Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Regard Independant - Page 26

  • Photographie : l'élue

    Par quatre voix contre trois pour la série de tiroirs, la photographie sélectionnée par nos membres est celle proposée par Antoine, la silhouette négative. Autres images mentionnées, celle du scientifique (merci) et celle violemment colorée en rouge et jaune proposée par Luc. Elle sera donc inclue dans le réglement de la série Insomnie.
    993397000.JPG

  • Un festival, c'est trop court - Table ronde

    Rencontre professionnelle

    Samedi 5 avril à 14h30

    Théâtre de la Photographie et de l’Image de Nice

    Entrée Libre


    Comment les festivals aident les jeunes réalisateurs ?

    Animée par Vincent Jourdan

    Regard Indépendant

     

    Depuis une trentaine d'années, dans le petit monde du court métrage français, les festivals se sont imposés comme acteurs incontournables. Aujourd'hui, ils maillent l'ensemble du territoire national et assurent l'essentiel de la diffusion en salle des formes courtes et formats atypiques. C'est à travers les festivals que les auteurs peuvent rencontrer un public pour la première fois et leurs oeuvres se construire une carrière. Mais les équipes de passionnés qui organisent ces évènements ponctuels ne se limitent pas toujours à cet aspect de la diffusion. A travers les rencontres avec les réalisateurs, producteurs, techniciens et acteurs, elles ont cherché petit à petit à soutenir la création même, la formation, l'éducation et la préservation. Par la suite, à partir des années 90, certaines collectivités territoriales se sont appuyées sur les festivals pour la mise en oeuvre et le relais de leurs politiques. Avec plus ou moins de bonheur.

    Ces initiatives en direction de la création ont pris plusieurs visages : A travers les compétitions, il y les dotations financières ou en natures qui permettent d'aider le film suivant. Il y a les différentes formes de mise en réseau et les marchés (Aix en Provence, Clermont Ferrand) qui organisent des possibilité de vente des films. Il y a les concours et dispositifs originaux autour de la réalisation (Marathon du court, SIRAR, Ateliers Courts) et du scénario (Angers, Aubagne)qui stimulent la création.

    Acteurs engagés, les festivals représentent une sorte de laboratoire de recherche et développement qui donne corps à cette exception culturelle tant vantée. Mais là où certains font de beaux discours, les festivals agissent. Aujourd'hui que les redéploiements des crédits de l'état menacent l'existence même de certains d'entre eux, il nous a semblé opportun de rappeler de quelles façons les festivals s'engagent pour les créateurs. Comment ils inventent des dispositifs originaux et les mènent à bien à force d'énergie et de passion. Comment ils restent pourtant dans les coulisses, se plaisant à voir sur leurs écrans le fruit de leurs patients efforts.

    Nous évoquerons donc les différents aspects de ces rapports entre festivals et réalisateurs jeunes et moins jeunes, avec nos invités.

     

    Fred Premel (Tita production - Festival de la Ciotat)

    Charlotte Le Bos-Schneegans (Chargée de mission cinéma et audiovisuel - Direction de la Culture et du Patrimoine - Région Provence-Alpes-Côte d'Azur)

    Fabrice Marquat (Chargé de programmation - Agence du Court Métrage)

    Chrystophe Pasquet (Festival Aix en Provence)

    Daniel Rocchia (BTS audiovisuel de Cannes - Rencontres Cinématographiques de Cannes)

    Un réalisateur de la sélection à confirmer

     

    Nice, 1-6 avril 2008

    www.nice-filmfest.com

  • Un festival, c'est trop court - Courts d'ici

    Mercredi 2 avril à 20h30
    Dimanche 6 avril à 16h


    Théâtre de la Photographie et de l'Image

    22 bd Dubouchage

    Nice

     

    L'association Regard Indépendant est heureuse de répondre une nouvelle fois à l'invitation d'Héliotrope en participant au volet régional de la huitième édition d'Un Festival c'est trop court. Heureuse et solidaire car nous savons quelles difficultés sont celle de l'équipe du festival, difficultés partagées par l'ensemble des acteurs de la culture de notre pays. Aujourd'hui que de pures considérations financières remettent en cause un travail essentiel autour de la création émergente et de sa diffusion, il faut répéter sans relâche que les festivals comme celui de Nice, partout en France, permettent d'apporter au public les images et les films des grands noms de demain. L'exception culturelle ne saurait se contenter de ce qui est établi, de ce « qui marche », mais doit veiller comme le lait sur le feu sur la jeune création, les recherches, les essais, les formes originales et les espaces trop rares qui les diffusent. Elles sont l'avenir.

    On aura beaucoup parlé à Nice et en Région Provence Alpes Côte d'Azur de l'importance du cinéma ces derniers mois. C'était un temps d'élections. Au niveau régional, il est important de voir quelle réalité cela recouvre. Ce ne sont pas seulement quelques productions de prestige, quelque soit leur intérêt économique, mais un vaste monde de créateurs, d'acteurs, de techniciens, de rêveurs, de conteurs d'histoires qui de Marseille à Nice en passant par Toulon, travaillent sans relâche pour une passion commune aux formes multiples. Ce sont ces formes que nous vous proposons de découvrir à travers le programme régional. Mais avec Héliotrope, nous cherchons depuis des années à stimuler cette création. En collaboration avec le collectif de comédiens La Réplique, nous avons mis en place un dispositif d'Ateliers Courts, « Films d'auteurs, films d'acteurs » qui ont donné en 2007, à notre grande fierté, naissance à trois courts métrages qui vous seront proposés lors d'une séance spéciale.

    Enfin, le sujet étant d'une brûlante actualité, nous vous invitons à une table ronde autour de l'importance de l'implication des festivals de court métrage dans le soutien aux réalisateurs. Nous vous y espérons nombreux car il y a tant de choses à dire.

     

    Sélection de courts métrages réalisés et produits en région P.A.C.A en partenariat avec l’association Regard Indépendant, présenté par Vincent Jourdan, président. Durée : 1h31

     

    RESF : un réseau de résistance de Agathe Dreyfus, Christine Gabory, Ivora Cusack
    2007 I documentaire I 8‘

    Conseils d'orientation de Clément Inglesakis
    2007 I fiction I 18 ‘

    Dire avec les yeux de Jean-Paul Noguès
    2007 I expérimental I 6‘

    Petite feuille de Claire Allanic
    2007 I fiction I 5 ‘

    Yendin de Yann Marquis
    2007 I expérimental I 12 ‘

    Boxing club de Simone Simon, Eric Antolinos
    2007 I documentaire I 13’

    Demeure le corps de Philippe Rahmy
    2007 I expérimental I 12‘

    Ne pas effacer de Sébastien Antoine
    2007 I fiction I 17‘

    309596538.JPG

    Nice, 1-6 avril 2008

    www.nice-filmfest.com

  • Un festival, c'est trop court

    Du 1er au 6 avril 2008, nos amis d'Héliotrope organisent la 8e édition d'Un festival, c'est trop court. Une semaine de courts métrages français et européens, de rencontres, de compétition impitoyable, de hollandais, de musique et de fête. Regard Indépendant s'y associe de nouveau à travers une programmation régionale et l'animation de la table ronde du samedi. Nous vous espérons nombreux pour cet évènement majeur de la culture niçoise. Tous les détails sur leur site en cliquant sur la belle affiche.
     
    49947697.jpg

  • Atelier CEDAC troisième trimestre

    L'atelier d'initiation à l'écriture de scénario de court-métrage attaque son trosième trimestre. Voici les dates retenues afin, entre autres, de ne pas interférer avec les vacances scolaires et le Festival de Cannes :

    • 3 avril
    • 29 mai
    • 12 juin 

    Il est toujours possible de s'inscrire aux séances. Je vous rappelle l'adresse du blog : L'atelier.  

  • Inscriptions ouvertes, festival de Brest

    La 23ème édition du Festival Européen du Film Court de Brest aura lieu du 8 au 16 novembre 2008. Vous pouvez désormais inscrire votre(vos) film(s) en ligne sur notre site à l’adresse suivante : www.filmcourt.fr.

    La démarche est simple
    - Vous créez un compte qui permet de vous identifier.
    - Un mail de confirmation vous est envoyé avec votre identifiant.
    - Vous pouvez immédiatement enregistrer votre(vos) film(s).

    Validation
    L’inscription de votre(vos) film(s) est définitivement validée à réception au bureau du Festival du formulaire signé et du support de visionnage.

    Attention, cette année, la date limite d’inscription est le 1er août 2008.
    Les inscriptions en ligne seront closes également ce jour.
    Tous les films inscrits à cette date seront bien sûr pris en compte même si le formulaire nous arrive ultérieurement.

    Si vous rencontrez des problèmes techniques quant à l’inscription en ligne, n’hésitez pas à contacter l'équipe du festival au 02 98 44 03 94 ou par mail :
    brestfestival@filmcourt.fr.

  • Première des films des Ateliers Courts

    Dimanche 23 mars 2008, dans le cadre de 06 en scène, vous pourrez découvrir en avant-première les trois courts métrages réalisés à Nice dans le cadre des Ateliers Courts organisés par La Réplique, Héliotrope et Regard Indépendant, avec le soutien du Conseil Général des Alpes-Maritimes :
    "La revanche de la femme des sables" de Nicolas Liscic ; "Basculade" de Stéphane Coda et 3 cafés, s'il vous plait ! de Nazareth Agopian.

    Séance en présence des réalisateurs et des comédiens à 17h45, salle Athéna.

    A visiter, Nicolas Liscic prolonge son travail sur les films de genre en ouvrant le blog Darkstar.

     

  • Assemblée Générale

    La première Assemblée Générale de l'année aura lieu ce jeudi 27 mars 2008 à 18h30 au Relais des Associations, 12 rue Delille à Nice. Elle est réservée aux membres de l'association à jour de leurs cotisations. Ne manquez ce moment important notre année associative. L'ordre du jour a été envoyé par couriel.

    Le bureau 

  • Super8 sur Youtube

    Des nouvelles de nos amis des Straight8. Un coup d'oeil sur leur sitevous montrera que pour 2008, ils recoivent des films en tourné-monté depuis les quatre coins du monde. Si vous voulez participer, il est encore temps de s'inscrire, mais ce temps est compté. La date limite d'inscription pour recevoir le film est fixée au 17 mars et la date limite de retour du film est le 26 mars, ce qui laisse le week end pascal pour tourner.

    En attendant de les découvrir à Cannes, puis Nice en octobre sans doute, vous pouvez retrouver quelques unes des oeuvres les plus marquantes sur l'espace ouvert sur Youtube : joyeuses découvertes et toutes ces sortes de choses.


  • Photographies partie 3

    Voici les dernières contributions que nous devons à Nicolas Deliau. Merci à tous ceux qui ont participé, et maintenant, il s'agit de se décider pour l'une de ces superbes images. A vos commentaires, la décision finale sera prise le week end prochain.

    2127034005.jpg
    982363790.jpg
    1032385361.jpg
    1242961970.jpg

  • Série super 8 : Photographies partie 2

    Voici la suite de vos propositions avec celles de Luc. Comme il m'en a envoyé beaucou, j'ai ouvert un ambum photo que vous découvrirez en cliquant sur l'image ci-dessous. Regardez en paix.
    269861519.jpg

  • Série Super8 : la photographie

    Regard Indépendant organise la production associative d'une nouvelle série en super8 selon les règles du tourné-monté. Cette année, le théme sera « Insomnie » et une photographie à utiliser selon l'imagination de chacun est associée à ce thème. Le règlement de cette série sera disponible courant mars et, en attendant, nous invitons tous nos membres à proposer la photographie qui sera retenue. Vous pouvez envoyer vos propositions à regardindependant@gmail.com.

    La photographie doit être libre de droits (ou vous devez en donner les droits si elle vous appartient) et, pour la publication sur le blog, ne doit pas être trop lourde (moins de 400 Ko).

    Vous pouvez soumettre vos idées et êtes vivément encouragés à donner votre avis sur les soumissions des autres. Voici pour commencer celles des premiers participants :

    Antoine Banni :

    29acdf4188eb1e863141e3ba65edd6dc.jpg
    8693a32f1fec5994b99c9758946e8e1f.jpg

    Vincent Jourdan :

    0c8867159699756f0941808e84943b11.jpg
     
     
    Andrea Starke :
    1967924177.jpg
     
    Loic Deltour :
    137061838.jpg
    686350932.JPG
    1411760501.JPG
    2088240535.JPG
    1353537072.JPG
    1582265141.JPG
  • Cinéma en danger - Lettre aux spectateurs

    Voici le texte publié dans Libération par l'Association française des cinémas d'Art et Essai (AFCAE) et le Syndicat des cinémas d'Art, de Répertoire et d'Essai (SCARE). Notre association partage les inquiétudes exprimées et soutient l'iniative en diffusant le texte.

    Amis spectateurs,


    Au moment où les César attirent l’attention sur le cinéma français, le mouvement art et essai des salles indépendantes se doit de vous informer de ses vives inquiétudes.

    Vous connaissez les principes sur lesquels fonctionne en France l’activité cinématographique, de la production à la projection en salles: une activité commerciale au sein d’une économie de marché, mais encadrée et régulée par le Centre National de la Cinématographie (CNC), qui joue également un rôle incitatif dans la création et la diffusion. Le principal outil de cette politique est le fonds de soutien, géré par le CNC, et alimenté par les taxes venues des salles (sur chaque billet), des chaînes, de la video, etc. Ce fonds est inséparable du principe de solidarité qui a jusqu’ici régi le fonctionnement de la profession.

    Ainsi, avec une production de 200 films par an, un parc de 2 000 cinémas jusque dans de très petites communes (plus de 1 000 communes s’impliquent dans la vie de leur cinéma) et une fréquentation de 170 millions d’entrées qui maintient une large part à la production nationale et à la diversité, le cinéma français est considéré comme un modèle par nos voisins européens.

    Ce modèle est une illustration des bienfaits de l’exception culturelle, qui pose en principe qu’une œuvre ne saurait être considérée comme un simple produit du marché. C’est ainsi que l’Etat et les collectivités se sont depuis 25 ans engagés dans une démarche d’aménagement culturel du territoire, et que des actions culturelles et éducatives se sont développées autour de l’activité de salles, la plupart classées art et essai.

    Mais tout cela, qui demande beaucoup de passion et de dévouement, est par nature fragile, et dépend du maintien de quelques financements, souvent modestes. Or, on constate cette année une baisse inquiétante des aides apportées par l’Etat à des associations régionales, à des festivals, à des organisations culturelles intervenant dans le cinéma. Nous avons exprimé notre inquiétude et nos attentes auprès des pouvoirs publics et, de notre place d’exploitants, nous sommes solidaires des festivals et associations qui sont ainsi directement menacés. Nous attendons les réponses à ces inquiétudes.

    Nous sommes en même temps confrontés à de profondes mutations dans les industries de la communication et de l’audiovisuel, et de l’exploitation. Après la prolifération des multiplexes et l’installation des cartes illimitées, l’arrivée annoncée de la diffusion numérique peut se révéler une étape de plus dans les processus de concentration et de conquêtes de parts de marché. C’est pourquoi il faut réagir, calmement mais fermement, lorsque quelques grosses entreprises d’exploitation prennent l’initiative d’actions juridiques et médiatiques, et de pressions, pour réduire au maximum le terrain d’activité (présenté comme une concurrence déloyale parce que publique ou subventionnée) de cinémas indépendants Art et Essai (privés comme le Comœdia à Lyon, municipaux comme le Méliès à Montreuil, associatifs comme le Jean Eustache à Pessac).

    On voit ainsi se dessiner le projet d’un nouveau paysage du cinéma, avec ses salles de première exclusivité, et ensuite, toutes les autres ; le marché d’un côté, la culture de l’autre, sauf quand elle atteint un marché. Il y a là un véritable risque de retour à un cinéma à plusieurs vitesses, mettant en cause la tradition de diversité et le principe de solidarité qui fondent notre vie culturelle.

    Nous ne voulons pas d’une évolution qui en finirait avec le principe de l’exception culturelle et qui conforterait la loi du plus fort: il faut poursuivre et rénover une politique volontariste qui défend l’intérêt général du public, des œuvres, des territoires. Cela concerne tous les cinémas du mouvement art et essai, qu’ils soient privés, publics, associatifs. Ni nostalgiques, ni corporatistes, dans un monde qui change (pas seulement celui des images), c’est l’avenir que nous regardons. Citoyens et spectateurs, cela nous concerne tous.

  • Alerte sur la culture - partie 1 PACA

    Communiqué :

     

    Les membres de l'UFISC* en région PACA ont pris l'initiative de s’unir à l'ensemble des fédérations d'associations culturelles du spectacle vivant, des arts numériques, des arts plastiques et de l'audiovisuel pour affirmer leur volonté d’être entendus et associés aux « entretiens de Valois » organisés par la Ministre de la Culture et de la Communication.

    Ils invitent l'ensemble des associations, compagnies, artistes et publics à venir les rejoindre

    le
    1er février à 10h, devant la DRAC à Aix-en-Provence.

    Notre territoire ne compte pas moins de 1800 associations, salariant près de 4800 emplois ETP**. Ces petites et très petites entreprises sont les plus touchées par le mouvement de fond de désengagement de l’Etat et par la baisse des financements du Ministère de la culture. Les Directions Régionales des Affaires Culturelles annoncent des baisses qui vont jusqu’à 100% sur certains programmes. N'ayant à ce jour reçu aucune information officielle et précise sur ces réductions, une délégation de l'UFISC se présentera à la DRAC afin de réclamer le détail des arbitrages budgétaires de notre région et prendre toutes les initiatives nécessaires pour empêcher ces décisions néfastes de désengagement.

    Ces équipes, représentatives des 17 000 structures de spectacle vivant de notre pays**, participent pleinement à la dynamique artistique et culturelle. Elles constituent le réseau de création et d'innovation artistique le plus dense sur les territoires urbains et ruraux de notre pays et sont par leur proximité, les premières interlocutrices de toute une population.

    Ces équipes artistiques et culturelles constituées en entreprises non lucratives ont fait depuis plusieurs années un effort considérable de structuration collective et professionnelle. Dans tous les domaines artistiques, des regroupements professionnels ont vu le jour. Ils ont développé des outils d’analyse et d’évaluation, de soutien, de mutualisation et de représentation. L’UFISC fédère cet ensemble sur le terrain socio-économique.
    Il paraît impossible à un moment crucial de refondation et de transformation accélérée du secteur culturel d’ignorer ces acteurs fondamentaux de la vie culturelle et artistique.

    Les « entretiens de Valois » ne peuvent pas s'engager sans nous.
    En effet, il serait regrettable, voire dommageable, que le ministère de la Culture et de la Communication s’attache uniquement à débattre, avec des organisations qui rassurent par le poids des institutions publiques ou privées qu'elles représentent en oubliant de convoquer ceux qui au quotidien occupent le terrain auprès de la population et donnent tout son sens à l'action culturelle et artistique.

    *L’UFISC (Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles), fédération professionnelle d’employeurs, regroupe onze organisations membres qui réunissent sur l’ensemble du territoire national plus de 1500 équipes artistiques et culturelles agissant dans le domaine des arts vivants (arts de la rue, cirque, musiques actuelles, danse, théâtre…).
    www.ufisc.org

    **« Associations culturelles et emploi – premier panorama », Opale – Cnar Culture, nov. 07
    www.culture-proximite.org

    Organisations professionnelles nationales représentées en région Paca :
    LA FEDERATION Association Professionnelle des Arts de la Rue
    FEDUROK Fédération Nationale de Lieux de Musiques Amplifiées/Actuelles
    SYNAVI Syndicat National des Arts Vivants
    SCC Syndicat du Cirque de Création
    FSJ  Fédération des Scènes de Jazz et de Musiques Improvisées
    CITI Centre International pour le Théâtre Itinérant
    CHAINON FNTAV Fédération des Nouveaux Territoires des Arts Vivants
    SMA Syndicat national des petites et moyennes structures non lucratives Musiques Actuelles
    ZONE FRANCHE Le réseau des musiques du monde
    FNEIJMA Fédération Nationale des Ecole d'Influence Jazz et Musiques Actuelles
    SNAP CGT Syndicat National des Artistes Plasticiens

    Fédérations Régionales Paca :
    TREMA Territoire Régional et Musiques Actuelles
    ARPAN Association Régionale des Professionnels des Arts Numériques en paca
    CERCLE DE MIDI Fédération Régionale du Chaînon/ FNTAV
    URF CGT Union Régionale Fédérale des Syndicats CGT du Spectacle
    RESEAU SCENE(S) Réseau de 6 théâtres de l'agglomération Toulonnaise

    Des associations non fédérés de l'audiovisuel et du cinéma s'associent au mouvement.

  • Voeux

    De nouveaux ateliers courts.

    Une nouvelle collection de super8 en tournés monté.

    De nouvelles soirées au Volume (et ailleurs).

    Et les 10e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice en octobre.

    L'association est heureuse de vous présenter ses voeux pour une belle année 2008.

    Cliquez ICI pour découvrir notre carte !