Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

courts métrages

  • Programme super 8

    Samedi 19 novembre – Cinéma Mercury 16h30

    Facettes du super 8 – Super 8 projection film et numérique.

    En présence des réalisateurs Maxime Michel et Mehdi Benalla, et de Will Cummock des Straight 8.

    Wild Winter Trees – France – 2011 – 1 min. 40 – Un film de Mikhael Hers – Montage Dounia Sichov - Production Merge Records – Musique Amor de Días

    Clip réalisé à partir d'images super 8 pour le groupe Amor de Días formé par Alasdair MacLean et Lupe Núñez-Fernández of Pipas. La chanson fait partie de l'album Street of the love of days.

    Inspiration – France – 2007 – 4 min. 10s - Un film de Maxime Michel - Images Vincent Desvignes - Prix du public, festival tourné-monté de Strasbourg 2007. Avec Étienne Enselme, Marion Cole.

    Un jeune homme essaie d'écrire une histoire. Il décide de raconter la rencontre entre un fille et un garçon. Ensuite, il sort dans la ville qui sera son lieu d'inspiration.

    Timelapse – France – 2009 – 3 min. Un film de Maxime Michel – Musique Gigagina - Avec avec Marion Cole, Greg Dezecot, Olivier Fanchon, Téliména Galda.

    Tourné-monté en super 8 réalisé durant l'été 2009 à Paris. 

    super 8,courts métrages,13e rencontres cinéma et vidéo à nice

    Mes Paris – France – 2009 – 1 min. 20 - Un film de Maxime Michel - documentaire expérimental.

    Portrait musical et parisien.

    Velvia expérience – France – 2010 – 5 min. Un film de Maxime Michel - documentaire expérimental.

    Qui voit Ouessant – France – 2007 – 14 min. Un film de Mehdi Benallal – Muet.

    Vues de l'île d'Ouessant, enregistrées durant un séjour estival. 

    Straight 8 2011 Programme 2

    Sélection des meilleurs courts métrages en tourné-monté des Straight 8 2011 (www.straight8.net ) : humour, animation, musique, expériences...

    Living with Barry de Camille Bozzini, Romy Finbo et Margot Molinari- Avec Michael Coghlan / Man from the moon de Hannah Turner / Meet the special ones de Dankuko Shima / Trapped de Matt Stevens / The daughters of the late colonel de Alex Newton et Avye Leventis / Silent butt violent de Darren Barber / Somewhere in France de Scott Newstead / Picnic on the moon de Helen Nias et Angus Johnstone / The thing within de Anita Rickwood / He loves me de Oliver Crowther / The gardener de Donshades Dodo / Rage for sale de Jack Riccobono / Short exercices in escapingde Joanna Rozniak – durée totale : 45 min.

    super 8, courts métrages, 13e rencontres cinéma et vidéo à nice

    super 8, courts métrages, 13e rencontres cinéma et vidéo à nice

    super 8, courts métrages, 13e rencontres cinéma et vidéo à nice

    Photographies : Maxime Michel et capture DVD Straigt8

  • Cinéma brut à Mouans sartoux les 3, 4 et 5 juillet

    4e Festival Cinémabrut : Le cinéma autonome

    3 – 4 – 5 juillet

    Cinéma La strada, parc du château

     

    A l’instar de la musique le cinéma connaît sa révolution. De nouveaux moyens de création comme de diffusion, permettent à une génération ambitieuse de présenter leurs réalisations au public. Les meilleurs films de ce cinéma autonome et (donc) indépendant sont présentés chaque année au «Festival Cinémabrut» de Mouans-Sartoux.
    Le collectif du Cinémabrut est composé d’artistes d’horizons divers regroupés autour d’une conviction : le cinéma appartient à tout le monde. Ce cinéma qui permet à chacun de réaliser un film à la hauteur de son talent est un cinéma plus humain, plus juste, conscient que la créativité et la liberté de ton, sont préférables aux moyens de production. Sa richesse, son adaptabilité financière et son faible impact sur l'environnement font du Cinémabrut le cinéma du XXIe siècle.
    Sous la forme d'une compétition, les films sélectionnés sont présentés au public durant trois jours, au cinéma La Strada et le soir en plein air au château. La soirée de clôture donne lieu à la remise des "Brutals" aux lauréats récompensés par le jury. Tout au long de l’année le collectif va promouvoir au travers des nombreuses projections, qu’il organise ou dont il est l’invité, les films qui se seront distingués durant le festival.
    Aujourd’hui ce ne sont plus les producteurs qui décident de qui a du talent.

    Cinéma brut 2009.jpg

    Cliquez sur l'affiche pour toutes les informations

    Au programme : Carte blanche et rencontre avec Pierre Carles / « Amuse gueule ou canapé » d'Isabelle Joly et Aglaé Dufresne / « Bang » de TK Kim et Pat Marcel / « III » de La Cause / « Chantier zéro » des frères Denis / « Angela' ss » de Melissa Mars & Mick Bulle / « Pas de deux » de Yann Chapotel / « Angélika » de Cédric Tellier / « Vidéo hebdo n°14 » de Claude Cattelain / « Je deale à mourir » de Broken / « Marco ou la vie sauvage » de Nicolas Pessy et Clément Eyamba / « Janus » de Guillaume Aventurin / « Travailler plus… » de Yohann Sfez / « Las cosas cambian » de Chara Gherarducci / « Noirs Néons » de Jean-Baptiste Péretié / « Colita de rana » de Lata Masud / « Rapid eye movement » de Powskii / « On verra demain » de Younes Abdesselem / « Dream about Betty » de Jo River / « Lost in the box » de Jo River / « Mon étoile est un lampadaire » de Pierrick Servais / « Swordler » de Julien Legoupil / « Hasta la Ratatouilla Siempre » de Nicolas Dabeau / « Sévices compris » de Sylvain Chatelain et Nicolas Paoletti / « Lost in translation » de Modi Barry / « #7 » d'André Perfetti / « Dictionnaire de l’amour fourbe » de Guillaume Levil / « Vidéo hebdo n°11 » de Claude Cattelain / « La mentalité des gens du sud » de Nicolas Paban / « Lupus » de Philip Segura / « En gore et en gore » de Broken / « Vidéo hebdo n°18 » de Claude Cattelain / « Meuh !» d'Isoline Favier / « Sweet dreams » d'Alexandre Eole / « Médecines traditionnelles » de Tommy Fabas / « One Way » de Chloé Mazlo et M.Chat / « Aurores Boréales » de Thibault Arbre / « La haie » de Hervé André / « Monsieur Stelfer » de Didier Philippe / « Quand passe le bus » de Chloé Micout / « Qui prier pour oublier ? » de Ekin Ercan / « Chanvert-les-Bains » de La Cause / « Naître ? » de Clément Martin / « Peur du noir » de TK Kim / « Ecce » de Lionel Fonquet / « L'initiation » de François-Xavier Drouet et Boris Carré / « For sock's Sake » de Carlo Vogele / « Message(s)… » de Camille Feist / « Le Feuillu » de Rémy Cayuela

  • 26 avril : Les Instants Vidéo au Volume

    Le 26 avril, au Volume, l'association Regard Indépendant en collaboration avec la Source et Lo Peohl, vous convie à une soirée extra-ordinaire, musicale et politique, électronique et poétique en recevant les Instants Vidéo pour une double programmation proposée et présentée par Marc Mercier.  

    medium_LogoInstants.jpg             medium_Source001.jpg

     

    Les Instants Vidéo sont implantés à Marseille, mais cultivent le nomadisme. C’est dire que la frontière des genres artistiques les indiffère totalement. C’est pourquoi l’art vidéo est leur cheval (poétique) de bataille, car c’est un art hybride, insolent, invraisemblable…

    Les œuvres présentées ici sont à la fois poétiques et politiques. Elles ne sont ni réalistes, ni surréalistes, mais sous-réalistes : elles travaillent ce qui ne se dit pas, ce qui ne se montre pas, ce qui inquiète. Elles se situent sous la réalité des pavés dont les peuples en colère font de si belles barricades.

    La première partie débute par un hommage au grand poète performer marseillais Julien Blaine qui n’en finit pas de s’écrouler pour toujours rebondir plus haut que son verbe incandescent.

    La seconde partie rend un hommage au plus grand poète électronique, Gianni Toti, qui, ce 8 janvier 2007, est parti rejoindre les étoiles, le cosmos, le chaosmos… Le ciel n’en sera que plus beau…

    Entre les deux tours de cette soirée inélectrorale, mais où s’exercera la démocratie directe de nos désirs partagés, je prendrai le risque de présenter mon livre, Le temps à l’œuvre, f(r)iction, qui est tout sauf un programme, qui est tout un programme, qui pèse 900 grammes, qui ne fait pas tout un drame, mais s’alarme (sans larmes), s’exclame avec langue acérée (sans lame) pour le meilleur et sans le pire d’une histoire de l’art vidéo…

    Marc Mercier

    (www.instantsvideo.com)

     

    1ere partie

    Le monde revu et corrigé

    Julien Blaine, l’éléphant et la chute de Marie Poitevin (France, 2006 ) 13’20

    Le sujet de ce film est Julien Blaine. Il est poète « performer » il écrit, il hurle, il agit, il performe, il gesticule, il danse… Son art c’est l’acte comme poème, c’est une mise à nu de ses écrits, de ses recherches qu’il donne à voir à un public.

    Il le pratique depuis 1962 et aujourd’hui il a 62 ans et vient de terminer une tournée d’adieu à la performance. Je suis sa fille et il m’a invité à filmer cette tournée pour garder une trace de ces différentes soirées de villes en villes, accompagnées par des poètes amis de longues dates ou plus récents. Le désir de faire un film autour de son art, de son acte et du temps qui est passé sur ce corps s’est dessiné petit à petit en le filmant de lieux en lieux. Un film court autour de deux performances emblématiques.

    Le match de Gaëlle Messager (France, 2006) 3’30 

    J’ouvre une histoire, sur un match amateur du dimanche matin. Je tente de montrer l’application de phrases sportives, tirées du journal « l’équipe ».

    UMP Un Mouvement Populaire de Pascal Lièvre (France, 2006) 6’30

    D’après le clip de l’UMP « Expression Directe » de Nicolas Sarkozy.

    The nausée affaire d’Alexandre Durand (France, 2006) 4’35

    Mickey rencontre Batman et se sent malade. Il vomit des cachets et demande aux Playmobils de les ramasser…

    The donald’s doigt Aventure d’Alexandre Durand (France, 2006) 2’05

    Batman rencontre Donald et lui demande une faveur érotique. Donald s’exécute lorsqu’un bébé intervient et dit : STOP…

    (F.L.I.M. Fabulations Libertaires Intrinsèquement Médiocres, appliquant le concept de « guérilla sémiotique » (Victor Burgin) qui consiste à détourner les outils de la communication à des fins artistiques.

    medium_Aca_Nada.jpg
    Aca Nada de Gianni Toti

     2e partie

    L’utopie et tant pis pour les toupies (qui tournent en rond)

    Aca Nada de Gianni Toti (Italie, 1998) 27’

    Ici, rien. Que du blanc ! : ce que rapporte un courrier envoyé au roi d’Espagne lors d’une première exploration du territoire canadien.

    Les Indiens, quant à eux, ont découvert notre civilisation.

    Plus tard, les colons recouvriront l’Amérique du linceul de leur langue, de leurs virus, de leur religion, de leurs marchandises. On christianise les noms indiens. On européanise la topographie.

    Un poème-cri-électronique réalisé dans le cadre d’une résidence à Montréal dans l’atelier d’artistes PRIM.

    Totinouï de Marc Mercier (France, 2007) 13’

    Le 8 janvier 2007 est mort à Rome le plus grand poète électronique, Gianni Toti. Ce poème vidéo lui rend hommage.

     

    3e partie 

    Concert avec Kortez (rock pop funk – Nice)

    Kortez est né il y a peu de temps lors d'une rencontre insolite dans l'atelier de Louis Dollé (sculpteur) autour d’un verre de rouge. Manu fit la connaissance de Bart bassiste de son état n'ayant plus touché à son instrument depuis plus d'une décennie. Après de brèves présentations Bart fut convié à dépoussiérer sa basse dans la manuroom (sanctuaire musical établi dans l'appart' de Manu). Restait à avertir Bernardo (batteur) qu'un bassiste providentiel était chaud pour un petit boeuf. Six mois plus tard, Kortez enregistrait son album avec la collaboration de Phil artiste confirmé et frère de Bart, dans la manuroom améliorée, transformée pour l'occasion en studio d'enregistrement. Sur la base des compositions de Manu chacun a apporté un petit quelque chose de personnel d'où ce caractère intimiste distillé au fil des titres, sur la base d'un concept que Kortez vous laisse découvrir...La suite de l'histoire c'est maintenant: Si kortez vous plaît, faites le savoir.