Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Regard Independant - Page 5

  • Joe Limonade au Mercury le 8 février

    Du 6 au 13 février 2015 se tiendra au cinéma Mercury (16 place Garibaldi – Nice), le 13ème Festival annuel de l'association Cinéma Sans Frontières sur le thème : Le cinéma sens dessus dessous, quad le cinéma joue avec ses codes. Polar, western, fantastique, documentaire, découvrez la programmation complète en cliquant sur l'affiche :

    cinéma sans frontières,western,cinéma mercury

    Dans ce cadre, Regard Indépendant s'associe à vénalement en présentant le très original western Tchécoslovaque Joe Limonade (Limonádový Joe aneb Koňská opera) réalisé par Oldřich Lipský en 1964 et sorti en France l'année suivante. L'occasion pour la président de Regard Indépendant de revenir sur ce genre majeur du cinéma.

    Combien d’enfants de part le monde n’ont pas joué aux cow-boys et aux indiens, arpentant cet univers d’aventures que Jacques Brel appelait « le Far West » ? Le western, ses mythes et ses codes ont nourrit l’imaginaire de plusieurs générations. « Cinéma américain par excellence » selon André Bazin, « Art typiquement américain avec le jazz » pour Clint Eastwood, le genre est né quasiment avec le cinéma, quand les spectateurs de 1903 découvert Le vol du grand rapide de Edwin S. Porter et Wallace McCutcheon. Très vite populaire, les courts métrages en deux-bobines prolongent le succès des revues à bon marché et révèlent des stars comme Broncho Billy Anderson, Tom Mix,William S. Hart ou Harry Carey. Il acquiert ses lettres de noblesse avec La caravane vers l’ouest (1923) de James Cruze et Le cheval de Fer (1924) de John Ford, vision épique de l’histoire récente des USA. En 1930, l’échec de La piste des géants de Raoul Walsh le relègue aux films de série et aux cow-boys chantants pour une décennie. Il revient au premier plan avec une série de grands films signés, à la fin des années trente par John Ford, Henry King, Cecil B.DeMille et Fritz Lang.

    cinéma sans frontières,western,cinéma mercury

    A la fin des année cinquante, le transfert de la série B à la télévision et les mutations de Hollywood donnent au genre un coup de mou. Il va se produire alors un phénomène unique dans l'histoire du cinéma. Le western est repris par l'Europe, l'Italie en particulier, qui bouleverse les codes pour donner naissance à un sous genre prolifique et très populaire une dizaine d'années. La disparition des grands maîtres, le naufrage du cinéma italien, l'avènement du cinéma de science-fiction et l'échec symbolique de La porte du paradis de Michael Cimino, signent un radical coup d'arrêt. Une génération s'éteint. Pourtant la nouvelle va reprendre formes et codes pour les injecter dans de nouveaux univers. Le western mute. D'où vient cette vitalité ? Sans doute de la simplicité de ces formes et codes qui leur ont permit de s'imprimer en profondeur dans les imaginaires collectifs et leur donne une souplesse ouvrant de multiples possibles. Un certain type d'attitude, de paysage, d'écriture, de musique, de cadre cinématographique, sont immédiatement identifiés « western » quand bien même ils se situent dans un cadre qui n'a rien à voir avec l'histoire de l'Ouest américain de la seconde moitié du XIXeme siècle.

    Souplesse. Raciste, impérialiste, violent, sexiste, homophobe, réactionnaire, manichéen, le western a été tout cela, mais il a pu plus souvent que l'on ne le croit, être le contraire. Comme en son temps la tragédie classique, le western peut aborder tous les thèmes et le plus grand, celui de la condition humaine. Il peut parler de toutes les époques, raconter toutes les histoires. Dès le départ, il séduit tout le monde. Dès 1906 Joë Hamman et Jean Durand tournent des westerns dans le bois de Meudon et en Camargue. Nous le retrouverons dans les films de cangaceiros brésiliens, au Chili et en Argentine dans la pampa sauvage. Il dialogue avec les films de samouraïs japonais d'Akira Kurosawa qui inspire en retour John Sturges et Sergio Leone. Le wuxapian chinois pille ses bandes sonores, les allemands de l'Est font des indiens des héros anticolonialistes et à l'Ouest on adapte les romans de Karl May. Australiens et sud-africains mettront le genre à leur sauce. Les turcs aussi produiront toute une série de westerns à partir des années soixante.

    cinéma sans frontières,western,cinéma mercury

    Joe Limonade présenté ce soir est typique de cette universalité du genre. Réalisé en 1964 par le réalisateur Oldřich Lipský en Tchécoslovaquie, il s'inspire des écrits de Jiří Brdečka, également scénariste. Le film a une évidente visée parodique, mais avec un respect amusé pour les codes, rendant hommage aux cow-boys de l'ère du muet comme des cow-boys chantants. On pense beaucoup à Roy «Yeepee-kaï-yay »  Rogers et ses chemises chamarrées. Le héros du titre, tireur d'élite, est aussi grand buveur du soda Kolaloka ce qui permet d'égratigner l'« Américan way of life » des sixties. Comédie musicale aux filtres de couleurs vives, Joe Limonade aligne les clichés comme à la parade pour les passer à la moulinette de l'inventivité du cinéma des pays de l'Est de l'époque et de son sens aigu de l'humour. Le film se rapproche avec bonheur d'une version cinéma du Lucky Luke de Morris et Goscinny. Il bénéficie surtout d'une production soignée, avec des moyens conséquents, d'une interprétation pleine de fantaisie, et d'une réalisation vive qui en font plus qu'une simple curiosité, un véritable OVNI à découvrir, une manière de film culte.

  • 5 février - Soirée de rentrée au Volume

    Jeudi 5 février 2015

    Soirée de rentrée Regard Indépendant

    Le palmarès des super 8 – Ramène ta bobine !

    Petits fours - Concert James ton robe

    Pour bien commencer l'année, l’équipe de Regard Indépendant répondant à l'invitation de La Source vous donne rendez vous le jeudi 5 février à 20h00 au Volume, au 6 de la rue Defly (06000 Nice). Une soirée pleine d'images et de sons avec du super 8 sur grand écran et de la musique sur grands instruments. Au programme, vous pourrez retrouver les plus beaux moments de la collection super 8 en tourné monté 2014 sur le thème Ville folle avec les films primés par le jury et le public. En seconde partie, une nouvelle session de Ramène ta bobine où les spectateurs sont invités à apporter les films super 8 qu'ils auront récupéré dans les malles et les placards, et pour conclure,un concert du groupe James Ton Robe. Qu'on se le dise !

    Visuel 5 février.jpg

    20h30

    Ville folle, le palmarès des super 8 – 30 minutes environ

    Cactus de Sandra Fatté, 1er prix du jury
    Like me metal de Laurence et Julien Barlier, 2eme prix du jury
    Building bang de Monique et Philippe Millat, 3eme prix du jury
    Don Quichotte dou Paioun du Radis Calciné, prix du public et accessit pour la narration
    O de Cate et Xavier Barron, accessit pour le meilleur film hors sujet
    À l'ombre du jasmin de Charbel Kamel, prix du public

    21h15

    Ramène ta bobine – 30 minutes environ – Projections en super 8

    Le retour de notre nouveau concept « Ramène ta bobine ». Le programme, c'est vous qui allez le composer. Nous vous proposons de fouiller dans vos greniers, vos placards ou vos caves et de nous apporter lors de la soirée vos anciens films en super 8.

    Cherchez bien, il y a sûrement des délires, des films de vacances, des petites fictions, des documentaires, des créations oubliées que vous aurez plaisir à redécouvrir en projection et à faire partager. Des bandes son vous seront proposées pour agrémenter vos images.

    Pour proposer un film, prenez contact avec nous :

    regardindependant@gmail.com ou 06 23 07 83 52

    Bonus

    Ceci n'est pas une menace, le nouveau court-métrage de notre ami Charbel Kamel, tourné au Liban le 6 janvier...

    22h00

    James ton robe en concert

    Musique transgenre et hypnotique, élaborée à base d’ingrédients conçus entièrement par les membres du groupe aux influences très diverses : de Magma à Siouxsie Sioux en passant par Led Zeppelin. Une voix polymorphe portée par une ambiance musicale mâtinée tantôt de rock-psyché, country-disco et parfois même de transe-ritournelle.
    Pour agrémenter leur répertoire d’une touche 1979, James s’est permis une reprise : A Forest de The Cure, adaptée à la mode Ton Robe...

    Le lien pour les écouter

    Leur Facebook

    James ton Robe.jpg

    Programme susceptible de modifications

    Visuel Memphis Mao

    PAF : 3€ + adhésion obligatoire à l'association La Source 2 €

  • Bonne année !

    L'équipe de regard Indépendant vous souhaite une belle année 2015

    et vous invite à célébrer avec elle le cinquantenaire du super 8.

    regard indépendant

     

     

  • "Ville folle", le palmarès

    Et voici le palmarès de la collection en super 8 tourné-monté 2014 sur le thème "Ville folle ». Un grand merci encore aux jurés, Christine Cecconi de la médiathèque de cannes, Guy Giustini de l’Éden des Lumières à la Ciotat, et Julien Doigny, réalisateur, pour avoir joué le jeu avec ce qu'il fallait de sérieux et de légèreté. Merci également à Luc pour avoir vaillamment recueilli les avis du public.

    1er prix Cactus de Sandra Fatté

    2eme prix : Like me metal de Laurence et Julien Barlier

    3eme prix : Building bang de Monique et Philippe Millat

    Accessit pour la narration : Don Quichotte dou Paioun du Radis Calciné

    Accessit pour le meilleur film hors sujet : O de Cate et Xavier Barron

    Prix du public : Ex-aequo : Don Quichotte dou Paioun du Radis Calciné et À l'ombre du jasmin de Charbel Kamel.

  • Un grand merci

    Les 16èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice se sont achevées avec la farandole des super 8 dans une ambiance surchauffée et une nuit un peu trop courte. Après le sas de décompression du dimanche, restent trois journées intenses pleines d'images et de visages, de sons et de musique, de cinéma sous de multiples formes et puis quelques bières.

    Reste surtout à remercier tous ceux qui ont fait et vécu ces Rencontres avec l'équipe de Regard Indépendant, remerciements que la folle soirée de samedi ne m'a pas permis de donner tout le temps nécessaire.

    Merci donc à nos partenaires institutionnels, la Ville de Nice et le Conseil général des Alpes Maritimes,

    Merci nos partenaires associatifs pour leur soutien et leur amitié,

    Merci aux équipes du Volume et du Cinéma Mercury, à l'hôtel Au Picardy, pour leur accueil et parfois leur patience,

    Merci aux réalisateurs et réalisatrices qui nous ont confié leur films, qui souvent les ont accompagné, venant parfois de loin, et ont pu échanger avec le public en donnant tout son sens au principe des Rencontres. A tous, c'était un plaisir de vous recevoir. Nous espérons que vous avez passé une bonne manifestation et que vous avez fait un bon voyage de retour,

    Merci à Jean-Louis et Ruth pour la musique, Celentano et Howard Hawks,

    Merci aux réalisateurs et réalisatrices de la collection 2014 « Ville Folle », pour avoir relevé le défi du tourné monté et vécu ces trois minutes angoissantes et précieuses au moment tant attendu de la projection ,

    Merci nos partenaires super huitards La Petite Marchande de Films de Caen, Met L Film de Beyrouth, la Médiathèque de Cannes, sans oublier notre ami Allemand, qui donnent cette année encore d'autres couleurs à cette collection,

    Merci aux trois membres du Jury, Christine, Guy et Julien, qui ont joué le jeu avec le sérieux et la légèreté nécessaire,

    Merci à Guillaume et Xavier pour avoir partagé leurs expériences et leur passion,

    Merci à Boris et Philippe pour la technique, discrète et indispensable,

    Merci, c'est plus personnel, à toute l'équipe de Regard Indépendant, Marion, Andréa, Xavier, Antoine, Luc, Sacha, Frédéric, Emmanuel, Philippe, Juliette, Aymée, Hugues, Charlotte, Teresa, Guy, Sophie, Nathalie, qui a été mobilisée et efficace, surtout quand c'était un peu plus compliqué:). C'était un grand bonheur cette année encore,

    Merci enfin au public, venu cette année aussi nombreux qu'attentif. Nous espérons vous avoir séduit assez pour vous revoir bientôt,

    A tous et toutes, merci d'avoir fait la réussite de ces 16èmes Rencontres. Nous vous donnons rendez vous pour fêter les 50 ans du super 8 l'année prochaine.

  • L'édito d'ouverture

    50 ans, c'est fou

    Ce thème faible et vain, qui ne contient pas plus qu’un songe,

    gentils spectateurs, ne le condamnez pas ;

    Nous ferons mieux, si vous pardonnez.

    C'est en 1965 que Kodak invente le format super 8 dont le succès va être immédiat. Il devient rapidement le format de cinéma amateur par excellence, celui des familles qui filment, par millions, leur histoire immédiate, intime, sincère, brute, avant d'être supplanté au début des années 80 par la vidéo puis par le numérique. Mais rien n'a effacé le charme ni le style de cette image fragile. Et ces images hantent nos placards et nos greniers. C'est pour cela que Regard Indépendant propose désormais de leur faire prendre l'air avec « Ramène ta bobine », le programme qui demande aux spectateurs d'apporter leurs films pour les découvrir ensemble. L'année prochaine nous fêterons les cinquante ans du super 8 et Regard Indépendant prendra toute sa part dans un événement qui, un peu partout dans le monde regroupera les amoureux de l'argentique à 18 ou 24 images secondes.

    C'est un peu fou quand on y pense, ce plaisir du bricolage, de la matière en celluloïd, ces difficultés à surmonter et ce soi qu'il faut apporter pour quelques minutes de film, alors que les moyens modernes permettent tant de choses et si facilement. C'est peut être là qu'il faut aller cherche l'engouement des réalisateurs des Rencontres, de ceux qui ont participé à notre collection 2014 sur le thème « Ville folle ». Quand on peut tout faire, une étrange torpeur s'empare de nous. Quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites et sans limites l'imagination ne sait plus où donner de la tête. Nous avons peut être besoin de ces contraintes de format et de temps, de cette attention à donner à la lumière, de cette précision dans le découpage, qui vont nous donner la maîtrise de notre création dont la fragilité est à échelle humaine.

    C'est un peu fou quand on y pense et c'est le même genre de folie qui se transmet chez les amateurs de pratiques plus dans l'air du temps. Il faut ce grain de folie pour porter un film et trouver l'énergie à sa réalisation. De ce genre de folie qui pousse les quatre compères de K-14 – Les Renards à partir sur les routes d'Amérique à la recherche du dernier laboratoire qui développe la mythique pellicule Kodachrome. Qui pousse Thierry Paladino et Serge Dotti avec ses marionnettes sur les routes du Haut-Pays, qui entraîne Rémy Masseglia à la suite du cirque itinérant des Zavapas, qui amène Antoine Banni à retrouver le colonel Kurtz, un fou d'une autre trempe. C'est une énergie du même ordre que déploient Guillaume Levil et Xavier Ladjointe dans la réalisation de leurs projets, ne cessant d'écrire et de tourner, ne reculant devant aucun défi sans attendre les bons vouloirs des structures établies. Ils viendront lors de nos Rencontres vous faire partager leurs expériences.

    Oui, c'est fou quand on y pense l'énergie, le temps et la passion autour de ces créations infimes et indispensables. Créations qui s'adressent à ceux et celles, le public, qui cherchent sur l'écran ce grain de folie qui les séduira et saura leur parler, les émouvoir, les intriguer. Et puis au public, puisque nous sommes entre amis, il peut se laisser prendre lui aussi par ce grain de folie et décider, l'an prochain, de célébrer comme il se doit les cinquante ans du super 8 avec une de nos petites caméras à la main. C'est une honnête proposition !

    Vincent Jourdan, Président

  • Les Rencontres, c'est dès demain !

    Zavapa01.jpg

    Venez nombreux !

    et ma bouche.jpg

    Vous réjouir les yeux...

    kodakrome_1.60.1_0.jpg

    ...et les oreilles !

    Revolution collegienne.jpg

    Au Volume et au cinéma Mercury

    Tire ou pointe.jpg

    Rencontrez les réalisateurs

    cyclope_12.png

    Et vivez l'expérience super 8 !

  • Rappel : Table ronde

    16h30 Cinéma Mercury

    Courts métrages suivis d'une table ronde : la production indépendante par l'exemple

    Table ronde : La production indépendante par l'exemple.

    Animation : Vincent Jourdan, président de Regard Indépendant.

    Avec la participation des réalisateurs de la 16e édition des Rencontres.

    Aux questions qui se posent à ceux qui souhaitent se lancer dans la réalisation d'un premier film, à côté des nombreuses informations sur les filières classiques, Regard Indépendant vous propose de partager l'expérience particulière des réalisateurs que nous aimons programmer aux Rencontres. Plus particulièrement, nous avons demandé à Guillaume Levil et à Xavier Ladjointe comment ils travaillent avec passion et acharnement à monter leurs films.

    Guillaume Levil à travers sa structure Les Nous, créée avec Bruno Duyé, a réalisé plusieurs courts métrages dont le plus récent sera diffusé en première partie. Né en Provence et aimant tourner dans le sud, Guillaume Levil a également pu monter un long métrage Une lettre ne s’écrit pas  (2013). Maîtrisant chaque étape, ses films ont beaucoup circulé en festivals et sur certaines chaînes de télévision. La vieille dame qui ne souriait plus (2010) a ainsi été sélectionné dans plus de 60 festivals et a obtenu 17 prix internationaux. Le site de Guillaume Levil.

    Xavier Ladjointe tourne depuis près de dix ans alternant autoproductions et démarches plus classiques auprès de producteurs professionnels. Il est l'auteur de deux longs métrages atypiques Ma vie avec ATTAC 06 (2009) et À toi qui vas naître (2011) qui ont tous deux circulé en festivals et été édités en DVD aux éditions l'Harmattan. Il travaille actuellement à un nouveau long métrage personnel.

    Au programme :

    Bandes annonces de Kodachrome (collectif K-14) et La machina (Thierry Paladino)

    Extrait de Ma retirada ( Xavier Ladjointe )

    «  Ma mère commençait à perde la mémoire. Alors Cet été, je suis parti en Espagne avec elle et ma famille pour filmer l'Histoire oubliée de mes grands-parents. Cette quête m'a emmené à reconsidérer mon engagement dans ma propre vie ... ».

    Ce journal initiatique raconte l'exil de mes grand-parents réfugiés espagnols en France. Il implique mon regard sur cette Histoire et finit par interroger mon engagement dans la vie.

    Un Tour de cheville – Un film de Guillaume Levil – Production Les NOUS – Image : Alexis Doaré - Son : Camille Giuglaris, Bruno Duyé - Musique originale : Aurélie Martin – Montage Lara : Tosello – 2014 – HD – 1.77 – Couleur – 2.0. –12 min.

    Avec : Benoit Thiebault, Lucas Prisor, Caroline Raynaud et Alix Bénézech.

    Un homme récite maladroitement sa déclaration d’amour en haut d’une montagne : « Je sais que j’ai hésité parfois. Mais là, c’est toi que j’ai choisi… ».

    court métrage,cinéma mercury,regard indépendant

  • Rappel : ramenez vos bobines !

    Rappel, le jeudi 27 novembre, ramenez vos bobines de super 8 au Volume pour la soirée d'ouverture des 16èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

    La seconde partie du programme de cette soirée d'ouverture est un tout nouveau concept que nous avons appelé « Ramène ta bobine ». Le programme, ce sont les spectateurs qui le composent. Nous vous avons proposé de fouiller dans vos greniers, vos placards ou vos caves et de nous apporter lors de la soirée vos anciens films en super 8. Des délires, des films de vacances, des petites fictions, des documentaires, des créations oubliées sont à (re)découvrir en projection et à faire partager. Des bandes son vous sont prêtes à agrémenter vos images.

    Pensez à vous inscrire avant le soir fatidique : regardindependant@gmail.com ou 06 23 07 83 52.

    Soirée d'ouverture

    20h00 Le Volume (6 rue Defly 06000 Nice)

    PAF : Entrée libre + adhésion obligatoire à l'association La Source 2 €

     

  • Remerciements

    Les Rencontres sont une manifestation modeste mais qui n'existerait pas sans ses partenaires, institutionnels, privés et particuliers, sans les bénévoles qui constituent l'équipe de Regard Indépendant, et sans ses amis. Qu'ils soient ici remerciés, y compris tous les réalisateurs qui participent à la manifestation ainsi que celles et ceux que j'aurais oublié.

    Partenaires :

    Le Conseil Général des Alpes-Maritimes

    La Ville de Nice

    Le cinéma Mercury

    Le Volume

    La Source

    Héliotrope

    La Petite Marchande de Films

    Metl L Film

    Ciné super8

    ANDEC Filmtechnik

    Kahl

    Color City

    Loading Zone

    La Zonmé

    Hôtel Au Picardy

    Very φ

    Le GREC

    Shellac Sud

    Collectif K-14 / Les Renards

    L’équipe de Regard Indépendant

    Le bureau

    Vincent Jourdan, président

    Marion Quaranta, trésorière

    Antoine Banni, secrétaire

    Luc Bonnifay

    Sacha Casadamont-Duval

    Frédéric Cencini

    Emmanuel Desestré

    Philippe Frey

    Juliette Gal

    Aymée Hamon

    Hugues Klingelschmitt

    Xavier Ladjointe

    Charlotte Libeau

    Teresa Maffeis

    Guy Ouillon

    Sophie Perrone

    Nathalie Portas

    Andrea Staerke

    Technique

    Boris Hübner

    Philippe Vavernac - Very φ

    Xavier Ladjointe

    L'équipe du Mercury

    L'équipe du Volume

    Visuel : Didier Balducci

    Remerciements

    Pascal Gaymard, Éric Nussbaum et l'équipe du Mercury

    Yann Le Clanche, Nicolas Deliau et l'équipe du Volume

    Laurent Trémeau

    Amélie Masciotta

    Julien Bonavita

    Christine Cecconi

    Guillaume Voisin

    Romuald Poretti

    Charbel Kamel

    Pascal Cadare

    Jean-François Gal

    Les honorables membres du jury

  • Programme et informations pratiques

    Le programme complet est désormais en ligne CLIQUEZ ICI. Le programme est susceptible de modifications. L'entrée dans le salles se fait dans la limite des places disponibles.

    Et voici tout ce que vous avez envie de savoir pour participer aux Rencontres (et que vous n'avez jamais osé demander).

    Inscription super 8 "Ramène ta bobine ! " : regardindependant@gmail.com

    Accréditations Presse et Blog : contact@regardindependant.com

    Renseignements : Vincent Jourdan, Président

    Tel : 06 23 07 83 52

    Retrouvez nous sur le blog : www.regardindependant.com

    Et sur Facebook : http://www.facebook.com/Les16eRCVN

    Lieux des Rencontres

    Salle le Volume : 6 Rue Defly – 06000 Nice

    Cinéma Mercury : 16 Place Garibaldi – 06300 Nice

    Tarifs

    La séance 4€

    Soirée Le grand soir du Super 8 : tarif unique 8 €

    Ouverture au Volume : gratuite / Adhésion à La Source obligatoire (2 €)

    Partenaires :

    Le Conseil Général des Alpes-Maritimes

    La Ville de Nice

    Visuel : Didier Balducci

  • La Machina

    Présentation du film La machina de Thierry Paladino avec Serge Dotti, lors du Festivous à Ilonse.

    Diffusé le samedi 29 novembre à 14h30 au Cinéma Mercury.