Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jan peters

  • Samedi 1er décembre - Programme de 16h00

    16h00 – Cinéma Mercury

    Programme Straight 8 – partie 2

    Seconde sélection des meilleurs courts métrages en tourné-monté des Straight 8 2012 (www.straight8.net ) . petits morceaux d'univers inventifs et colorés de 3 minutes.

    These four walls - Un film de Robert Knight

    Meme - Un film de Nirozen Thavarajah

    Marceau – Un film de James Henry

    Chemistry – Un film de Naked Zebra

    What you doing ? – Un film de Damo Cross

    Beer goggles – Un film de Shazzy & Sooz

    Biskremosis – Un film de Marc Holtbecker, Robert Neumann, Annette Schneider, Caro Stoeckermann et Andre Wlodrski

    Strange attraction – Un film de Elizabeth Lively

    Piece of cake – Un film de Matthew Parker

    ¡viva la combinación! - Un film de Dagie Brundert

    Where's Ruth ? - Un film de Ben Partridge

    Programme Jan Peters – En présence du réalisateur.

    Depuis 1990, cet artiste né à Hanovre tourne en super 8 des courts et des longs métrages d’inspiration autobiographique. Il joue également, donnant ainsi un gage d’authenticité à sa démarche.

    Comment je suis devenu guide de voyage (Wie ich ein freier Reisebegleiter wurde) – Un film de Jan Peters – Allemagne – 2006 - 15min – Prix de la critique allemande 2007. - Photographie Michael Winterbauer - Montage: Sandra Trosel - Son: J. Grehl, M. Klöfkorn - Musique: Pit Przygodda - Production: ABZ Hamburg - Avec Matthias Breitenbach , Thorsten Giersch , Christian Herr , Annette Paulsen , Jan Peters  et Florian Wirth.

    Un film journal sur l’expérience de se placer avec un homme qui a pris une préretraite et qui a gagné un peu d’argent de côté, en achetant un ticket de groupe pour le metro, chaque jour, à l’aéroport de Frankfurt, puis en offrant aux voyageurs, devant la machine à billet, de les accompagner à leur destination de voyage respective – pour un petit prix, légèrement moindre que le tarif réel, bien sûr.

    regard indépendant,rencontres 2012,jan peters,straight8

    Ce documentaire expérimental explore avec un humour décalé les états d’âme d’un créateur de start-up, pris entre la « génération stagiaires » et le nouveau régime d’aide sociale Hartz 4 en Allemagne. Une histoire de rescapés à l’aéroport de Francfort qui prend le pouls de l’Etat-Providence agonisant.

    J'ai 33 ans – Un film de Jan Peters - Allemagne/France - 2000 - Documentaire expérimental - super 8 - couleur – 3 min 30.

    Le 11 août 1999, j'ai mis une bobine de film Super-8 dans ma caméra et je me suis placé devant pour faire le résumé de ma vie de l'an passé, comme je le fais chaque année. Mais cette fois j'ai été dérangé par l'éclipse...

    regard indépendant,rencontres 2012,jan peters,straight8

    Time's up – Un film de Jan Peters et Marie-Catherine Theiler – Allemagne – 2009 – 15 min. - Super 8 / DV Cam / Avi - Montage Sandra Trostel - Son et musique Pit Przigodda - Production Kloos und Co.

    Version originale soustitrée en anglais.

    Comment ralentir la vie ? Une "cinéchographie" du temps qui passe.

    regard indépendant,rencontres 2012,jan peters,straight8

    13 ou 14 – Un film de Jan Peters – 2004 - France - 22 minutes - Super 8 mm & 16 mm & Mini DV – Production Les Laboratoires d'Aubervilliers, Ina, Parc de la Villette - Prix de la création, videoformes, Clermont-Ferrand / Prix Point de Vue, Biennale de l’image en mouvement, Genf.

    Peut-on comprendre le sens de la vie si l'on ne comprend pas le temps ?
    En 2004, j’ai pu avoir accès aux archives de la télévision nationale française, l’INA. J’y ai trouvé des images dont je me suis servi afin de réaliser une vidéo à l’occasion de mon 39ème anniversaire. Dans cette vidéo, je voyage dans le passé et je replonge dans ma jeunesse, dans les années 80, quand j’avais 13 ou 14 ans et que je venais en vacances en France avec mes parents.

  • Samedi 1er décembre - Programme de 14h00

    14h00 – Cinéma Mercury

    Partie 1 : Carte Blanche au Cambridge Film festival

    Programme présenté par Thierry Bonnaud du Cambridge Film Festival

    Training 8 – Un film de Maxime Michel, France
    En France, quatre filles s'entraînent pour une compétition. Elles courent, font des étirements, des flexions et des pompes. Puis elles partent chacune de leur côté.

    I was rubbish, at everything – Un film de Andy Hazell, UK
    L'histoire de Al Oerter qui gagna quatre médailles d'or consécutives en envoyant le disque très loin, vraiment.

    Olympiade 05 – Un film de David Aspinal, UK
    Le West End de Newcastle ne pense pas grand chose des Jeux Olympiques. A l'origine, il y avait quatre jeux grecs cycliques et les Olympiades n’étaient même pas les meilleurs – Comment ont ils traversé les siècles ?

    Triple X – Un film de Wim Jongedijk, The Netherlands

    Dans un stade, un archer se prépare à tirer sur la cible. Regardant au-delà de son arc, il voit une femme qui l'observe.

    Boxing – Un film de Andrew Alderslade, UK

    Olympic madness – Un film de Natasha De Fazio (Cambridge International School), UK

    The Olympic torch ? – Un film de Esme Ashley-Smith (Cambridge International School), UK

    Dimanche 8 juillet à 3 heures de l'après-midi.

    Number Ten – Un film de Medina Akkouche, (Cambridge International School), UK

    Imposter at the Gates – Un film de Martha Applin (Cambridge International School), UK

    Sham Olympian – Un film de William Rodgers, UK
    Un athlète olympique se met dans l'esprit des jeux de 2012

    Knee – Un film de Jamie Noakes, Sweden
    Petit documentaire sur ma femme et une blessure au genou faite en apprenant le slalom à ski.

    The school race – Un film de Thierry Bonnaud, France
    Greta s'est encore levée en retard. Elle va prendre cette occasion pour une course avec notre père sur le chemin de l'école.

    JA05 TBO de Thierry Bonnaud (2006) - 3 min.
    Tourne monte experimental sur 3600 voitures, film primé au Festival de Baton Rouge (USA)

    L'attaque du courrier de Thierry Bonnaud (2007) - 3min.
    Hommage a Hitchcock en 3 min et en noir et blanc

    Cambridge on the Cam de Thierry Bonnaud (2012) - 3min.
    Un jour, le long de la rivière.

    Everything but.. de Colin Dewar (2008) - 3min.
    Film d'animation en tourné-monté.  Une vision du monde de Cambridge a l'infini.

    Flux Lux  de Colin Dewar (2009) -3 min.
    Le making of de Lux Flux

    Flux de Colin Dewar (2011) -3 min.
    Film expérimental tourne avec une cartouche sans post-production.

    Atelier Ian Helliwell par le collection Cambridge S8 (2010) - 4min

    Film collectif de travail sur pellicule Super 8 réalisé lors du festival 2010

    rencontres 2012,regard indépendant,jan peters,remi lange,straight8,cambridge festival

    rencontres 2012,regard indépendant,jan peters,remi lange,straight8,cambridge festival

    rencontres 2012,regard indépendant,jan peters,remi lange,straight8,cambridge festival

    rencontres 2012,regard indépendant,jan peters,remi lange,straight8,cambridge festival

    Partie 2 : Rémi Lange

    Le super-8 n'est pas mort, il bande encore – Un film de Rémi Lange – Scénario Rémi Lange et Antoine Parlebas – France – 1996 – 24 min. Couleurs. Réalisé dans le cadre de L'Œil du Cyclone (Alain Burosse, Pascale Faure, Patrice Bauchy, Joëlle Matos), diffusé le samedi 1er juin 1996 sur Canal +.   

    Un film-tract qui n'eut qu'une vie à la télévision française. Un joyeux pamphlet pour le cinéma amateur. Une ode au Super 8, qu'il soit le support aux films de famille les plus classiques ou aux créations les plus expérimentales.

    rencontres 2012,regard indépendant,jan peters,remi lange,straight8,cambridge festival

    Remi Lange dans le Cinématon de Gérard Courant



    "Sauvons le Super 8 ! C'est le sens de cet Œil du Cyclone dont le titre, apparemment paillard, s'amuse des différents formats de la pellicule. Rémi Lange - dont on n'a pas oublié Les Anges dans nos campagnes (version courte de Omelette diffusée dans un précédent Œil du Cyclone), où, caméra en main, il annonçait en direct son homosexualité à toute sa famille- est un adepte du Super 8. C'est un format qui lui ressemble, "net ou pas net, jamais en bonne forme". Format bon marché, idéal pour le cinéma expérimental, le "film-lettre" qu'on envoie aux copains, le "film journal" aussi (témoin ces quelques extraits de cinquante heures d'un journal filmé retrouvé dans une poubelle). Avec sa générosité habituelle, Rémi Lange fait de son sujet une affaire personnelle. Militant, réalisateur, acteur involontaire (dans quelques homovies), il signe le plus vivant des plaidoyers pour un mode d'expression menacé de mort par le succès de la vidéo. Et surtout par la décision de Kodak de fermer ses laboratoires de développement (...)."

    Bernard Genin Télérama 29/05/1996