Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean rollin

  • Soirée hommage à Jean Rollin le 18 juin au Mercury

    cinéma, Jean Rollin

    Les associations Regard Indépendant et Les Méduses vous proposent une soirée en hommage au réalisateur Jean Rollin, récemment disparu, le samedi 18 juin au cinéma Mercury – 16 place Garibaldi – Nice. Au programme, deux séances :

    • 19h30 : Le masque de la Méduse (2010 – 75 minutes) son ultime long métrage inédit.

    • 21h30 : La rose de fer (1973 – 76 minutes) l'une de ses œuvres les plus envoûtantes.

    Jean Rollin, disparu en décembre dernier, restera l'un des maîtres français du fantastique et de l'érotisme. Contre vent et marées, en marge le plus souvent des circuits traditionnels, il aura creusé sa veine personnelle d'un cinéma onirique, poétique, peuplé de femmes superbes, vampires et mortes vivantes aux voiles diaphanes, de châteaux plongés dans la brume et de cimetières romantiques.

    Jean Rollin aura arpenté les territoires du rêve et du cauchemar, au-delà du rideau des choses matérielles, traversant les horloges et les cercueils, traversant le temps, se faisant pour notre plus grand plaisir le guide de ces contrées inconnues et familières.

    Après avoir reçu en janvier 2010 le réalisateur, nous avons souhaité lui rendre hommage avec la projection de ce qui restera son dernier film, inédit, variation moderne sur le thème antique du mythe de la Méduse. Le film a été très peu diffusé, destiné à accompagner le premier volume des écrits complets du réalisateur. Nous remercions ici la productrice Anaïs Bertrand d'Insolence Productions qui a permit cette première.

    Suivra la projection de l'un de ses films les plus emblématiques, La rose de fer réalisé en 1973. Réunissant la belle Françoise Pascal et le jeune Hugues Quester (sous le pseudonyme de Pierre Dupont), le film s'inspire à la fois d'un poème de Tristan Corbière et de l'univers baudelairien. On y retrouve la quintessence de l'univers de Jean Rollin, traversé de visions surréalistes : cimetière où errent les jeunes amants, locomotive à vapeur, présence diffuse de la mort, plage de Dieppe battue par les vagues.

    Projections versions numériques

    Tarif unique : 5 € la séance. Billetterie Mercury

    Renseignements : 06 23 07 83 52

    cinéma,jean rollin

    Le masque de la Méduse (France – 2010 – 75 minutes – Vidéo - couleurs)

    Réalisation et scénario de Jean Rollin - Image de Benoit Torti - Musique de Philippe D'Aram - Montage de Janette Kronegger – Production de Anaïs Bertrand - Insolence productions.

    Avec : Simone Rollin, Jean-Pierre Bouyxou, Juliette Moreau, Bernard Charnacé,  Marlène Delcambre, Sabine Lenoël, Delphine Montoban, Agnès Pierron, Gabrielle Rollin, Jean Rollin.

    Méduse a perdu la mémoire, victime d’un sort que lui a jeté sa sœur Euryale. Elle erre dans des lieux dont elle se souvient par bribes et finit par arriver au Théâtre du Grand Guignol, où se cachent Euryale devenue aveugle et Sthéno, la plus jeune des trois gorgones, réduite à l’état animal. Le gardien du Théâtre et le collectionneur vont assister au dernier combat des deux sœurs. Sthéno, seule survivante, recouvre la parole et s’installe dans les sous sols du Cimetière du Père Lachaise. Mais elle s’ennuie et se prend d’amitié pour Cornelius, une jeune promeneuse. "Le masque de la Méduse" est une variation moderne sur le thème antique du mythe de la Méduse.

    cinéma,jean rollin

    La rose de fer (France – 1973 – 76 minutes – 35 mm – couleurs – projection numérique)

    Réalisation et scénario de Jean Rollin - Dialogues de Maurice Lemaître - Photographie de Jean-Jacques Renon - Musique de Pierre Raph - Montage de Michel Patient.

    Avec : Françoise Pascal, Hugues Quester (Pierre Dupont), Natalie Perrey, Michel Delesalle, Mireille Dargent ("Dily D'Argent"), Jean Rollin.

    Deux jeunes gens se rencontrent au cours d'une noce en province, et se donnent rendez-vous le dimanche suivant pour un pique-nique. A la fin de leur promenade, ils entrent dans un gigantesque cimetière, désert à cette heure. Trouvant un caveau abandonné, ils y descendent et font l'amour. Quand ils ressortent, la nuit est tombée, le cimetière est maintenant menaçant et peuplé d'ombres terrifiantes...

    Photographies : Insolence production et Hattori Hanzo

  • Soirée Jean Rollin, les photographies

    Voici quelques photographies prises par El Presidente lors de la soirée du 16 janvier au Mercury. De haut en bas : Daniel Fimbel du Ciné-Café et notre invité Jean Rollin aux premières minutes du débat, Jean Rollin bon pied bon oeil, intarissable sur sa prolifique carrière, Anaïs Bertrand, productrice d'Insolence production, Xavier Ladjointe filmant le débat (on espére pouvoir vous montrer un petit montage d'ici peu), et Philippe Frey, attentif et bien entouré. Merci à Jean et Anaïs pour leur venue, leur sipmplicité et leur gentillesse, merci à Philippe, Juliette et Xavier pour les diverses phases de l'organisation, Merci à Daniel et au Ciné-Café pour leur participation.

    Retrouvez plus de photographies sur notre album en cliquant ici.

    Soirée-rollin-10.jpg
    Soirée rollin 4.jpg
    Soirée rollin 2.jpg
    Soirée rollin 3.jpg
    Soirée rollin 6.jpg
    Photographies : Vincent Jourdan
  • L'univers de Jean Rollin

    Pour en savoir plus sur Jean Rollin et son dernier film que vous découvrirez samedi 16 janvier au Mercury :

    nuit_des_horloges.jpg

    Un article sur Zone Bis avec de nombreuses photographies du film.

    Une critique sur Excessif

    Un article sur un blog canadien suite à la présentation de son film par Jean Rollin

    Le film sur Vampirisme.com

    Un article sur Cinétrange

    Ovidie et Jean Rollin à Hors-circuits, avec des documents magnifiques sur l'univers du cinéaste. Un extrait de la soirée donnée à la librairie :

  • Soirée Jean Rollin au Mercury le 16 janvier

    L'association Regard Indépendant vous propose une soirée avec Jean Rollin, le samedi 16 janvier 2010 à 21h00, au cinéma Mercury – 16 place Garibaldi – Nice.

    Au programme, La nuit des Horloges (2007 - long métrage inédit) précédé de Absence, un court-métrage de Kevin Lecomte et suivi d'une rencontre-débat avec Jean Rollin et Anaïs Bertrand, productrice du court métrage.

    nuit_des_horloges.jpg

    Une soirée exceptionnelle qui vous permettra de découvrir ou de retrouver l'univers étrange et si original d'un maître français de l'érotisme macabre et du fantastique.

    Ce film inédit car il n'a pas trouvé de distributeur n'a été diffusé pour l'instant que dans des soirées spéciales organisées notamment à la Cinémathèque Française à Paris et à celle deToulouse.

    Il s'agit de son film le plus récent, il a failli ne jamais se faire par manque de moyens, c'est un film testament centré sur l'onirisme et les fantasmes de Jean Rollin.

    Le personnage principal interprété par Ovidie est une jeune femme qui hérite de la maison de campagne de son cousin, le réalisateur et auteur Michel Jean. Un personnage qui n'est autre que Rollin lui-même.

    Ce que l'on aime chez Jean Rollin, c'est qu'il est l'un des rares réalisateurs français défendant des films très personnels qualifié de genres avec un mélanges des genres principalement poésie, fantastique, surréalisme, femmes vampires et romantisme noir des cimetières.

    Nuit horloges 4.jpg

    Absence

    Court métrage de Kevin Lecomte, 2007. France. 7 min. 22. Couleurs. Production Insolence Production, Anaïs Bertrand

    Avec Catherine Lachens et Stéphane Peyran

    Laissé sur un répondeur, le message d'une respiration haletante perce le silence d'un salon grisâtre. Une femme en robe de chambre y déambule. Un jeune homme entre dans l'appartement. Il s'affaire sous les yeux de la femme mais ne semble pas la voir.

    Absence 1.jpg

     

    La Nuit des horloges

    Un film de Jean Rollin. 2007. France. 90 min. Couleurs.

    Avec Ovidie, Françoise Blanchard, Jean Depelley, Fabrice Maintoux

    Une jeune femme, incarnée par l’ex-actrice de films X, Ovidie, hérite de la maison de campagne de son cousin, le réalisateur et écrivain Michel Jean. Elle visite sa tombe au cimetière du Père Lachaise puis se perd dans sa maison hantée par les personnages et les fantasmes du cinéaste. Film introspectif, La Nuit des horloges est une balade à l’intérieur d’une œuvre, celle de Jean Rollin, cinéaste victime d’un effroyable malentendu critique qui le condamna à la volée de bois une bonne partie de sa carrière. À la fois journal intime peuplé de silhouettes fantomatiques, de tableaux, d’ouvrages et de bibelots, œuvre viscéralement surréaliste et réflexion sur la mémoire et le temps, La Nuit des horloges s’offre comme un ultime cadeau affranchi de toutes contraintes.

    Nuit horloges 2.jpg


    Merci à Philippe, notre secrétaire général, pour l'organisation de la soirée et à Pascal gaymard pour nous accueillir au Mercury.

    Tarifs habituels du Mercury