique est puissante, mais moins que l'amour.

    Page 123 - Cupidus 123-2A, un film de Frédéric Cencini – Scénario : Xavier Ladjointe et Frédéric Cencini – Avec Pierre-louis Morel, Sabrina Paille, Frédéric Cencini, Philippe Frey et Laure Birembaut.

    Dans un service supérieur au commun du mortel, la routine d'un employé travaillant activement, et qui revoit sa vie défiler devant son ordinateur pour une journée pas si normale que ça.

    Page 115 – Présage, un film d'Elia Guerrero – Scénario : Elia Guerrero et Jacques Ghiglione.

    ...Où l'on voit que comme Verdi l'a noté dans Rigoletto :

    « Comme la plume au vent, femme est volage

    Est bien peu sage, qui s'y fie un instant »

    Page 117 – « As-tu vu la femme ? », un film de Joelle Abou Chabké – Avec Claude Chahwan Abou Chabke, Christelle Abou Chabke El Hawa, Samira Chahwan, Rhea El-Hawa et Afaf Irani - En partenariat avec l'association Met L Film.

    Chaque jour, les femmes de ma vie se réunissent dans le magasin de ma mère. Elles parlent de tout et de rien, même de moi…

    Page 17 - Âpreté 17, un film d'Emmanuel Desestré.

    Felix qui potuit rerum cognoscere causas.

  • 18es Rencontres, programme samedi après-midi

    Samedi 26 novembre - Cinéma Mercury

    14h00 – Courts métrages, production régionale 4

    Le Barde de Saint Hippolyte – un film de Jean-Noël Chelotti – Scénario : Jean-Noël Chelotti et Jean-Paul Miot – 20 min.

    Ce film est l'histoire d'une amitié avec un ancien collègue de travail, rencontré dans une entreprise de haute technologie à la fin des années​ soixante-dix et de retrouvailles, à la retraite, près de 40 ans plus tard pour converger chacun à sa manière sur sa vision du bonheur : capturer de belles images pour l'un, écrire des poésies pour l'autre. Une rencontre rendue possible par la magie d'un lieu : Saint-Hippolyte, un petit village de Bourgogne qui a joué un rôle clef au Moyen-Âge comme doyenné de l'abbaye de Cluny et son église fortifiée qui a inspiré cet ami hors du commun et mon envie de vous présenter "Le barde de Saint-Hippolyte".

    Barde01.jpg

    Surtout ne t'arrête pas ! – un film de Florent Guinle – Production : Florent Guinle et LIB Productions – Musique : Laurent Tamagno – France – 2016 – 20 min – Avec : Gildas Diquero, Lola Kervroëdan, Ingriod Donnadieu, Sandrine Moraligou et Yann Lerat.

    Mathias, un danseur de talent voit sa carrière s'arrêter brutalement lorsqu'il perd sa femme dans un accident de la route. Bien des années plus tard, il redécouvre un sens à sa vie en aidant une jeune fille à réaliser son rêve, devenir danseuse professionnelle.

    Ne arreta pas.jpg

    Soizic – un film de Morgane Rondot – Musique : Anthony Juret – Photographie : Jonathan Chaude Woodman – Production : ESRA Côte d'Azur – 2016 – 5 min 22 s – Avec Virginia Rodriguez, Bastien Sebag, Mickael Bertrand, Drys Penthier et Geoffrey Moreau.

    Le test de grossesse de Soizic est positif, mais qui est l'heureux père ?

    Soizic.jpg

    Souleyman – un film de Milan Lecoubet – Production : ESRA Côte d'Azur et Dis Leur Picture Production – 2016 – 17 min – Avec : Sabry Lechar, Ali Belaroussi, Boubou Magassa, Aymène Assad, Victor Barthélémy, Nassim Belbachir et Ibrahima Diouf.

    Souleymane, âgé de 13 ans, est un jeune de Belsunce, une cité populaire de Marseille.

    Il ne connaît pas son père, parti depuis déjà bien longtemps. Sa mère, trop jeune, est aide-soignante, elle travaille jours et nuits pour subvenir aux besoins de son fils.

    La seule vraie relation que l'enfant entretient est avec Jeanne, une dame du quartier, qu'il considère comme sa « Tata ». Au quartier, il est le plus jeune de tous et a du mal à se faire accepter. Il est le souffre-douleur des plus grands.

    Un jour, blessé d'être le vilain petit canard de la bande, il témoigne l'envie de faire partie de la bande.

    Souleymane.png

    Fils – un film de Cyrus Neshvad – Scénario : Guillaume Levil – Photographie : Nikos Welter – Production : Syneco – Luxembourg – 2016 – 15 min. - Avec : Hervé Sogne et  Brigitte Urhausen.

    Sebastian, qui ne peut accepter que son fils soit dans le coma, commence à le voir à son travail, durant la nuit.

    Fils01.jpg

    16h00 – Programme expérimental et curiosités

    Programme Straight 8 – Angleterre – 2016 – 12 min.

    Le grand retour de nos amis anglais avec la seconde partie du programme Crème de la crème présenté à Cannes en mai 2016. Quatre perles de trois minutes, une cartouche de super 8, pas de montage.

    Social networking socially – society through technology – un film de Paul Murphy.

    Splendor in the grass..., un film de Roger Batteault.

    In your dreams, un film de Chad Riley.

    The ride, un film de Fabio Abram & Jodie Sibson.

    Social networking.png

    Spelndor grass.png

    The ride.png

    Programme expérimental

    Serment d'Hypocrite – un film d'Ysolde Buchet – 2016 – 3 min 21 s.

    Le pire dans cette histoire, c'est d'être toute seule dans ma tête.

    Malagueña – un film de Anaïs Ibert – Production : Anaïs Ibert et Victor De Las Heras – 2016 – 11 min – Avec Anaïs Ibert.

    Malagueña est un film collage, il parle du désespoir, de la ville, des relations humaines et d'amour.

    Malaguena.jpg

    Projet super 8 – un film de Tiberio Supressa – Production : Villa Arson – 1 min 30 s.

    Mon support est film super 8 déjà développé, dans lequel par le biais d'une découpeuse laser, j'ai gravé des vidéos réalisées avec un appareil photo numérique. Le laser brûle le film entraînant ainsi l’effacement de celui-ci et permettant l'apparition de l'image numérique.

    Défection – un film de Domenico Laddaga – Production : Motoproduzioni et Maiori Films – Musique : Spettro sonoro – Photographie : Andrea José Di Pasquale – Italie – 2016 – 5 min 27 s.

    Nick se retrouve sur une île au cœur de Rome. Il y découvre un téléviseur caché sous une toile noire. En s’approchant du poste, il se voit à l'image, en direct, une arme à feu à la main.

    Postcard to Godzilla – un film de Luis Fried – Musique : Jovica – Allemagne – 2015 – 5 min 33 s.

    Cher G., la ville est belle, la météo relativement bonne. Dès qu’elle s’adoucit les grues du port se mettent à chanter leur sempiternelle chanson. Ça te plairait.

    postcard-to-godzilla.jpg

    Programme Khristine Gillard, en présence de la réalisatrice

    Eau vive – Conversation avec un chef opérateur – un film de Khristine Gillard – Production : Atelier Jeunes Cinéastes – Khristine Gillard – 2016 – 8 min 50 s.

    Il dit : « Qu'est-ce que tu vois ? Je veux voir ce que tu vois. De là où tu es. »

    Elle aurait pu dire ça aussi.

    Elle pense que parfois il suffirait d'un son.

    (Dialogue aléatoire pour un film à venir)

    Eaux vives.jpg

    Miramen – un film de Khristine Gillard – Production : Ambiances – 2016 – 22 min.

    Du provençal, mirage.

    La Camargue est une île qui demande à l’homme qui l’habite de faire corps avec elle. Ce monde de l’entre deux, entre terres et eaux, est celui de la rencontre du fleuve, de la mer et de la communauté des étangs. C’est un monde de gestes — ceux du gardian-centaure, du pêcheur d’étang, du tellinier, du chasseur des marais — inscrits dans les corps et les paysages. La veille la Bête.

    Miramen02.jpg

  • 18es Rencontres, programme vendredi soirée

    Vendredi 25 novembre - Cinéma Mercury

    19h00 – Courts métrages, production régionale 2

    Écran ouvert

    Ménage à trois – un film de Philippe Frey – Production : Les Films de la Baie des Anges, Frey Productions et Regard Indépendant – Scénario : Philippe Frey et Angélique Aveillan – Musique originale : Angélique Aveillan (Piano : Béatrice Bregoli, violoncelle : Raphaël Zweifel) – 6 min.

    Avec : Angélique Aveillan, Philippe Frey. Aurélie Laurens, Jacques Ghiglione.

    Pour célébrer la vie, réalisons un rêve
    L'union de la nature, de l'esprit et du cœur
    De la terre et du ciel, du sang et de la sève.

    L'argentique se glisse au bras du numérique,
    Phoenix incomparable et moderne diva !

    Tout ne doit faire qu’un dans cette union magique,
    pour obtenir enfin le bonheur ici-bas.

    Menage a trois.jpg

    D'un festival l'autre – un film d'Antoine Banni – Production : TotoFilms – Musique : Richard Wagner – 6 min – Avec Marion Godard, Emmanuel Desestré, Henri Ferrari et Yann Boarder.

    Pipo, dramaturge comédien, apprend que sa pièce est déprogrammée en raison du massacre du 14 juillet.

    Peppa, un remake – un film d'Antoine Banni – Production : TotoFilms – Musique : Sergueï Prokofiev et Dmitri Chostakovitch – 6 min – Avec Florence Albrecht, Corinne Demoulin, Sandy Massotti et Guy Ouillon.

    Peppa, dramaturge comédienne, apprend que sa pièce est déprogrammée en raison du massacre du 14 juillet.

    Cagoule – un film de Jullian Fioriti – 2016 – 15 min.

    Harry ressent un vide existentiel profond du fait de ne jamais avoir connu la joie anale.

    CAGOULE 5.png

    Résurgence commode – un film de Guillaume Levil – Image : Alexis Doaré – Musique : Prokoschnov, Aurélie Martin – Production : Melting Productions – 2015 – 16 min – Avec Agnès Croutelle, Alice de Lencquesaing, Monique Deshors, Pascal Carbon, Jean Vincentelli, Thierry Grolière et Guillaume Levil.

    Anne, une quinquagénaire embourgeoisée, écoute un message secrètement destiné à son mari : Un homme lui donne rendez-vous dans un club gay où il faut connaître le mot de passe, « Résurgence commode ».

    resurgence-commode.jpg

    21h00 – Courts métrages, production régionale 3

    Ô Saisons, ô Château, quelle âme est sans défauts ? – un film de Stéphane Coda et Il était un Truc… – Musique : MUM – Production : Il était un Truc…, l’école spécialisée du Château et l’APEVD – 2016 – 43 min 11 s.

    Il était un Truc... était de retour cette année scolaire dans l'enceinte du Château..., pour y porter un regard sensible à l’échelle de l’école toute entière.

    Nous y avons également mené des ateliers de pratique visuelle en lien avec notre démarche documentaire.

    Le film évolue entre le documentaire et des styles plus expérimentaux, qui par moments, transforment les corps des enfants en un arrangement abstrait et chaotique d’images, de couleurs et de mouvements.

    Ame sans défaut.png

  • 18es Rencontres, la soirée d'ouverture

    Jeudi 24 novembre - Théâtre Francis Gag

    À partir de 20h00 – Soirée d'ouverture

    Les contes du Grillon – Quatre courts métrages en super 8 réalisés par Michel A. Chappuis – Production : Compagnie Le Grillon, Neuchâtel – Musique originale : Albert Vilaine – Suisse – 2008/2015 – 15 min.

    Avec Nicolas Chappuis, Daniel Stern, Laurent Affolter, Michel Coste, Laurent Zysset, Vincent Held, etc.

    Le 7ème nainLe petit pousséCendrillerLes trois gros porcsQuatre histoires courtes, des contes que chacun connaît ou croit connaître. Tournés selon la technique du « tourné-monté ».

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

    Un homme inverti en vaut deux – Spectacle de Commedia dell'arte – Travail d'improvisation et d'écriture dirigé par Frédéric Rey et produit par la Semeuse – 10 min environ – Avec par ordre alphabétique : Luc Bonnifay, Alessio Brains-Vercelli, Samia Cohen, Sandrine Demarche, Francesca Frassanito, Gilles Galluccio et Gabriel Zerbib.

    La Commedia aussi ça arrache ; en tout cas, ça arrache les pages.

    Pantalone, Colombine ou Zanni, tous ces personnages, masqués ou pas, en témoigneront : près de cinq siècles après son apparition, la Commedia dell’Arte a encore quelque chose à dire… Même s’il faut arracher des pages, même s’il ne fallait surtout pas arracher la page du… non, je ne vous raconte pas, venez voir, c’est mieux.

    Un exquis cadavre – Fantaisie en super 8 réalisée par Patrica Van Poppel, Marina mineeva, Gregory Tenani, Vincent Jourdan, Luc Bonnifay, Antoine Banni, Frédéric Cencini et Justyna Ptak – 3 min.

    M. – Un film d'Emmanuel Desestré – Musique : Jean-Claude Narbonne – Super 8 en tourné-monté – 3 min – Avec Mathilde Dracon et Ayçanur Top.

    Qui se cache derrière M. ?

    Programme Straight 8 – Angleterre – 2016 – 12 min.

    Le grand retour de nos amis anglais avec la première partie du programme Crème de la crème présenté à Cannes en mai 2016. Quatre perles de trois minutes, une cartouche de super 8, pas de montage.

    Le site des Straight 8

    Misty – un film de Benjamin Scrimgeour.

    Jam! – un film de Jack Scott.

    Clowns – un film de Paul Walkingshaw.

    Tortillas – un film de Jeff Zorrilla.

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

    Merakhaazan en ciné-concert « Un chien andalou ».

    Conduisant la contrebasse dans les contextes électro acoustiques contemporains, Merakhaazan présente une vue personnelle du récital de musique pour cordes. Sur scène, l’improvisation est également à l’honneur en tant qu’expérience auditive, dans des tableaux musicaux uniques, afin que la musique puisse évoluer, muter et finalement se renouveler en permanence au fil des concerts. Pour cette soirée, il accompagne le classique iconoclaste de Luis Buñuel et de Salvador Dalí d'une partition de sa création composée à la démesure du film.

    le site de Merakhaazan

    Un chien andalou – un film de Luis Buñuel et Salvador Dalí – 1929 – 15 min 50 s.

    regard indépendant,straight8,michel-antoine chapuis,merakhaazan,super 8

  • Paul Vecchiali au Mercury

    Événement cinéma

    Paul Vecchiali à Nice les 22, 23 et 24 janvier 2016

    Suite à la ressortie en salle de huit films de Paul Vecchiali datant des années 70 et 80, les associations Regard Indépendant et Cinéma sans frontières organisent 3 jours de rencontres et de projections en hommage au cinéaste qui sera présent à Nice pour 3 séances-débat autour des films: En haut des marches (1983), L'étrangleur (1972) et Corps à cœur (1979).

    regard indépendant,cinéma sans frontières,paul vecchiali

    Paul Vecchiali est très certainement le cinéaste le plus atypique du paysage cinématographique français et ce dès les tout premiers films.

    Être critique aux Cahiers du Cinéma dans les années 60 et aimer Danielle Darrieux, voilà sans doute un grand écart inconcevable pour certains, mais c'est bien Paul Vecchiali. L'indépendance chevillée au corps, il produit dès 1963 les premiers films de son ami Jean Eustache. Dans cette même ligne, il créera dans les années 70 sa propre maison de production « Diagonale » qui a permis l'éclosion de toute une génération de cinéastes français : Jean-Claude Biette, Jean-Claude Guiguet, Gérard Frot-Coutaz, Marie-Claude Treilhou en se mettant d'ailleurs souvent lui-même au service de tous ces jeunes réalisateurs en tant que monteur.

    Lorsqu'il n 'arrive plus à mener sa barque comme il l'entend, il préfère vendre les droits et passer à autre chose. Il n'a jamais eu peur de la télé et comme il le dit lui-même, à deux exceptions près, il a réussi à y faire de vrais films et à gagner l'argent... qui lui permettra de faire ses films en se passant de l'avance sur recettes (même si ça le met en rogne : il en fera le très drôle et très féroce À vot' bon cœur ! en 2004).

    Quand il désespère du cinéma, il rebondit avec Antidogma : une seule règle: pas de règles. Résultat : une dizaine de films en circuit court, tournés chez lui ou en bas de chez lui, avec ses fidèles lieutenants, Philippe Bottiglione, son chef-opérateur, Francis Bonfanti, son ingénieur du son, Roland Vincent son compositeur attitré. Les films pour la plupart attendent toujours leur sortie en salle... Mais ça n'empêche pas Vecchiali de continue à tourner et de nous surprendre à chaque fois: le magnifique Nuits blanches sur la jetée dont il nous a régalés l'an dernier, en attendant "Le cancre" dont il dit que c'est son meilleur film (avec tout de même Deneuve et Amalric !). Ainsi va Vecchiali, 85 ans et toutes ses dents ! Merci Monsieur Vecchiali de continuer à nous donner l'amour du cinéma.

    Nous avons choisi ces trois films pour rendre compte - modestement- de la diversité de l'œuvre de Paul Vecchiali avec des thèmes et des genres qu'il ne cessera de réinventer avec cette liberté de cœur et d'esprit qui le caractérise.

    regard indépendant,cinéma sans frontières,paul vecchiali

    En haut des marches de 1983 peut -être son film le plus intime, dédié à sa mère, tourné à Toulon, la ville de son enfance, dans la maison où il a grandi. Un film d'une sensibilité à fleur de peau, aux antipodes du politiquement correct sur, entre autres, la collaboration et la Résistance ( à l'époque certains critiques y verront une réhabilitation de la collaboration: un comble, à se demander ce qu'ils ont vu...) et surtout joué par celle qui fera advenir Paul Vecchiali au cinéma - dès l'âge de 6 ans- Danielle Darieux, impériale dans le rôle.

    regard indépendant,cinéma sans frontières,paul vecchiali

    L'étrangleur est son troisième film (mais le premier Les petits drames (1961) est perdu et le second Les ruses du diable (1965) n'est pas disponible. L'étrangleur (1972) est donc le film de Vecchiali le plus ancien visible en salle aujourd'hui. Un film qui en dit long déjà sur cette veine de l'expérimentation en termes de mise en scène et de montage qui traverse toute l'œuvre du cinéaste avec déjà une scène chantée magnifique dans un cabaret où des filles en marinière se balancent dans des hamacs au-dessus des tables des clients et des scènes de nuit d'une douceur troublante pour mettre en scène un tueur en série.

    regard indépendant,cinéma sans frontières,paul vecchiali

    Corps à cœur (1978) vient illustrer ici une autre veine majeure de Vecchiali, son amour du cinéma français des années 30 et sa capacité inouïe à le faire vivre sous nous yeux sans une once de passéisme, comme dans une fable qui serait en même temps incroyablement contemporaine. Peinture d'un monde qui était déjà entrain de basculer à l'époque, la troupe de Vecchiali campe un univers de prolos au grand cœur (Marcel Gassouk), où poètes (Sonia Saviange) et philosophes (Michel Delahaye) le disputent à la gouaille de la rue (Béatrice Bruno). Mélo flamboyant, Corps à cœur est pourtant construit sur le fossé de classes et de générations qui sépare Pierrot le beau gosse de la ruelle (Nicolas Silberg) et Hélène Surgère plus que parfaite en bourgeoise libérée et plutôt bien conservée qui cache sa blessure du mieux qu'elle peut. Le tout baigné par la musique somptueuse du Requiem de Fauré qui est malgré tout la musique des morts ou plus justement celle qui relie les vivants et les morts.

    Josiane Scoleri

    Toutes les séances auront lieu au Cinéma Mercury 16 place Garibaldi à Nice

    Vendredi 22 janvier à 20h30 : En haut des marches

    Samedi 23 janvier à 20h30 : L'Étrangleur

    Dimanche 24 janvier à 14h30 : Corps à cœur

  • En super 8, la collection 2015

    Samedi 28 novembre – Cinéma Mercury – 18h30 et 20h30 (deux séances)

    Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - 06300 Nice

    Le grand soir du super 8 - Collection tourné-monté 2015 « En super 8 »

    Première vision en présence des réalisateurs

    Super ∞, un film de Laurence et Julien Barlier - Musique Pascal Gérard - Avec Marie et Christophe Haye,

    John entre dans un magasin pour faire développer son film super 8. Devant le refus de la vendeuse, John s'imagine en super héros sauveur du 8 dans un monde où ce chiffre aurait disparu.

    Un jour à Beyrouth, un film de Charbel Kamel – Photographie Mokhtar Beyrouth – Musique Joe Kamel – En partenariat avec Metl L film.

    Et si on passait un jour typique à Beyrouth ?

    Trash, un film d'Emmanuel Désestré.

    Rien ne vient entacher un anniversaire improbable !

    Sisyphus, un film de Mans Berthas – Scénario Mans Berthas – Photographie Johan Lehman - Arnoldsrecords.

    Un pousseur de stylo frustré garde un prisonnier dans une grange. Il est temps de se débarrasser du captif. Vraiment ?

    Le sel de la vie, un film de Fabienne Carlino - Avec Manon Van Stipdonk et Luc Barthélémy (voix off)

    Lettre maritime.

    Seul ensemble – Un film d'Olivier Bourguignon - En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Une famille composée de solitudes associées

    Des intérieurs d'intérieurs

    L'amour est dans le jardin, un film d'Olivier Baudoin, avec les jeunes d'Al-Rowwad camp de réfugiés d'Aïda – Palestine.

    L'amour est dans le jardin...

    Gardiens de la vie, un film de Claire Cailliez - Voix off : Claire Cailliez sur un texte d'Adeline Belloc.

    Avec Adeline Belloc et Anthony Pierrin.

    Des êtres guident, protègent, soignent. Anges et humains, ce sont des gardiens de la vie.

    JMK, un film de Feyyaz- Avec Julia-Maria Köhler.

    Un portrait de Julia-Maria Köhler.

    Super bienvenue, un film d'Alexis Debeuf – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Tout autour il y a de la tôle, du verre, du goudron, des grillages, du bois, un chien, des feuilles, des panneaux, des cabanes, des gens, des arbres, des chariots, des poubelles, des drapeaux, des fleurs et quelques véhicules. On dirait que c’est abandonné. Bienvenue.

    Photo gun, un film de Marie-Rose Osta – Images marie-Rose Osta et Roye Dagher – Musique Harry Hadechian – En partenariat avec Metl L Film.

    Avec Roye Dagher, Roger Issa, Noura Fakhri, Victor Dagher, Chafic Chamssdine, Paul Kirakossian, Mohammed Rida, Rana Ockaili.

    Un homme sur sa moto dans les rues de beyrouth est suivi par une douzaine de motards. Une mystérieuse femme lui donne une caméra super 8 qui lui sauver la vie.

    Gula temperantia, un film d' AAIR – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.
    T’es belle quand tu marches

    J’ai envie d’une tarte

    Le claquement de tes talons excite mes sens

    Une tarte à la framboise

    Merde il pleut !

    Équinoxe, un film de Mélissa Jaf et Philippe Frey – Scénario Mélissa Jaf – Photographie Philippe Frey - Avec Amandine Youlou.

    Une étrange découverte.

    Karabij, un film de Julien Tavitian avec Farah el Samman – En partenariat avec Metl L film

    A Beyrouth, une femme voilée fait sa prière le matin. Elle se prépare à faire les courses. Sur son chemin, elle s'arrête devant un magasin de desserts orientaux. De retour chez elle, dans une intimité totale, elle commence à dévorer les Karabij un par un jusqu'à l'heure de la seconde prière...

    Super cuite, un film de Yannick Lecoeur - Musique originale Princesse Rotative – En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Camping sauvage du festival d'Aurillac, dernier jour, 18h.

    Selfie, un film de Justyna Ptak – Photographie Justyna Ptak et Maxime Martins.

    Le portrait d’une femme aux 15 visages au delà du temps et l’espace.

    Harum scarum, un film de Marine Broussaud - En partenariat avec La Petite Marchande de Films.

    Avec Lucie Osouf, Élodie Coulon et Pascal Dickens.

    Lucie, au hasard d'une balade, emprunte un passage vers un monde inquiétant. Ce qui l'attend là n'a ni queue ni tête.

    Sombre dimanche, un film de Jacques Ghiglione – Texte Jacques Ghiglione – Vision HD de Jean Noël Chelotti.

    Avec Anna Cappietto, Jean Noël Chelotti, Laurent Marro et Robert Goublet.

    Une femme, probablement abandonnée, quitte sa maison et en jette la clef. Elle veut partir par n'importe quel moyen mais l'avion ne peut pas voler, le bateau ne peut pas naviguer, et les ballons rouges ont cassé leur corde… Et maintenant… sombre ou pas sombre ce dimanche ?

    The End, un film de Le Radis Calciné (Teresa Maffeis / Guy Ouillon / Pierre-Rémy Pichon) - Son Le Radis Calciné, Jérôme Barbier, Myriam Frasca-Delabre - Musique Frédéric Chopin, Le Radis Calciné, Jérôme Barbier, Myriam Frasca-Delabre.

    Avec Anne-Marie Baille, Antoine Banni, Jérôme Barbier, Adrian Bidu, Bibiana Braiech-Malatesta, Christiane Carron Fourt, Olivier Debos, Laurie Deltour, Arnaud Flores, Nicole Françon-Longa, Myriam Frasca-Delabre, Philippe Frey, Jean-Luc Gautero, Mélaine Gautier, François Guillaumet, Mahesh Ji, Hugues Klingelschmitt, LalSh, Jean-Pierre Longa, Jean-Luc Levenes, Cathie Lipszyc, Teresa Maffeis, Melody Malatesta, Elisa Nesta, Guy Ouillon, Yannis Treffot, Jean-Claude VanDamned.

    Le Super 8 refuse de mourir. Alors il vous raconte sa vie, sa résistance, et son amour... cyclopéen. En partance pour une expérience numérique imminente, il profite de ce film d'art et décès pour livrer sa lutte... finale ?

  • Autour du super 8, le 28 novembre

    Samedi 28 novembre – 16h00 – Cinéma Mercury

    Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - 06300 Nice

    Le super 8 a 50 ans !

    Il n'y a personne, Loup, un film d'Agnieszka Lopatka – Pologne – 1 min. 33S.

    Destiné à une vidéo-installation. Il se compose d'un film en boucle montré dans un vieux poste de télévision des années 70, exposée dans une pièce vide. Réalisé en "found footage" de fragments des dessinées animés russes.

    Cannes 2012, un film de Laurent Andrieux – 1min.

    Soirs de semaine, un film de Laura Tuillier - 2015 – 11 min.

    Avec Avec Pauline Murris, Louis Séguin, Paul Pruneau, Hugues Perrot, Lucien Salomon, Claire Babany.

    Pauline attend Claire, qui a vu Pauline avec Louis. Hugues a tout suivi. Et tous se souviennent.

    regard indépendant,l'etna,camillo valle

    Residual Story, un film de Ptak Justyna – 2015 – 8 min.

    Residual Story est un film réalisé lors du tournage d'un long métrage à Los Angeles.
    La mise en scène cinématographique crée simultanément une infinités d'histoires résiduelles.
    Les figurants et l'équipe deviennent des acteurs inconscients dans une zone fictionnelle temporaire.

    regard indépendant,l'etna,camillo valle

    Carte blanche à l'ETNA(présentée par Mauricio Hernández)

    "L’Etna est au 71 rue Robespierre, à Montreuil, dans la banlieue de Paris. Après une petite cour, l’Etna est au premier étage à gauche. Une fois la porte poussée, on trouve une grande salle qui sert de lieu de réunion et de lieu de projection. On trouve aussi des tables de montage 16mm, et une 35mm, une enrouleuse 16mm et de l’autre côté quelques ordinateurs. À l’étage, on trouve les tables lumineuses pour l’intervention sur pellicule et surtout le laboratoire pour le développement.

    Cela pour dire qu’avant toute chose l’Etna est un lieu. Un endroit de bois, de métal, de plastique, de machines, de bacs, de béchers, de tables, de chaises, de projecteurs.

    Nous, membres de l’Etna, sommes l’envers de cet endroit. Nous sommes chacun venus à ce lieu pour y faire des films. Partant de nos individualités, nous faisons de l’Etna notre lieu commun."

    regard indépendant,l'etna,camillo valle

    Le site de l'ETNA

    Incipits – 11 min. 49s.

    Un incipit est la forme en germe qui déclenche le film, l'intention d'un film, il porte en soi le 'gnomon Lezamien' ou le nombre invisible de la forme, c'est de la pensée faite en plans à l’intérieur d'une bobine Super 8 de 3 minutes et demie, le tout résumé comme le dit 'Maese' Godard
    « … nous avec le cinéma c’est autre chose… … et là j’en profite pour vous dire que comme par hasard le seul grand problème du cinéma me semble être où et pourquoi commencer un plan… ».

    regard indépendant,l'etna,camillo valle

    Cadavres exquis – 17 min. 30 s.

    Un cadavre exquis est un film monté avec le hasard de plusieurs sources inspirées par un mot tiré au hasard du dictionnaire et tournées en une bobine Super 8, sachant que dans la formule du Dr Faustroll, l'ordre des facteurs altère le produit, donc H + H ≠ F car H + H = F Ce qui est l'équivalent d'un film !

    Le super 8 a 50 ans !

    The art of super 8 : the analogic revolution, un film de Camillo Valle – Musique La Moranera – Son Marco Trinchero – Italie – 2015 – 21 min.

    Une passion contagieuse et inflammable pour le cinéma, racontée à travers l'émulsion de la pellicule super 8. un long voyage à travers l'Europe pour recueillir les expériences, les trucs et les secrets de cinéastes éclectiques qui, à contre-courant de la technologie digitale, continuent à maintenir vivante la magie argentique.

  • Omelette de Rémi Lange, le 28 novembre

    Samedi 28 novembre – 14h00 – Cinéma Mercury

    Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - 06300 Nice

    Le super 8 a 50 ans !

    Regard Indépendant, super 8, remi lange

    Omelette, un film de Rémi Lange - Version super 8 brute non retouchée – France - 1993 – 78 min.

    Avec Rémi Lange, Antoine Parlebas, Thérèse Lange, Edmée Longhi, Guillemette MartinMaurice Cora Arama, Emilie Cordelier, Gérard Courant, Olivier Drouaut, Christophe Frèrejacques, Karine Frèrejacques, Marteen Hamstra, Jean-No, Maurice Julien, Françoise Lange, Jacques Lange

    Fatigué de réécrire le même scénario, Rémi commence un journal filmé. Il décide un jour, caché derrière sa caméra, d'annoncer à sa mère l'existence du garçon qui partage sa vie depuis 3 ans, le "squelette de son placard". Sa mère accuse le coup, puis lui dit à son tour le secret qui l'étouffe, un secret de famille encore plus lourd à porter.