Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Partenaire

  • Un Festival c'est trop court !

    Le cinéma, c’est vital !

    Le court métrage est vital, il donne vie aux premiers films et révèle les talents de demain.

    Essai, inédit, découverte, Un festival c’est trop court a sélectionné 170 films de toute l’Europe, qui expriment la diversité et la vitalité de la jeune création contemporaine.

    Un film est un geste d’artiste, parfois une pensée profonde, un questionnement, un état des lieux comme une tentative poétique ou plastique de représenter le monde.

    Depuis 12 ans, le festival du court métrage de Nice rapproche le cinéma du public, avec humour, tendresse et humanité.

    Laurent Tremeau
    Directeur artistique

     

    Festival émergeant de la Côte d’Azur, Un festival c’est trop court réunit chaque année le meilleur de la jeune création européenne à travers de nombreux programmes compétitifs autour d’un genre cinématographique, le court métrage. Avec 8 000 spectateurs en 2011, le festival programme plus de 170 films venus de toute l’Europe : des œuvres singulières, novatrices, rares ou inédites.

    L’appel à films pour la sélection officielle est clos depuis le 25 mai dernier, atteignant un nouveau record de 1555 films inscrits. Pour la 12ème édition du festival 44 films sont en lice pour la Compétition Européenne. Une sélection en provenance de 19 pays, dont 3 représentés pour la première fois : l’Estonie, la Finlande et la Grèce.

    Parallèlement à la Compétition Européenne, le festival proposera 3 autres compétitions thématiques : Courts d’ici (films tournés et produits en région PACA), Expérience (compétition de films Expérimentaux, vidéo d’art, nouveau cinéma) et Courts d’Animation (compétition francophone de films d’écoles d’animation).

    Chaque sélection sera soumise aux votes d’un jury professionnel qui remettra les différents prix d’une valeur totale de 10 000 euros en espèces et en prestations techniques, lors de la Cérémonie de Clôture du festival le samedi 27 octobre 2012.

    Depuis sa création, le festival propose de découvrir la richesse de la cinématographie européenne, en mettant chaque année un pays à l’honneur. Le festival de Nice continue son exploration du cinéma européen, en République Tchèque passée maître dans l’art du cinéma d’animation, d’hier et d’aujourd’hui. La figure de Jiri Trnka dont on célèbre le centenaire de la naissance en 2012, sert de point de repère à toute une génération de jeunes auteurs.

    Le festival de Nice, c’est aussi une plate-forme de création et d’échange, avec la journée professionnelle, Nice Short Meeting qui investit pour la première fois, un nouveau lieu la Maison des Associations (place Garibaldi), vendredi 26 octobre de 10h à 18h. Le Nice Short Meeting met en perspective les enjeux artistiques et économiques du court métrage avec ateliers de formation, rencontres auteurs/producteurs, tables rondes thématiques, débats et projections.

    Une semaine riche en découvertes pour approcher le court métrage sous tous ses angles. À travers des programmes thématiques et des séances spéciales le festival propose de parcourir le cinéma fantastique (avec Le court métrage est fantastique), le clip vidéo (avec Scopitone), le documentaire (avec des séances spéciales), la vidéo d’art (avec Vidéo d’art sur grand écran) mais aussi de franchir les frontières du cinéma avec Crossing Borders #3.

    Un festival c’est trop court favorise depuis de nombreuses années la rencontre entre différents publics mêlant musique et cinéma à travers des ciné-concerts, des moments d’exception qui ajoutent une dimension particulière à l’esprit du festival. Trois événements musicaux rythmeront cette semaine de projections avec la Cérémonie d’Ouverture au Théâtre Lino Ventura mardi 23 octobre, le Ciné-concert Stone Bowels au Volume jeudi 25 octobre, et la Fête de Clôture au B Spot samedi 27 octobre.

  • 28 septembre - Le nouveau film de Jafar Panahi au Rialto

    Mercredi 28 septembre - 20 h au Rialto, le Comite de soutien 06 aux cinéastes iraniens prives de libertés continue sa mobilisation et presente Ceci n'est pas un film de Jafar Panahi, et Mojtaba Mirtahmasb. Un film tourne dans des conditions semi clandestines. Carrosse d or de la quinzaine des realisateurs du festival de Cannes 2011.

    Ceci_pas_film_Affiche-site-liste.jpg

    Depuis des mois, le realisateur Jafar Panahi  condamné en décembre à 6 ans de prison, avec interdiction  d'exercer  sa profession  pendant 20 ans, attend le verdict de la cour d'appel. A travers la representation d'une journee dans la vie de Jafar Panahi, Jafar et Ojtaba Mirtahmasb, nous proposent un aperçu de la situation actuelle du cinema iranien.

    Mojtaba Mirtahmasb, co-realisateur a ete « empêché » de quitter l'Iran alors qu il s apprêtait a se rendre a Paris puis au Festival international de Toronto. Il s'est vu confisquer son passeport alors qu il devait embarquer le 5 septembre avec sa femme et son fils afin de promouvoir la sortie française du film, co-realise avec Jafar Panahi, assignè à residence à Teheran. Mojtaba Mirtahmasb, qui avait pu se rendre a Cannes en mai dernier, « est desormais interdit de sortie du territoire iranien et ses affaires personnelles (ordinateur portable, carnets de notes) ont egalement ete confisquees par les autorites iraniennes, a precise son attachee de presse, a Paris. Seuls sa femme et son fils ont eu l'autorisation de voyager. »

    Tarifs habituels Reduit 6 € Plein 7,50 €

    Infos

    Philippe 06 64 88 58 15

    Teresa 06 03 51 28 32

  • 7-9 janvier : manifestation de soutien à Jafar Panahi et Mohammad Rasoulof

    (Mise à jour)

    Affiche.jpg

    Plusieurs associations cinéphiliques niçoises et Amnesty International organisent les 7, 8 et 9 janvier au cinéma Mercury à Nice, des journées de soutien aux cinéastes iraniens Jafar Panahi et Mohammad Rasoulof.

    Les deux réalisateurs ont été condamnés voici quelques jours par la justice de leur pays à six ans d’emprisonnement, Jafar Panahi se voyant de plus interdit de tournage, de voyage à l’étranger et d’interviews pour une période de vingt ans, autrement dit pour le restant de sa vie professionnelle. Le chef d’accusation – « participation à des rassemblements et propagande contre le régime » - ne tient évidemment pas la route et ne fait que renforcer l’absurdité et l’inanité du jugement. A travers ces deux cinéastes, c’est toute la liberté artistique du cinéma iranien qui est aujourd’hui, plus que jamais, menacée de disparaître.

    Le milieu du cinéma international a aussitôt réagi en exigeant la libération immédiate et inconditionnelle des deux cinéastes. Les associations signataires de ce texte croient à la nécessaire liberté critique de l’artiste où qu’il se trouve et ont résolument décidé de se mobiliser pour faire entendre la voix de ceux que l’on cherche à bâillonner définitivement. Et parce que nous pensons que la meilleure arme d’un artiste est son oeuvre, nous avons choisi de diffuser les cinq long-métrages de Jafar Panahi, tous multi-primés, et le dernier en date de Mohammad Rasoulof. Six films qui  bénéficieront d’autant de présentations et seront systématiquement suivis de débats avec le public.

    Nous appelons donc le public à venir manifester leur soutien à ces deux cinéastes.

    Associations signataires :

    Cinéma sans Frontières (CSF)

    Regard Indépendant

    Association pour la Démocratie à Nice (ADN)

    Héliotrope

    Polychromes

    Amnesty International – Nice

    Les Ouvreurs (In&Out)

    Cinéma Lusophone

    Les Méduses

    Chaque film sera précédé d'une présentation et suivi d'un débat avec le public.

    Pétition à signer : Cliquer ICI

    Cinéma Mercury

    16 place Garibaldi

    06300 Nice

    Contacts :

    Regard Indépendant : 06 23 07 83 52

    CSF : 04 93 52 31 29 / 06 64 88 58 15

    Mercury : 08 92 68 81 06

    PROGRAMME

    Programme complet à télécharger en haut à droite avec un texte de Philippe Serve sur Jafar Panahi qui paraîtra vendredi sur Inisfree.

    Vendredi 07 janvier

    18h30 -  Le Ballon Blanc (1995, 1h25). Animation : Philippe Serve (CSF).

    21h15 - Le Miroir (1996, 1h33, vostf) de Jafar Panahi. Animation : Laurent Trémeau (Héliotrope).

    Samedi 08 janvier

    17h – Le Cercle de (2001, 1h30, vostf) de Jafar Panahi. Animation : ADN.

    21h15 – Hors-Jeu (2006, 1h28, vostf) de Jafar Panahi. Animation : Philippe Serve (CSF).

    Dimanche 09 janvier

    15h – La vie sur l'eau (2005, 1h30, vostf) de Mohammad Rasoulof. Animation : Vincent Jourdan (Regard Indépendant).

    19h30 – Sang et Or (2004, 1h37, vostf) de Jafar Panahi. Animation : Josiane Scoleri (CSF).

  • Straight8

    Straight8.jpg
    Les Straight8 à Cannes
    Photographie : Andréa Staerke